Un test rapide pour la BRD pourrait atténuer la résistance aux antibiotiques

Selon un chercheur, déterminer rapidement si un animal est atteint d’une maladie respiratoire bovine peut empêcher l’utilisation inutile d’antibiotiques.

La recherche issue de l’Université Purdue a franchi une étape importante dans le développement d’un test rapide pour les maladies respiratoires bovines.

Tiré de producer.com – par Alex McCuaig – Publié le 3 février 2022
| Traduction et adaptation libre par la rédaction |

Cela pourrait s’avérer essentiel pour réduire les pertes estimées à près d’un milliard de dollars que la maladie cause dans l’industrie nord-américaine du bœuf.

Mohit Verma, chercheur principal né au Canada et professeur adjoint à la faculté d’agriculture et d’ingénierie de Purdue, a déclaré que le test pourrait également aider à résoudre le problème croissant de la résistance aux antibiotiques en identifiant les bactéries ou les virus qui causent des infections.

« C’est presque comme des essais et des erreurs », a déclaré Mohit Verma concernant l’utilisation d’antibiotiques pour traiter le BRD. Ils ne réussissent qu’une fois sur trois.

M. Verma a déclaré que le département américain de l’Agriculture a fourni un financement pour le développement d’un test rapide qui pourrait identifier la BRD, ainsi que sa cause chez un animal spécifique.

« L’objectif final est de pouvoir effectuer ce type de test dans le parc d’engraissement, sur le terrain », a-t-il déclaré, plutôt que de la manière actuelle et coûteuse effectuée en laboratoire. « Cela prend des jours et la maladie se propage et c’est trop cher et c’est pourquoi les gens ne le font pas. »

Jusqu’à présent, la recherche en laboratoire a mis au point un test rapide pour identifier les causes bactériennes de la BRD et les tests sur le terrain constituent la prochaine étape. Un raffinement sera nécessaire car certaines bactéries BRD sont toujours présentes chez les bovins, mais pas aux niveaux supérieurs qui causent l’infection.

« Nous travaillons également sur la détection de virus ainsi que sur la détection de gènes de résistance aux antibiotiques », a-t-il déclaré. «Vous avez en quelque sorte besoin de tous ces tests pour arriver à ce résultat (d’un test rapide). Mais il est essentiellement basé sur la même plate-forme.»

Avec la preuve de concept montrant qu’un prélèvement nasal d’un animal peut identifier les marqueurs génétiques de la BRD en un temps relativement court grâce à un test sur papier, Mohit Verma a déclaré qu’une étude plus vaste sera entreprise.

Mais il faudra plusieurs années avant que les vétérinaires ou les éleveurs ne puissent mettre la main sur une version commerciale du test rapide.

«La technologie doit encore évoluer un peu pour la rendre plus conviviale», a déclaré Mohit Verma. «Il existe également des obstacles réglementaires pour l’intégrer dans un produit.»

Mais cela pourrait arriver en aussi peu que trois à cinq ans, a-t-il dit.

Les similitudes entre les kits de test COVID rapides et le projet de recherche BRD, qui a débuté en 2018, étaient telles que l’université s’est tournée vers le développement du test COVID en premier, ce qui a poussé la recherche vers le test BRD, a indiqué M. Verma.

«Ce que nous avons appris, nous l’appliquons aux maladies respiratoires bovines ainsi qu’aux applications de sécurité alimentaire», a-t-il déclaré.

Verma a déclaré que l’objectif est de produire un test rapide BRD qui se vend environ 10 $, plus des coûts d’équipement ponctuels de 200 $ à 300 $.

Source : https://www.producer.com/livestock/rapid-test-for-brd-could-alleviate-antibiotic-resistance