Résultats d’un sondage auprès des producteurs canadiens

Dans la chronique de février dernier, je vous encourageais à remplir notre sondage en ligne sur la recherche sur le bœuf pour aider le Beef Cattle Research Council et d’autres bailleurs de fonds de l’industrie et du gouvernement à élaborer un ensemble clair de priorités pour guider nos décisions de financement au cours des cinq prochaines années. Merci d’avoir répondu — nous avons eu près de deux fois plus de réponses cette fois qu’il y a cinq ans. Plus nous recevons de réponses, plus nous avons confiance dans les commentaires qui nous parviennent. Voici quelques-uns des points saillants de ce que vous nous avez dit. 

Tiré de canadiancattlemen.ca – par Reynold Bergen – Publié le 10 septembre 2021
| Traduction et adaptation libre par la rédaction |

L’enquête a été ouverte entre le 5 janvier et le 5 mars 2021. Elle vous a demandé d’évaluer une variété de questions de recherche comme extrêmement, très, modérément, légèrement ou pas importantes dans les domaines de l’efficacité alimentaire et de l’utilisation du fourrage et des prairies, productivité, durabilité environnementale, santé et bien-être des animaux, qualité de la viande bovine et sécurité alimentaire. Nous avons également demandé à quelle fréquence les producteurs utilisaient différents canaux de communication pour les informations de production et quelle influence ils avaient dans leur prise de décision.

Au total, 878 Canadiens ont répondu au sondage. Cet article se concentre sur les réponses fournies par les 65 producteurs de semences, 497 vache-veau et 33 producteurs de parcs d’engraissement, ainsi que les 39 vétérinaires (pour la section santé et bien-être des animaux) et 26 représentants d’organisations non gouvernementales (ONG) (pour la protection de l’environnement, rubrique durabilité). Nous avons accordé une attention particulière aux problèmes jugés extrêmement ou très importants par 75% ou plus des répondants, ainsi qu’aux problèmes jugés peu ou pas importants par 25% ou plus des répondants.

Ce que nous avons appris

Efficacité et utilisation des aliments : Sans surprise, les exploitants de parcs d’engraissement ont évalué les rendements d’orge et de maïs plus haut que les producteurs de vaches-veaux ou de semences. 

Productivité du fourrage et des prairies : Le rendement et la qualité du fourrage étaient des priorités dans les secteurs vache-veau et parc d’engraissement. Le secteur vache-veau a également priorisé la longévité et le rajeunissement des peuplements, la gestion du pâturage et les stratégies d’alimentation hivernale. La résistance aux inondations a été jugée peu ou pas importante par 28% des répondants, probablement parce qu’elle a tendance à être une préoccupation régionale.

Durabilité environnementale : L’utilisation, la qualité et la gestion de l’eau étaient des priorités tant pour l’industrie bovine que pour les ONG. La gestion des éléments nutritifs ainsi que la santé et la qualité des sols étaient considérées comme des priorités dans tous les secteurs industriels. Curieusement, la réduction des gaz à effet de serre a été jugée moins importante par les producteurs de semences que par les répondants vache-veau ou parc d’engraissement.

Santé et bien-être des animaux : L’efficacité de la reproduction était une priorité élevée pour les stocks de semences, les producteurs vache-veau et les vétérinaires. Tous les secteurs ont souligné la prévention des maladies, l’amélioration des pratiques de gestion et d’autres outils pour réduire le besoin d’antimicrobiens. Les exploitants de parcs d’engraissement et les vétérinaires ont tous deux accordé la priorité à la surveillance des maladies respiratoires et des maladies limitant la production. Les vétérinaires ont souligné l’importance de la recherche axée sur l’amélioration des diagnostics, la gestion de la douleur et la boiterie. Le «Pinkeye» est tombé dans la catégorie légèrement ou pas importante pour les producteurs de semences, les producteurs vache-veau et les vétérinaires.

Qualité du bœuf : les priorités jugées «extrêmement importantes» ou «très importantes» par les producteurs de bœuf comprenaient l’amélioration de la cohérence et de la qualité des produits, l’analyse comparative de la satisfaction des consommateurs à l’égard du bœuf canadien, la comparaison de la valeur nutritionnelle du bœuf avec d’autres protéines animales et végétales et l’identification de ce qui différencie le bœuf canadien et la production de bœuf de concurrents internationaux.

Sécurité alimentaire : Vérifier l’efficacité des processus de nettoyage des équipements d’emballage était une priorité pour les répondants du secteur bovin. Les répondants des parcs d’engraissement ont également identifié le développement de technologies ciblant de multiples agents pathogènes dans les installations de production et de transformation de bovins et de bœuf comme une priorité élevée.

Transfert de technologie : Dans tous les secteurs de l’industrie, 73 à 93% des producteurs utilisent des magazines, des journaux et d’autres documents imprimés pour se renseigner sur des informations scientifiques au moins une fois par mois. Les vétérinaires sont consultés mensuellement par 76 à 82% des producteurs, suivis par les sites Web, les blogs et les médias sociaux (y compris www.beefresearch.ca pour 55 à 81%).

Alors, qu’est-ce que cela signifie pour moi?

La recherche et l’adoption de pratiques de production améliorées peuvent aider les producteurs à réduire les coûts de production, à renforcer la confiance des consommateurs et à améliorer la perception du bœuf par le public. Il existe de nombreux organismes de financement de la recherche sur le bœuf au Canada, mais tous ne comprennent pas bien les besoins des producteurs — c’est ce que révèle cette enquête. Les résultats complets du sondage auprès des producteurs peuvent être consultés aux pages 46-50 de la Five-Year Canadian Beef Research and Technology Transfer Strategy sur le site Web du BCRC.

Ces résultats de sondage ont aidé à cibler les résultats et les priorités de recherche sur le bœuf, les bovins et le fourrage qui sous-tendent la Stratégie canadienne de transfert de technologie et de recherche sur le bœuf mise à jour. Nous avons également organisé des ateliers ciblés pour obtenir les commentaires des producteurs, des chercheurs, des spécialistes de la vulgarisation, du gouvernement, des vétérinaires et d’autres experts de l’industrie pendant que nous élaborions la stratégie. Ce n’est donc pas seulement la stratégie du BCRC. Nous avons fait participer ce large éventail de participants pour encourager tous les bailleurs de fonds de la recherche au Canada à se concentrer sur la réponse aux questions et la résolution des problèmes qui sont pertinents pour les producteurs à travers le Canada. Votre participation à ce sondage aidera les groupes de l’industrie que vous financez (comme le CRCB et votre organisation provinciale d’élevage de bovins) à investir vos fonds de retenue de manière plus stratégique et efficace, et aidera les bailleurs de fonds des gouvernements fédéral et provinciaux à bien investir l’argent de nos impôts et de manière plus stratégique.

Source : https://www.canadiancattlemen.ca/research/survey-says