Réduire le méthane du bétail grâce à l’ADN microbien

Les ingrédients alimentaires réduisant le méthane et les programmes de sélection axés sur les émissions ont le potentiel de réduire considérablement la quantité de gaz à effet de serre émise par le bétail.

Pour ce dernier, cependant, de nouvelles recherches du Scotland’s Rural College mettent en évidence les opportunités pour les éleveurs de se concentrer sur l’ADN des bactéries intestinales d’un animal, et pas seulement sur les niveaux de production d’ADN et de méthane de l’animal lui-même.

Tiré de farmtario.com – par Matt McIntosh – Publié le 16 novembre 2021
| Traduction et adaptation libre par la rédaction |

Selon Rainer Roehe, professeur de génétique animale à l’université, la clé pour réduire les émissions de méthane des bovins de boucherie réside dans la génétique microbienne. C’est-à-dire une étude des mécanismes de l’information héréditaire chez les micro-organismes.

Les gènes microbiens pourraient aider les éleveurs à atteindre plus rapidement les objectifs de réduction des gaz à effet de serre, sans sacrifier d’autres éléments essentiels à la production alimentaire.

Rainer Roehe dit que la méthode standard du collège pour mesurer les émissions de méthane et l’efficacité alimentaire du bétail implique l’utilisation de chambres de respiration. Les chercheurs ont remarqué que certains bovins émettaient des volumes de méthane nettement inférieurs alors qu’ils appartenaient au même troupeau, à la même race, vivaient dans les mêmes conditions et étaient nourris avec le même régime que leurs homologues plus gazeux.

Lors d’un séminaire conjoint de l’Université de Guelph le 12 octobre, Rainer Roehe a déclaré que lui et ses collègues avaient remarqué une plus grande abondance de gènes microbiens spécifiques chez les bovins à plus forte émission. L’étape suivante consistait à déterminer quels gènes microbiens étaient responsables de la majeure partie de la production de méthane et s’ils pouvaient être hérités par la progéniture.

Sur les 369 gènes microbiens héréditaires identifiés, seuls quelques-uns se sont avérés directement impliqués dans la production de méthane. La corrélation entre les «indicateurs microbiens» et les niveaux d’émission de méthane s’est depuis avérée être un indicateur précis et peu coûteux pour savoir si un animal émettra plus de gaz à effet de serre.

« Cela montre que les gènes microbiens sont beaucoup plus informatifs que même la mesure du méthane », a déclaré Rainer Roehe. Il a ajouté que l’abordabilité et la précision combinées de la prédiction du potentiel d’émission d’un animal via les gènes microbiens permettraient aux éleveurs de développer des animaux plus efficaces rapidement et efficacement.

La sélection basée sur le microbiome est indépendante des interventions alimentaires telles que les algues et autres additifs alimentaires qui réduisent les émissions de méthane chez les bovins. M. Roehe a indiqué que cela indique que les stratégies peuvent être combinées pour réduire davantage les émissions de gaz à effet de serre, tout en améliorant l’efficacité alimentaire.

Des méthodes standard de mesure des émissions de méthane, ainsi que des mesures d’efficacité alimentaire, peuvent être utilisées.

« Nous avons découvert que la sélection microbienne avait un succès encore plus élevé que la sélection basée sur les émissions de méthane mesurées à l’aide de chambres de respiration. Nous avons fait de même pour l’efficacité alimentaire… une combinaison de sélection microbienne et (une sélection basée sur l’efficacité alimentaire) a eu une amélioration encore plus importante. »

Cette recherche a été présentée avec d’autres projets qui ont mis en évidence le potentiel des nouvelles technologies pour améliorer les systèmes agricoles du Canada et de l’Écosse à la fois sur le plan environnemental et économique.

Rainer Roehe a déclaré qu’il espère collaborer avec les chercheurs et l’industrie canadiens pour apporter leurs découvertes sur le terrain.

Source : https://farmtario.com/livestock/lowering-livestock-methane-through-heritable-microbes/