Rapport du Canadian Cattlemen’s Association : Faire partie de la solution au changement climatique

Alors que nous regardons vers l’avenir, nous savons que notre industrie a un rôle important à jouer en faisant partie de la solution au changement climatique. C’est pourquoi, en s’appuyant sur les objectifs quinquennaux énoncés dans la Stratégie nationale pour le bœuf 2020-24, l’industrie bovine canadienne a maintenant identifié une série d’objectifs décennaux ambitieux qui fournissent des messages clairs sur le processus d’amélioration continue de la façon dont les bovins sont élevés et valorisent les milieux naturels sous les soins des éleveurs de bovins et des éleveurs.

Tiré de canadiancattlemen.ca – par Bob Lowe* – Publié le 11 juin 2021
| Traduction et adaptation libre par la rédaction |

Vous vous souviendrez peut-être que les trois premiers objectifs ont été publiés en septembre 2020. Ils portaient sur la séquestration des gaz à effet de serre et du carbone, la santé et le bien-être des animaux, ainsi que l’utilisation des terres et la biodiversité. Récemment, en avril 2021, la deuxième phase de ces objectifs a été annoncée pour améliorer la qualité de l’eau et des sols, soutenir la santé et la sécurité des personnes tout au long de la chaîne d’approvisionnement, améliorer la qualité du bœuf et intégrer la technologie pour améliorer l’efficacité. Les thèmes des objectifs reconnaissent l’étendue des avantages de la production de bœuf au-delà de la satisfaction de la demande mondiale de protéines.

Toute cette série d’objectifs à long terme met en évidence le travail de l’industrie bovine canadienne comme faisant partie intégrante de l’atténuation des changements climatiques, du soutien aux collectivités, de l’adoption de l’innovation et de la durabilité globale de notre système alimentaire.

Nous voulons que les Canadiens sachent que nous partageons leurs préoccupations concernant le changement climatique et le besoin d’un approvisionnement alimentaire résilient. L’élevage de bétail au Canada est bon pour l’environnement et ces objectifs démontrent comment nous nous efforçons d’améliorer encore chaque secteur de l’industrie.

La grande variété de sujets abordés dans les objectifs à long terme souligne les vastes avantages de l’élevage de bovins de boucherie au Canada, au-delà de la satisfaction de la demande mondiale de protéines. Ils abordent également les cinq principes de durabilité du bœuf adoptés ici au Canada : ressources naturelles, personnes et communauté, santé et bien-être des animaux, alimentation, efficacité et innovation. Ces objectifs ont été développés de manière collaborative et itérative, en recevant les commentaires de plusieurs groupes de parties prenantes pour informer et affiner ces objectifs afin qu’ils soient ambitieux mais réalisables.

Le groupe responsable de la réalisation globale des objectifs est le Canadian Beef Advisors, qui se compose de dirigeants élus et de représentants du personnel des sept organisations nationales de bœuf responsables de la politique, du marketing, de la recherche et de la durabilité. Ces organisations comprennent le Beef Cattle Research Council, Canada Beef, National Cattle Feeders’ Association, Canadian Meat Council, Canadian Beef Breeds Council, Canadian Roundtable for Sustainable Beef et la Canadian Cattlemen’s Association (CCA). Il s’agit d’un groupe diversifié de représentants expérimentés de l’industrie, qui sont chargés de faire avancer la stratégie avec les parties prenantes de l’industrie, de formuler des recommandations sur l’orientation future et de rendre compte des résultats par rapport à la stratégie, aux buts et aux objectifs.

Vous pouvez en apprendre davantage sur la vision et les objectifs de l’industrie canadienne du bétail et du bœuf en visitant la Stratégie nationale pour le bœuf du Canada . Je vous encourage à consulter le site Web car il y a d’excellentes ressources, des infographies descriptives et des vidéos qui plongent profondément dans la stratégie.

En ce qui concerne le développement durable, j’ai été ravi que le CCA ait récemment eu l’occasion de co-diriger des discussions sur des questions affectant l’industrie canadienne du bœuf afin de les partager avec un public mondial.

Le CCA et Conservation de la nature Canada (CNC) ont organisé une série de conversations virtuelles en prévision du prochain Sommet des Nations Unies sur les systèmes alimentaires qui aura lieu cet automne. La discussion a exploré le rôle vital que joue le bétail au pâturage en fournissant des solutions à la fois nutritives et positives pour la nature pour le Canada.

Pendant trois jours, les participants ont entendu un éventail d’experts couvrant l’ensemble de la chaîne d’approvisionnement, de la production à la consommation. Ces dialogues de l’ONU sont uniques en ce qu’ils mettent l’accent sur les discussions en petits groupes, une opportunité pour les participants d’explorer plus avant les concepts présentés par les experts lors de la session plénière. Plus de 100 parties prenantes diverses se sont réunies pendant trois jours pour une conversation audacieuse et axée sur les solutions sur les meilleures pratiques et pour réfléchir à l’amélioration continue. Permettez-moi de vous dire que les séances étaient intéressantes, instructives et ont soulevé des questions clés touchant l’industrie bovine et d’autres animaux de pâturage au Canada.

Les thèmes abordés tout au long des séances comprenaient l’importance de la collaboration, le besoin d’approches régionales et la diversité des systèmes de production, l’utilité de repères mesurables et l’importance nutritionnelle du bœuf dans l’alimentation. Le dialogue de le CCA et de la CCN répond à un discours mondial visant à réduire la consommation de viande.

La CCA est fermement convaincue que le maintien de la consommation de viande soutiendrait l’objectif des Sommets des Nations Unies sur les systèmes alimentaires d’améliorer le système alimentaire. Le bétail au pâturage contribue au tissu environnemental, social et économique du Canada — les trois facettes qui composent la définition de la durabilité.

J’ai vraiment apprécié les séances et j’ai beaucoup appris. J’ai hâte de voir quelles idées et quels problèmes ont été générés lors de discussions similaires dans d’autres pays du monde.

Ce n’est que le début des travaux de la CCA sur le Sommet des systèmes alimentaires unis, qui a lieu cet automne. Les points de vue et les commentaires recueillis lors des sessions seront analysés et officiellement fournis aux Nations Unies. Il s’agit de la première étape parmi tant d’autres pour s’assurer que la perspective canadienne du bétail de pâturage est entendue par le forum international. Restez à l’écoute pour d’autres mises à jour plus tard cette année. En attendant, vous pouvez en savoir plus sur le sommet sur son site Web .

*Bob Lowe est président de la Canadian Cattlemen’s Association.

Source : https://www.canadiancattlemen.ca/cca-reports/cca-reports-being-part-of-the-climate-change-solution/