Une cyberattaque contre JBS au Canada et aux États-Unis

La société brésilienne JBS SA a déclaré au gouvernement américain qu’une attaque de ransomware contre l’entreprise qui a perturbé la production de viande en Amérique du Nord et en Australie provenait d’une organisation criminelle probablement basée en Russie, a annoncé la Maison Blanche la semaine dernière.

Tiré de country-guide.ca – par Jeff Mason, Tom Polansek – Publié le 1er juin 2021
| Traduction et adaptation libre par la rédaction |

JBS est le plus grand emballeur de viande au monde et la cyberattaque a provoqué la fermeture de ses opérations en Australie lundi et a mis fin à l’abattage de bétail dans ses usines de plusieurs États américains et d’au moins un au Canada.

L’attaque fait suite à celle d’un groupe lié à la Russie le mois dernier sur Colonial Pipeline, le plus grand oléoduc des États-Unis, qui a paralysé la livraison de carburant pendant plusieurs jours dans le sud-est des États-Unis.

La porte-parole de la Maison Blanche, Karine Jean-Pierre, a déclaré que les États-Unis avaient contacté le gouvernement russe à ce sujet et que le FBI enquêtait.

« La Maison Blanche a offert son aide à JBS et notre équipe du ministère de l’Agriculture a parlé à ses dirigeants à plusieurs reprises au cours de la dernière journée », a déclaré Karine Jean-Pierre.

« JBS a informé l’administration que la demande de rançon provenait d’une organisation criminelle probablement basée en Russie. La Maison Blanche s’engage directement avec le gouvernement russe sur cette question et fait passer le message que les États responsables n’hébergent pas de criminels pratiquant des cyberattaques », a ajouté Mme Jean-Pierre.

JBS vend du bœuf et du porc sous la marque Swift, des détaillants tels que Costco vendant ses longes et ses filets de porc. JBS possède également la plupart du processeur de poulet Pilgrim’s Pride, qui vend du poulet biologique sous la marque Just Bare.

Si les pannes se poursuivent, les consommateurs américains pourraient voir les prix de la viande augmenter pendant la saison estivale des grillades et les exportations de viande pourraient être perturbées à un moment de forte demande de la Chine.

La perturbation a déjà eu un impact, ont déclaré les analystes du secteur. Les emballeurs de viande américains ont abattu 94 000 bovins mardi, en baisse de 22% par rapport à la semaine précédente et de 18% par rapport à l’année précédente, selon les estimations du département américain de l’Agriculture. Les transformateurs de porc ont abattu 390 000 porcs, soit 20 % de moins qu’il y a une semaine et 7 % qu’il y a un an.

Les prix des coupes de choix de bœuf américain expédiées aux acheteurs en gros dans de grandes boîtes ont bondi de 3,59 $, à 334,56 $ le quintal, a déclaré l’USDA (tous les chiffres sont en dollars américains). Les prix de certaines coupes ont grimpé de 5,55 $ pour atteindre 306,45 $/quintalt.

L’USDA, le Department of Homeland Security et d’autres agences surveillent de près l’approvisionnement en viande et en volaille, a déclaré un responsable de la Maison Blanche. Les agences travaillent également avec les transformateurs agricoles pour garantir que les produits se déplacent efficacement et qu’aucune manipulation des prix ne se produise à la suite de la cyberattaque, a déclaré le responsable.

Au Canada

JBS Canada a déclaré dans un article sur Facebook que des quarts de travail avaient été annulés à son usine de Brooks, en Alberta, lundi et qu’un quart avait été annulé jusqu’à présent mardi. Les actifs canadiens de JBS comprennent également des usines de transformation de viande prêtes à l’emploi à Calgary et à Belleville, en Ontario.

La United States Cattlemen’s Association, un groupe de l’industrie bovine, a déclaré sur Twitter qu’elle avait des informations selon lesquelles JBS aurait redirigé des transporteurs de bétail qui arrivaient dans les usines avec des animaux prêts à être abattus.

L’année dernière, des bovins et des porcs ont reculé dans des fermes américaines et certains animaux ont été euthanasiés lorsque des usines de viande ont été fermées lors d’épidémies de coronavirus parmi les travailleurs.

Une usine de viande bovine JBS à Grand Island, dans le Nebraska, a déclaré que seuls les travailleurs de la maintenance et de l’expédition devaient travailler mardi.

Au cours des dernières années, les attaques sont passés de l’une des nombreuses menaces de cybersécurité à un problème urgent de sécurité nationale. Un certain nombre de gangs, dont beaucoup sont russophones, développent le logiciel qui crypte les fichiers, puis exigent le paiement en crypto-monnaie pour les clés qui permettent aux propriétaires de les déchiffrer et de les réutiliser.

Les fonctionnaires fédéraux canadiens ont en mars le annoncé financement d’une initiative visant à promouvoir et à améliorer la cybersécurité dans l’industrie agricole.

Ce financement, qui fait partie d’un programme national plus vaste de coopération en matière de cybersécurité, devait aider à combler les «vides critiques» dans le secteur.

Source : https://www.country-guide.ca/daily/cyberattack-on-jbs-halts-slaughter-at-canadian-u-s-plants/