Une perturbation à l’usine Cargill de High River affecterait le marché américain

Bien que Cargill et le Syndicat des travailleurs unis de l’alimentation et du commerce semblent avoir évité une grève à l’usine de viande bovine de High River, en Alberta, une fermeture pourrait perturber considérablement le marché américain du bétail.

Tiré de drovers.com – par Greg Henderson – Publié le 3 décembre 2021
| Traduction et adaptation libre par la rédaction |

Altin Kalo, analyste de marché principal chez Steiner Group Consulting, affirme que bien que le troupeau de bovins canadien soit beaucoup plus petit, toute fermeture à long terme de l’usine de High River pourrait perturber le marché régional pour les producteurs américains. Une telle perturbation pourrait déplacer jusqu’à 80 000 bovins engraissés vers des abattoirs américains, qui fonctionnent déjà à quasi-capacité.

Jusqu’à présent cette année, les importations mensuelles de bovins d’abattage en provenance du Canada ont atteint en moyenne 38 000 têtes par mois, ce qui représente une baisse de 11,6 % par rapport à il y a un an. Cela se compare à l’abattage mensuel moyen de bovins aux États-Unis d’environ 2,8 millions de têtes par mois.

«L’usine de High River est l’une des plus grandes installations de transformation de bovins en Amérique du Nord et elle représente environ 35 % de toute la capacité de transformation de bovins au Canada », a déclaré Altin Kalo.

Plus tôt cette année, les travailleurs d’une usine de transformation de porcs d’Olymel au Canada se sont mis en grève et il a fallu plusieurs mois pour que ce conflit soit résolu. Ce conflit de travail a causé des vagues sur le marché canadien du porc, mais a également affecté les marchés américains du porc. Les porcs canadiens ont été expédiés aux États-Unis, ce qui a entraîné des écarts de prix régionaux plus importants.

« S’il n’y a pas de manque de capacité au Canada, nous pourrions voir davantage de bovins canadiens prêts à l’abattage venir aux États-Unis. Cependant, l’impact pourrait ne pas être aussi immédiat que pour les porcs. Les porcs ont une fenêtre de commercialisation beaucoup plus étroite que les bovins, mais le bétail devra éventuellement aller au marché», a déclaré Altin Kalo.

Avec ses usines bovines de High River et de Guelph, en Ontario, Cargill représente 46 % de tous les bovins engraissés abattus au Canada. JBS possède une usine à Brooks, en Ontario, qui représente 31 % de l’abattage d’engraissement au Canada. Ensemble, Cargill et JBS représentent 77 % des quelque 3 millions d’abattages inspectés par le gouvernement fédéral au Canada.

Cargill et l’UFCW ont annoncé plus tôt cette semaine qu’ils avaient provisoirement convenu d’un nouveau contrat de six ans, en attendant l’approbation de 1 400 travailleurs syndiqués de la base de l’usine de High River. Le nouveau contrat offre une augmentation de salaire de 21 %, un salaire rétroactif, une prime à la signature de 1 000 $ et une prime COVID-19 de 1 000 $, ainsi que de nouveaux protocoles de santé et de sécurité à l’usine.

Source : https://www.drovers.com/news/industry/disruption-high-river-beef-plant-would-affect-us-market