Temple Grandin: clarifier les conseils en matière de bien-être animal

Le service d’inspection et de sécurité alimentaire du département américain de l’Agriculture a récemment publié une nouvelle directive intitulée Humane Handling and Slaughter of Livestock-6900.2 Revision 3» Dans cette directive, les législateurs ont clarifié la définition du traitement inhumain flagrant. 

Tiré de meatpoultry.com/ – par Dr Temple Grandin – Publié le 28 décembre 2020
| Traduction et adaptation libre par la rédaction |

La directive déclare qu ’«une situation grave est un acte ou une condition qui cause de graves dommages aux animaux». La directive fournit des exemples. Certains d’entre eux sont très clairs et conformes aux lignes directrices approuvées par le North American Meat Institute (NAMI) et d’autres dans l’industrie, notamment:

  • Faire des coupures ou écorcher des animaux conscients;
  • Démembrer les animaux conscients (par exemple, couper les oreilles ou enlever les pattes);
  • Battre ou pousser excessivement les animaux et tirer des animaux conscients;
  • Conduire les animaux hors des semi-remorques sans installations de déchargement et leur permettre de tomber au sol (cela s’appliquerait aux camions de ferme et aux camionnettes, mais pas aux remorques à faible stock).

Voici les nouvelles définitions du traitement inhumain flagrant lors de l’étourdissement:

  • Étourdir les animaux et leur permettre ensuite de reprendre conscience. Les lignes directrices du NAMI et la recherche scientifique montrent clairement qu’il existe une zone de transition entre la pleine conscience et la mort cérébrale et l’inconscient. Si un animal est de nouveau étourdi alors qu’il se trouve encore dans la zone de transition, la plante aurait évité de commettre un acte flagrant.
  • Ne pas rendre immédiatement (ou promptement) un animal inconscient après une tentative initiale infructueuse (par exemple, aucune action corrective prévue). Mon interprétation de cela est que si un deuxième étourdissement était immédiatement appliqué et qu’il était efficace, la plante aurait évité un acte flagrant. Une usine qui a une action corrective efficace aurait un étourdisseur à cartouche bien entretenu situé à un endroit où l’opérateur pourrait le saisir rapidement et administrer un deuxième coup.
  • Plusieurs tentatives d’étourdissement inefficaces (deux ou plus) dues à l’incapacité d’un ou plusieurs des établissements suivants à manipuler et à étourdir correctement un animal La directive énumère cinq défaillances d’établissements allant d’opérateurs non formés, à une mauvaise contention et à un équipement d’étourdissement inadéquat. Mon interprétation de ceci est qu’une troisième tentative stupéfiante est susceptible d’être flagrante. Au Canada, un deuxième coup raté lors de l’euthanasie des bovins des parcs d’engraissement est un échec de la vérification du bien-être. Les gestionnaires doivent garder l’équipement d’étourdissement bien entretenu pour que le deuxième coup soit efficace.
  • Voici deux définitions supplémentaires des situations graves:
  • Laisser le bétail handicapé exposé à des conditions climatiques défavorables;
  • Causer des douleurs et des souffrances inutiles aux animaux, y compris des situations dans les camions.

Cette définition de «flagrant» est vague et similaire à de nombreuses lignes directrices européennes.

Dans la directive G100.1 Révision 3, USDA/FSIS, il y a quelques révisions sur l’abattage des bovins qui ont passé avec succès l’inspection ante mortem et qui tombent en raison d’être coincés ou coincés dans une goulotte ou un dispositif de retenue menant à l’étourdisseur. Ces animaux peuvent être passés pour inspection et n’auront pas à être envoyés à l’équarrissage car ils ont glissé sur le sol.

Les bovins qui deviennent non ambulatoires dans les cours ou sur les camions ne sont pas autorisés à être utilisés dans l’alimentation par mesure de précaution contre l’encéphalopathie spongiforme bovine. La direction de l’usine doit corriger les problèmes d’équipement qui peuvent entraîner le piégeage des animaux.

Ces deux directives fournissent des orientations plus claires. Ils peuvent conduire à un meilleur traitement humain parce que les nouvelles directives offrent une certaine souplesse dans l’utilisation d’un deuxième vaccin. Tenter de ne jamais effectuer un deuxième coup entraînera le retour d’un plus grand nombre d’animaux à la pleine conscience, car un deuxième ne sera pas appliqué.

Source : https://www.meatpoultry.com/articles/24302-from-the-corral-clarifying-welfare-guidance