Les Québécois aiment le bœuf… les jeunes, un peu moins

Le Laboratoire des sciences analytiques en agroalimentaire de l’Université Dalhousie, en partenariat avec Angus Reid, publie un nouveau rapport sur la consommation de bœuf au Canada. Compte tenu de l’actualité de sites web comme Epicurious et de certains restaurants qui deviennent végétaliens, l’enquête vise à déterminer dans quelle mesure les Canadiens tiennent encore à consommer de la viande bovine, en général.  

Tiré de Journal de Montréal – par Sylvain Charlebois – Publié le 13 mai 2021

La majorité des Canadiens restent fermement attachés au bœuf

Le sondage a d’abord demandé aux Canadiens d’identifier le lien qu’ils entretiennent avec la consommation de viande en général. Les préférences alimentaires n’ont pas changé de façon significative au cours des 12 derniers mois. Le pourcentage de Canadiens sans préférences alimentaires demeure à 73%, ce qui le situe dans la marge d’erreur des sondages réalisés au cours des deux dernières années. Le taux de flexitariens reste à environ 7% dans le pays, tandis que le taux de véganisme au Canada reste à peu près au même niveau depuis 12 mois, soit à 3%. Globalement, nous pensons que le Canada compte près de 600 000 végétaliens.

Téléchargez le sondage du Laboratoire des sciences analytiques en agroalimentaire de l’université de Dalhousie

Le sondage a également demandé aux Canadiens la fréquence à laquelle ils mangent du bœuf en une semaine. Au total, 92% des Canadiens mangent du bœuf. Seuls 8% des gens sondés ne mangent pas du tout de viande bovine. Au total, 65% des Canadiens se considèrent comme des consommateurs réguliers de bœuf et en mangent au moins une fois par semaine. Le taux le plus élevé de consommateurs de bœuf se retrouve en Alberta, à 73%. Le taux le plus bas s’observe en Colombie-Britannique, à 58%. Les femmes sont moins susceptibles de manger régulièrement du bœuf (59%) que les hommes (72%). Les Canadiens ayant un diplôme universitaire sont moins susceptibles de manger de la viande (59%) que les Canadiens ayant un diplôme d’études secondaires comme dernier diplôme (70%).

Le bœuf reste un aliment très important dans le régime alimentaire des Canadiens. Lorsqu’on leur demande pourquoi ils aiment manger du bœuf, le goût est la raison la plus populaire. Alors que 69% des Canadiens mangent du bœuf pour son goût, 12% le font pour des raisons de style de vie et de statut social. Un total de 10% des Canadiens mangent du bœuf pour des raisons de santé.  

D’autres facteurs motivent les Canadiens à consommer régulièrement du bœuf. Au total, 55 % des consommateurs réguliers de viande bovine considèrent le produit comme une excellente source de protéines. Au total, 42 % considèrent le bœuf comme un élément essentiel des traditions familiales et culinaires dans leur entourage. Enfin, un total de 12 % des personnes qui mangent régulièrement du bœuf ne considèrent pas les alternatives de protéines végétales comme un bon choix pour elles-mêmes. 

Inquiétudes croissantes concernant la consommation de viande bovine

Lorsqu’on leur demande s’ils ont songé à éliminer le bœuf de leur alimentation au cours des 12 derniers mois, 25% des Canadiens y ont pensé, le taux le plus élevé étant en Colombie-Britannique (28%). Cependant, 31% des Canadiens de moins de 35 ans ont songé à éliminer le bœuf de leur alimentation au cours des 12 derniers mois. Les raisons pour lesquelles certains Canadiens pensent éliminer le bœuf de leur régime alimentaire varient. De plus, 47 % des Canadiens croient que le nombre de personnes qui réduisent leur consommation de bœuf augmentera dans les années à venir. En outre, 44% des Canadiens estiment qu’il est souhaitable qu’un plus grand nombre de personnes réduisent leur consommation de viande bovine au fil du temps. 

La raison principale est la santé. Parmi les Canadiens qui ont songé à éliminer le bœuf de leur alimentation, 53% croient que ce serait bon pour leur santé. Alors que 46% ont envisagé de supprimer le bœuf pour des raisons environnementales, 32% sont préoccupés par le bien-être des animaux et la cruauté envers eux. La plupart des personnes (54%) qui songent à réduire leur consommation de bœuf par souci pour l’environnement se trouvent au Québec. Au total, 66% des consommateurs de moins de 35 ans qui songent à réduire leur consommation de bœuf sont préoccupés par l’environnement. L’Ontario est la province qui regroupe la plupart des gens (37%) qui envisagent de réduire leur consommation de bœuf pour le bien-être des animaux. Le prix est un facteur important pour 31% des Canadiens qui pensent à réduire leur consommation de bœuf.

Parmi les Canadiens gagnant moins de 50 000$ par année qui ont songé à réduire leur consommation de bœuf, 45% considèrent le prix comme un problème. Parmi les Canadiens qui gagnent plus de 100 000$ par an et qui envisagent de réduire leur consommation de bœuf, 25% considèrent que le prix est un facteur important.  Les Canadiens ont également été interrogés sur les principaux facteurs d’influence qui inciteraient les gens à réduire leur consommation de bœuf. Le prix (49%) et les préoccupations en matière de santé (49%) constituaient les deux premiers choix. Les Manitobains sont les plus susceptibles de considérer le prix comme un facteur d’influence à l’avenir, tandis que les Britanno-Colombiens considèrent les préoccupations en matière de santé comme un facteur important qui pourrait inciter les gens à réduire leur consommation de bœuf. Les rapports sur les effets de la production de viande bovine sur l’environnement semblent également un facteur important pour inciter les gens à réduire leur consommation de viande bovine. Un total de 40% des Canadiens s’attendent également à ce que les options de protéines végétales s’améliorent avec le temps, ce qui pourrait encourager certaines personnes à réduire leur consommation de bœuf. Au total, 54% des Canadiens s’attendent à ce que les options de protéines végétales s’améliorent au cours des prochaines années. Les rapports sur la cruauté envers les animaux sont également considérés comme un facteur d’influence important.

Source : https://www.journaldemontreal.com/2021/05/13/les-quebecois-aiment-le-buf-les-jeunes-un-peu-moins