Protégez votre investissement

Les sondages auprès des producteurs suggèrent que 5 à 8 % des veaux meurent généralement avant le sevrage. Les coûts élevés de l’alimentation hivernale signifient que vous avez déjà beaucoup investi dans la récolte de veaux de 2022. Cet investissement est perdu lorsque les veaux meurent avant le sevrage. La diarrhée et les maladies respiratoires sont les deux principales causes de maladies évitables et de décès chez les jeunes veaux.

Tiré de beefresearch.ca – par Reynold Bergen – Publié le 17 janvier 2022
| Traduction et adaptation libre par la rédaction |

Les veaux comptent sur les anticorps du colostrum de la vache pour combattre les agents pathogènes courants. Si le troupeau de vaches est bien vacciné et bien nourri, et si les veaux consomment des quantités adéquates de colostrum de haute qualité au cours des premières heures de vie, les niveaux d’anticorps maternels peuvent rester élevés pendant plusieurs mois.

L’inconvénient est que les anticorps maternels peuvent interférer avec les vaccins injectables. Les vaccins aident le système immunitaire à pratiquer, comme un exercice d’incendie. La première tentative peut être maladroite, lente et non coordonnée, mais la pratique répétée améliore les performances la prochaine fois. De même, le système immunitaire réagit mieux chaque fois qu’il est exposé à un agent pathogène. La deuxième vaccination (rappel) produit une réponse plus forte et plus durable que la vaccination initiale (primovaccination). Si le veau reçoit une injection de vaccin alors que des niveaux élevés d’anticorps maternels circulent dans le sang du veau, ces anticorps bloqueront le vaccin avant que le système immunitaire du veau n’ait la chance de s’entraîner. Cela va à l’encontre du but.

Les vaccins « muqueux » administrés par le nez (intranasal) ou la bouche (oral) évitent ce problème. Ces vaccins fonctionnent différemment des vaccins injectables, de sorte que les anticorps maternels n’interfèrent pas avec eux. Nathan Erickson et ses collègues du Western College of Veterinary Medicine l’ont démontré dans une étude récente financée par votre Canadian Beef Cattle Check-off (Évaluation des réponses d’anticorps spécifiques au virus respiratoire syncital bovin (BRSV) et au virus de l’herpès bovin (BHV) entre hétérologue et homologue – rappel des veaux de boucherie de l’Ouest canadien vaccinés ; PMID :  33390597).

Qu’ont-ils fait

Un groupe de 75 veaux du troupeau de boucherie de l’Université de la Saskatchewan a reçu soit un vaccin intranasal contre les virus respiratoires (BRSV, BHV-1 et PI3) soit de l’eau stérile (témoin) dans les 24 heures suivant la naissance. A la sortie au pâturage (48 jours d’âge) et au sevrage (6 mois), tous les veaux ont reçu une injection d’un vaccin à 5 voies contre le BRSV, le BHV-1, le PI3 et le BVD de types 1 et 2. Des échantillons de sang ont été prélevés à chaque fois que les veaux ont été vaccinés, ainsi que deux semaines après la mise en pâturage et le sevrage pour évaluer les niveaux d’anticorps.

Ce qu’ils ont appris

Bien que la moitié des veaux aient reçu un vaccin intranasal à la naissance, les deux groupes avaient des niveaux d’anticorps similaires à la sortie des pâturages. Il y a deux raisons à cela. La première est que tous les veaux avaient encore beaucoup d’anticorps maternels circulant dans le sang. Une autre est que le vaccin intranasal a simplement amorcé le système immunitaire du veau; il s’agissait du premier exercice d’incendie, de sorte que le système immunitaire n’a pas réagi en produisant des niveaux élevés d’anticorps.

Mais deux semaines après que les veaux ont reçu le vaccin injectable à la sortie du pâturage, les veaux qui avaient été vaccinés par voie intranasale à la naissance avaient des taux d’anticorps plus élevés que les veaux qui n’avaient pas été vaccinés par voie intranasale à la naissance. Le vaccin intranasal administré à la naissance a contourné les anticorps maternels et a amorcé leur système immunitaire, de sorte que leur système immunitaire a répondu fortement au vaccin de rappel injecté administré à la sortie des pâturages. Les veaux vaccinés par voie intranasale présentaient également des niveaux d’anticorps plus élevés au sevrage (lorsque tous les veaux ont reçu la deuxième injection de vaccin) et deux semaines après le sevrage.

Le nombre de veaux était trop petit pour détecter des différences de maladie ou de poids au sevrage. Les différences dans la réponse des anticorps ne correspondent pas toujours à de meilleures performances ou à une meilleure santé, mais elles sont un bon signe que les vaccins fonctionnaient.

Alors, qu’est-ce que cela signifie… pour moi ?

Discutez avec votre vétérinaire de votre plan de santé au vêlage. Les vaccins muqueux sont un moyen efficace de renforcer le système immunitaire des veaux nouveau-nés. Le vaccin utilisé ici a été conçu pour les virus respiratoires, qui causent des maladies dans toutes les classes d’âge des bovins. Un vaccin oral est également disponible pour protéger les veaux des diarrhées virales qui surviennent généralement au cours des deux à trois premières semaines de vie.

Les vaccins sont une partie importante d’un programme de prévention des maladies, mais ils ne sont pas une solution miracle. Les vaccins peuvent être submergés par la pression de la maladie. Fournir une litière et un abri adéquats, séparer régulièrement les vaches en groupes de vaches gestantes, nouvellement vêlées et vaches avec des veaux plus âgés, et s’assurer que les enclos et les pâturages de vêlage et de pouponnière sont suffisamment grands pour éviter le surpeuplement contribuera à réduire l’exposition et la propagation des agents pathogènes. Les systèmes de vêlage des pâturages Sandhills et Foothills sont basés sur ce principe. Votre vétérinaire devrait être en mesure de vous aider à évaluer votre installation de vêlage et vos options de pâturage pour vous aider à identifier les options de gestion et de déplacement des animaux afin de réduire la transmission des maladies.

Aucun vaccin ne remplace un bon maternage, un bon colostrum et une bonne nutrition. Un colostrum de bonne qualité est toujours essentiel pour protéger le veau jusqu’à ce que son propre système immunitaire soit opérationnel. La quantité et/ou la qualité du colostrum pourraient être en baisse cette année, en particulier si les vaches sont maigres ou si les veaux sont faibles et lents à téter. L’énergie, les vitamines et les minéraux sont essentiels pour soutenir le système immunitaire de la vache et du veau. La sécheresse peut affecter les niveaux de ces nutriments dans les aliments. Discutez de votre programme d’alimentation avec votre vétérinaire et votre nutritionniste pour identifier les moyens les plus rentables de compléter ce qui peut manquer.

La vaccination des veaux à la naissance — en plus du marquage, du baguage et du collage — peut sembler être une tâche de plus pour laquelle vous n’avez pas le temps. Mais le temps que vous investissez maintenant peut certainement rapporter au moment du sevrage.

Source : https://www.beefresearch.ca/blog/calf-vaccines-protect-investment/