Une enquête sur le menu des restaurants suggère de se concentrer sur les avantages du bœuf canadien

Un récent sondage commandé par Canada Beef sur les menus des restaurants canadiens a confirmé que le bœuf canadien demeure fort dans de nombreuses catégories et a identifié de nouvelles opportunités pour mieux le promouvoir auprès des convives des restaurants.

Tiré de canadiancattlemen.ca – par Canada Beef – Publié le 22 juin 2021
| Traduction et adaptation libre par la rédaction |

Les chercheurs ont sélectionné au hasard 100 menus sur des sites Web de restaurants entre le 16 février et le 8 mars 2021. La sélection de menus a fourni une bonne représentation des différents restaurants en fonction de la région, du type (restaurant indépendant vs restaurant de chaîne), du type de cuisine et du style de service (famille décontractée, restauration rapide, restauration décontractée haut de gamme et fine cuisine).

Le processus de recherche a fourni une perspective sur les défis auxquels le secteur a été confronté pendant la pandémie. Au cours de la période d’enquête, certains restaurants sélectionnés ont fait faillite, ont réécrit leurs menus ou modifié leurs prix. D’autres sites Web de restaurants se sont déconnectés. Les chercheurs ont également rencontré des complications concernant la disponibilité et les prix des menus. Dans les situations où un menu n’était pas disponible, les chercheurs ont utilisé un menu d’un restaurant similaire comme substitut. Lorsque les prix à emporter n’étaient pas disponibles, les chercheurs ont obtenu les informations auprès de services de livraison tiers.

Mis à part les complications, l’enquête sur le menu a permis de tirer plusieurs enseignements importants pour l’industrie, a déclaré Michael Young, président de Canada Beef.

« Il y a une opportunité claire de marquer et de promouvoir stratégiquement les avantages du bœuf canadien auprès des consommateurs et de communiquer les attributs de l’avantage du bœuf canadien de la porte à l’assiette.»

Fourni par Canada Beef

En termes d’offres de menu, le bœuf et le poulet se disputaient la domination des protéines non végétales, sur des menus dédiés au déjeuner et des menus à emporter dédiés. Le bœuf a fait un peu mieux sur les menus du déjeuner des chaînes de restaurants et le poulet un peu mieux sur les menus du déjeuner des restaurants indépendants.

Le bœuf, le poulet et la catégorie « autre » (agneau, veau, etc.) étaient dominants dans les entrées des chaînes de restaurants et des restaurants indépendants. Le bœuf et le poisson/fruits de mer étaient les plats principaux les plus chers du menu principal, et tous deux étaient significativement plus chers dans les restaurants indépendants que dans les chaînes de restaurants.

L’étude a également identifié des domaines à améliorer. L’étude a noté que la présence de bœuf était plus faible dans les sections d’apéritif des menus principaux, bien qu’aucune des quatre principales protéines n’ait une forte présence.

Les menus ne mentionnaient souvent pas d’attributs spécifiques, les menus des restaurants indépendants étant moins susceptibles de promouvoir des attributs que les menus des chaînes de restaurants. Les attributs spécifiques à l’élevage (par exemple, nourris à l’herbe, biologiques, etc.) étaient «presque négligeables», a révélé l’étude.

Fourni par Canada Beef

Selon l’étude, seule une faible proportion des restaurants ont fait référence à l’origine canadienne du bœuf qu’ils servent.

Il s’agit d’un domaine d’intérêt pour Canada Beef, a déclaré Michael Young. « Canada Beef est câblé pour être réactif et flexible aux besoins changeants de l’industrie », a-t-il dit. «Pendant la pandémie, nous nous sommes adaptés aux changements du côté de la vente au détail, où nous avons constaté une augmentation de la consommation d’articles traditionnels tels que le bœuf haché et les coupes à griller, et l’émergence de la promotion au détail de coupes alternatives, offrir aux consommateurs de nouvelles façons innovantes de profiter du bœuf. »

La forte présence du bœuf dans les résultats de l’enquête sur les menus est comparable aux données récentes de Statistique Canada sur la consommation alimentaire. Les données de consommation ont montré que si toute la consommation de viande rouge et de volaille a diminué en 2020, la consommation de bœuf a maintenu son cap avec un gain marginal.

La consommation de bœuf par habitant a augmenté de 0,3 pour cent à 18 kg de poids au détail, et la consommation totale de bœuf a augmenté de 1,5 pour cent. La demande de bœuf au détail a augmenté de 5,5% en 2020, la troisième augmentation la plus élevée de l’histoire récente.

Source : https://www.canadiancattlemen.ca/livestock/beef-cattle/restaurant-menu-survey-suggests-focusing-on-benefits-of-canadian-beef/