Marché des bovins nourris : l’optimisme est de mise

Les marchés des bovins engraissés ont été incapables d’organiser une quelconque sorte de rallye printanier cette année, les marchés au comptant se négociant dans une fourchette étroite pendant plusieurs semaines. Le prix moyen des bovins engraissés sur 5 marchés s’est établi en moyenne à 113,81 $/quintal pour les six dernières semaines avec des moyennes hebdomadaires allant de 113,62 $/quintal à 114,07 $/quintal.

Tiré de drovers.com – par Derrell Peel – Publié le 22 mars 2021
| Traduction et adaptation libre par la rédaction |

Les marchés des bovins engraissés ont été confrontés à des approvisionnements abondants jusqu’à présent en 2021, aggravés par les perturbations météorologiques hivernales en février. L’abattage des bœufs et des génisses est en hausse de 0,8 pour cent d’une année à l’autre pendant les neuf premières semaines de l’année, avec des poids de carcasse de bœuf et de génisse de 13 à 14 livres de plus d’une année à l’autre. Le poids des carcasses diminue de façon saisonnière et par rapport à l’année dernière et peut être inférieur aux niveaux d’il y a un an pendant la majeure partie du reste de l’année.

Le rapport sur les bovins de mars sur les aliments pour animaux fixe les stocks des parcs d’engraissement du 1er mars à 12,0 millions de têtes, en hausse de 1,6 pour cent d’une année à l’autre. Les placements de février représentaient 98,1 pour cent de l’année dernière, les conditions météorologiques hivernales réduisant les placements au cours du mois. Les mises en marché de février étaient 97,6 pour cent d’il y a un an, également perturbées par l’énorme tempête hivernale de février.

Le rapport sur les bovins sur les aliments était bien attendu avec des placements, des mises en marché et le total des aliments sur les aliments qui étaient tous proches des attentes avant le rapport. Les placements en février de bovins de moins de 700 livres ont diminué de 4,5 pour cent d’une année à l’autre et les bovins placés pesant plus de 700 livres sont restés presque inchangés, juste un peu moins que l’an dernier.

L’approvisionnement des parcs d’engraissement devrait se resserrer dans les mois à venir. Le nombre total de placements dans les parcs d’engraissement au cours des six derniers mois a diminué de 2,3 pour cent d’une année à l’autre. Au cours des six derniers mois, les placements de bovins de moins de 700 livres ont diminué de 4,5 pour cent d’une année sur l’autre, avec un placement de plus de 700 livres de 0,6 pour cent par rapport à l’année dernière.

Les parcs d’engraissement ont été quelque peu chargés jusqu’à présent en 2021, ce qui a contribué à l’atonie des marchés des bovins engraissés au premier trimestre de l’année. L’approvisionnement des parcs d’engraissement devrait se resserrer dans la seconde moitié de l’année après avoir travaillé sur les stocks actuels. Cependant, l’interprétation des bovins sur les rapports sur les aliments sera difficile dans les prochains mois car 2021 sera comparée à la volatilité mensuelle des placements et des mises en marché due aux perturbations pandémiques en 2020.

Il y a un optimisme considérable pour les marchés des bovins engraissés à partir du deuxième trimestre et en particulier au deuxième semestre. Actuellement, les contrats à terme sur les bovins vivants pour avril et juin se négocient à peu près au même niveau avec juin, parfois, prime à avril. Ceci est inhabituel parce que juin est généralement à un rabais significatif par rapport aux contrats à terme sur les bovins vivants d’avril.

En fait, la réduction moyenne sur cinq ans précédente des contrats à terme sur les bovins vivants de juin à avril en mars est de -8,47 $/quintal. Le fait qu’avril et juin soient à des niveaux égaux cette année est dû à la faiblesse des prix d’avril par rapport aux attentes de juin. Les prix à terme des bovins vivants pour octobre et décembre reflètent un optimisme supplémentaire pour les marchés des bovins engraissés à la fin de 2021 et à l’approche de 2022.

Source : https://www.drovers.com/news/beef-production/fed-cattle-market-struggles-optimism-lies-ahead