L’industrie canadienne du bœuf encourage l’investissement dans la recherche agricole afin de réduire davantage le méthane

Le 11 octobre 2021, le gouvernement du Canada a confirmé son soutien au Global Methane Pledge. Le Canada s’est joint aux États-Unis et à l’Union européenne, qui, le 17 septembre 2021, avaient pris l’engagement mondial de réduire les émissions de méthane d’au moins 30 % par rapport aux niveaux de 2020 d’ici 2030 et de mettre en œuvre des mesures nationales connexes.

Tiré de canadiancattlemen.ca – Publié le 9 novembre 2021
| Traduction et adaptation libre par la rédaction |

L’industrie canadienne du bœuf continue d’être un chef de file mondial de la production de bœuf durable. Les producteurs de bœuf et les éleveurs gèrent des terres qui stockent un impressionnant 1,5 milliard de tonnes de carbone, et l’industrie canadienne du bœuf a la moitié de l’empreinte de gaz à effet de serre (GES) par kilogramme de production par rapport à la moyenne mondiale. Cependant, l’industrie va de l’avant avec de nouvelles réductions, comme indiqué dans une stratégie multipartite  qui comprend des objectifs et des plans d’action pour : 

  • Réduire l’intensité des émissions de GES de la production primaire de 33% d’ici 2030
  • Séquestrer 3,4 millions de tonnes de carbone supplémentaires chaque année
  • Protéger les 1,5 milliard de tonnes de carbone existantes stockées sur des terres gérées avec des bovins de boucherie
  • Réduire les pertes et les déchets alimentaires (de la transformation secondaire au consommateur) de 50% d’ici 2030

La clé pour atteindre ces objectifs est l’investissement dans la recherche et la vulgarisation pour l’application de la recherche à la ferme. 

« Nous sommes ravis de constater l’engagement du gouvernement à soutenir les agriculteurs, les éleveurs et les partenaires de l’industrie canadiens alors que nous nous dirigeons vers la mise en œuvre de solutions aux changements climatiques », a déclaré Bob Lowe, président de la Canadian Cattlemen’s Association. « Nous devons augmenter nos investissements dans la recherche et l’adoption de la recherche pour atteindre nos objectifs communs. » 

L’industrie prévoit de réduire les émissions de méthane en améliorant la génétique, la production et la gestion de fourrage et d’aliments pour animaux, et la santé animale, entre autres. Les chercheurs s’intéressent particulièrement aux additifs alimentaires, qui ont montré un grand potentiel de réduction du méthane provenant des bovins de l’ordre de 20 à 70%. Au fur et à mesure que le gouvernement va de l’avant avec ses objectifs, les partenaires environnementaux, comme l’industrie bovine canadienne, devraient être inclus dans l’élaboration des politiques et des investissements.

L’industrie canadienne du bœuf est également engagée à l’échelle mondiale par le biais d’initiatives telles que le  Programme mondial pour  un élevage durable  et la  Table ronde mondiale pour le bœuf durable . L’augmentation mondiale de la recherche et de la vulgarisation agricoles aura des répercussions positives d’entraînement sur les réductions de méthane ainsi que sur la santé et les moyens de subsistance des producteurs agricoles et des communautés rurales du monde entier. 

Faitstoids du Conseil de recherche sur les bovins de boucherie :

  • Au Canada, produire 1 kg de bœuf génère maintenant 15 % moins de gaz à effet de serre qu’en 1981, grâce à l’amélioration des pratiques de production.
  • L’efficacité alimentaire dans les années 1950 était de 10 pour un. Aujourd’hui, c’est six contre un.
  • Apprenez-en plus sur  beefresearch.ca

Source : https://www.canadiancattlemen.ca/news/canadian-beef-industry-encourages-investment-in-ag-research-to-drive-further-methane-reduction/