Merck – Une clinique sur la manutention de bétail au Manitoba

//  22 décembre 2017  //  Chronique Performance Merck, Santé Animale  //  Commentaires fermés

Merck_22-12-2017

Publié: décembre 19, 2017

Tout le monde a eu l’occasion de mettre en pratique ses nouvelles techniques à faible stress pendant l’atelier d’une journée.

Élever du bétail dans les prairies du Canada est souvent une entreprise familiale qui exige que tous travaillent ensemble pour obtenir les meilleurs résultats. Cette cohésion nécessaire est encore plus évidente lors de la manipulation du bétail qui peut être stressante pour le bétail ainsi que pour les manutentionnaires. La communication homme-animal et les tactiques de manipulation sont toujours des facteurs clés dans la vie de tous les jours.

(Traduction libre de Mylène Noël)

C’est exactement pour cette raison que le programme Creating Connections de Merck a organisé récemment deux ateliers au site Manitoba Beef and Forage Initiative de de Brookdale, près de Brandon, au Manitoba. Les résultats des deux ateliers étaient les mêmes. Que l’on mesure l’efficacité alimentaire, le gain net, la qualité de la viande ou la production laitière, les bovins manipulés avec des méthodes à faible stress sont plus productifs et plus rentables.

L’accent mis sur la productivité et la rentabilité a suscité beaucoup d’intérêt de la part des producteurs des deux ateliers MBFI. Les deux événements étaient différents en ce que l’un des ateliers était réservé aux femmes.

« Notre concept principal avec Creating Connections est un peu différent car nous guidons les animaux au lieu de les pousser. Pour certains éleveurs de bétail de longue date, ce concept les a un peu sortis des sentiers battus », explique Amanda Elzinga-Pugh, représentante chez Merck Animal Health en Alberta. Avec ses collègues chez Merck, Colleen Pollock et Heather Davis, elles ont animé l’atelier réservé aux femmes. « La décision d’organiser un atelier spécialement pour les femmes a été motivée par notre intérêt pour le programme et notre volonté de réunir autant de personnes que possible dans notre atelier. »

Selon Elzinga-Pugh, la possibilité d’apprendre de nouvelles approches de manipulation du bétail avec leurs pairs a été un facteur motivant pour beaucoup de femmes qui ont assisté à l’atelier.

« Elles partageaient toutes le même intérêt pour la santé animale et faisaient leur part pour aider à améliorer ce potentiel.

Un faible stress est positif pour tout le monde, il l’est aussi pour le bétail. Lee Sinclair, de Regina, un gestionnaire de comptes pour l’unité d’exploitation des animaux d’élevage de Merck Animal Health, supervise le programme de manutention du bétail de la société en Saskatchewan et dans l’est de l’Alberta.

Sinclair dit que Merck a développé le programme Creating Connections en 2014. La manipulation à faible stress offre des avantages pour la santé du bétail en diminuant le stress physique et psychologique. Le site Merck Creating Connections contient huit modules sur la manipulation du bétail, y compris des références à des études qui montrent qu’il améliore l’immunité des animaux, la réponse à la vaccination et les performances de reproduction, tout en réduisant l’incidence des décès et des maladies. En plus de tout cela, la manipulation à faible stress évite aussi les blessures aux animaux et aux producteurs.

« Nous constatons un grand intérêt chez les producteurs », a déclaré Sinclair, soulignant que l’atelier MBFI des producteurs ouvert à tous était complet une semaine à l’avance.

« Il y a deux objectifs principaux avec nos ateliers. Le premier est de former les gens à utiliser les méthodes approuvées par Merck pour prendre soin des animaux et le second est de connecter le public à notre gamme de produits Merck pour la santé animale.

Sinclair affirme que les origines et les concepts du programme Merck Creating Connections ont pris forme à partir des observations sur la manipulation des animaux et de l’expertise de trois vétérinaires, du Brésil, des États-Unis et de l’Australie. M. Sinclair dit qu’il peuvent s’adapter à un public spécifique – comme dans le cas de la clinique MBFI réservée aux femmes.

Ramona Blyth, présidente de MBFI et productrice de bœuf de MacGregor Man., affirme que l’intérêt des femmes en général s’étend bien au-delà des événements spécialisés.

« Il y avait des femmes à l’événement des producteurs tenu une semaine plus tard à MBFI », note Blyth. « Et honnêtement, pour certaines femmes, c’était important que l’atelier soit seulement pour les femmes, et pour d’autres, cela n’avait pas d’importance. Les deux ateliers ont permis à chacune de participer à l’atelier le mieux adapté à ses besoins. »

Les deux ateliers ont été décalés, ajoute-t-elle, pour permettre à différents membres d’une famille de participer.

« La gestion d’une ferme nécessite beaucoup d’attention et de connaissances », explique Blyth. « Ces deux ateliers permettaient à au moins une personne de la ferme d’assister à chaque journée plutôt que de n’envoyer que l’un ou l’autre ou les deux le même jour. »

MBFI est une initiative de collaboration entre Agriculture Manitoba, Manitoba Beef Producers (MBP), Ducks Unlimited Canada (DUC) et Manitoba Forage & Grassland Association (MFGA), avec la participation de producteurs, de chercheurs et d’autres intervenants de l’industrie au Canada.

Blyth croit que ceux qui ont assisté à l’atelier ont pu ramener quelque chose à la maison, indépendamment de l’âge, la capacité ou le sexe.

« C’était une bonne journée de développement personnel pour chacun d’entre nous, Nous avons ramené à la maison ce que nous avions appris et devions les instaurer dans nos propres opérations », dit-elle. « Quand il s’agit d’élever du bétail avec les meilleurs soins possibles, la connaissance est le pouvoir et nous avons tous appris quelque chose aujourd’hui. »

Par Duncan Morrison

Source :

Articles:

Comments are closed.