Souhaitez-vous un superordinateur avec votre troupeau de bovins?

Big Data : Armchair Rancher exploitera la puissance des mégadonnées et de l’IA, et donnera aux producteurs albertains « un coup de pouce ».

Tiré de albertafarmexpress.ca – par Alexis Kienlen – Publié le 8 juillet 2021
| Traduction et adaptation libre par la rédaction |

Le «ancestry.com» de l’industrie bovine est en cours de développement – et l’application pourrait donner aux éleveurs de l’Alberta une longueur d’avance sur le reste de l’industrie.

Livestock Gentec, en collaboration avec Alberta Innovates et David Wishart de l’Université de l’Alberta, crée une application qui aidera les éleveurs à prendre des décisions meilleures et plus rapides à la ferme.

« C’est une application push-pull », a déclaré David Wishart, professeur dans les départements d’informatique et de sciences biologiques et co-développeur de l’application, qui est actuellement surnommée « Armchair Rancher ».

Le concept est similaire à ancestry.com, qui possède une grande base de données et permet aux utilisateurs d’ajouter leurs propres données.

« Nous créons d’énormes bases de données sur le climat, la météo, l’état du sol, les prix des matières premières et les meilleures pratiques », a-t-il déclaré.

Un producteur utilisant Armchair Rancher peut le remplir avec ses propres données sur sa ferme, telles que l’emplacement, la taille du troupeau et d’autres informations générales.

« Ce que Armchair Rancher est censé faire, c’est obtenir l’arbre généalogique de tout votre bétail et vous fournir des informations basées sur les données météorologiques et climatiques passées », a indiqué David Wishart. « Il fait des prédictions en utilisant des informations qu’il récupère sur le Web et diverses sources de marché et sources économiques. »

Ainsi, par exemple, si un printemps sec est prévu, l’application peut suggérer que le producteur doit acheter des aliments supplémentaires, ou que la fertilité pourrait être affectée.

Certaines des données seront tirées des travaux antérieurs de Livestock Gentec, ainsi que Beefbooster et Herdtrax, et l’application fonctionnera en temps réel.

Le projet reçoit 481 000 $ d’Alberta Innovates (l’un des huit projets à recevoir un financement du défi Smart Agriculture and Food Digitalisation de l’agence). L’application sera gratuite pour les éleveurs de l’Alberta, et tous les coûts de développement seront payés par le gouvernement provincial.

« S’il existe des preuves de son succès et de son adoption par le marché, je soupçonne que ce sera une application à faible coût », a affirmé M. Wishart.

Les éleveurs peuvent s’attendre à obtenir le produit fini dans environ trois ans, mais les tests sur les versions initiales de l’application devraient commencer dans un an. Il peut être utilisé sur un ordinateur de bureau ou un smartphone, mais ce n’est que le conduit car toutes les données se trouveront sur le cloud ou sur un serveur, a-t-il déclaré.

« Parce que ce sont des données volumineuses, elles ne tiendront pas sur votre ordinateur ou sur votre téléphone », a-t-il expliqué. « Il fait les calculs difficiles, mais les scénarios que vous voulez construire sont visibles sur votre téléphone ou sur votre écran d’ordinateur. »

L’application ne prendra ni n’affichera de données privées.

« Nous allons créer des données agrégées que les agriculteurs saisiront, mais il y aura des données privées qui seront associées à leur connexion », a-t-il déclaré, ajoutant que les données seront protégées.

Parce qu’il est difficile de collecter des données agrégées auprès des agriculteurs, cette application pourrait aider tout le monde à mieux connaître l’industrie, de la même manière qu’un recensement permet aux gens d’avoir plus de connaissances sur une population.

C’est un bon exemple de la façon dont l’intelligence artificielle et l’apprentissage automatique peuvent profiter à la communauté agricole, a-t-il ajouté. Il offrira aux éleveurs de bovins le même type de technologie utilisée dans d’autres secteurs, comme les produits laitiers.

« Dans ces autres communautés agricoles, Smart Ag a fait une grande différence », a déclaré M. Wishart. « Cela a amélioré leur productivité, cela a réduit les besoins en main-d’œuvre. Cela a permis d’éliminer beaucoup de conjectures de l’agriculture, et c’est ce que nous espérons faire.»

Et cela augmentera le résultat net, a-t-il affirmé.

«Si cela devait arriver en Alberta, mais pas ailleurs, cela donnerait un énorme avantage aux agriculteurs albertains. Ils joueront à un niveau différent des autres. Ils pourront prendre des décisions de marché avant les autres agriculteurs car ils auront cette connaissance.»

Source : https://www.albertafarmexpress.ca/news/would-you-like-a-supercomputer-with-your-cattle-herd