Les producteurs de bovins de boucherie «encouragés» par les nouveaux candidats au PTPGP

Avec leurs exportations à la hausse, l’organisation des producteurs de bovins de boucherie du Canada se dit « encouragée de voir l’intérêt d’autres pays » à se joindre au bloc commercial du Partenariat transpacifique.

Tiré de canadiancattlemen.ca – par Dave Bedard – Publié le 29 octobre 2021
| Traduction et adaptation libre par la rédaction |

La Canadian Cattlemen’s Association a noté le 18 octobre les candidatures officielles à l’Accord de partenariat transpacifique global et progressif (CPTPP) du Royaume-Uni , de la Chine et de Taïwan ainsi que « l’intérêt accru » de la Corée du Sud.

«Nous nous attendons à ce que la région asiatique détienne le plus grand potentiel de croissance de la demande de bœuf au cours des 25 prochaines années et garantir un accès accru aux principaux marchés asiatiques est une priorité pour nous», a déclaré le président de la CCA, Bob Lowe, dans un communiqué.

« Nous sommes encouragés de voir l’intérêt d’autres pays à se joindre au PTPGP, à condition qu’ils respectent la nature ambitieuse de l’accord commercial, qui devrait ouvrir et accroître les exportations pour les éleveurs et les éleveurs de bœuf canadiens. »

La CCA a noté qu’elle était un « avocat constant » pour une nouvelle expansion du CPTPP, « sous réserve d’un examen des barrières nationales spécifiques et du potentiel pour le commerce du bœuf ».

Avec le pacte commercial du PTPGP en vigueur à la fin de 2018 , les exportations de bœuf canadien pour 2020 ont augmenté de 37 % en volume et de 35 % en valeur par rapport à l’année civile 2018.

De janvier à août 2021, a déclaré la CCA, les exportations «continuent d’augmenter vers les pays du CPTPP et ont augmenté de 60% en volume et de 66% en valeur».

Le groupe CPTPP comprend jusqu’à présent le Canada ainsi que l’Australie, Brunei, le Chili, le Japon, la Malaisie, le Mexique, la Nouvelle-Zélande, le Pérou, Singapour et le Vietnam. Les États-Unis, qui participaient aux pourparlers du Partenariat transpacifique depuis 2010, ont quitté le bloc en 2017 lorsque le président de l’époque, Donald Trump, a déclaré que les États-Unis ne ratifieraient pas l’accord.

En ce qui concerne les chances des nouveaux pays candidats d’adhérer au CPTPP, Affaires mondiales Canada affirme que toute « économie aspirante » cherchant à entrer dans le groupe « doit être en mesure de respecter et de se conformer aux règles strictes du CPTPP et aux engagements ambitieux d’accès au marché ».

Les pays candidats doivent également avoir « un historique démontré de respect de leurs engagements commerciaux existants ».

Du point de vue spécifique du Canada, l’intérêt de la Chine pour le PTPGP pourrait se répercuter sur la participation du Canada à un autre bloc commercial, l’Accord de libre-échange Canada-États-Unis-Mexique (CUSMA).

Les nouvelles règles de l’ACCUM demandent à chacun des trois pays signataires d’informer les deux autres s’il a l’intention de négocier un pacte de libre-échange « avec une économie qui est déterminée par une partie comme une économie non marchande ».

Le pays membre de la CUSMA devrait « fournir des informations sur les objectifs et mettre à disposition le texte de l’(autre) accord 30 jours avant la signature », a déclaré un porte-parole d’Affaires mondiales Canada par courrier électronique.

L’adhésion du Canada au PTPGP a également été un point sensible pour les secteurs canadiens soumis à la gestion de l’offre, bien que le gouvernement fédéral ait accordé une compensation aux secteurs des produits laitiers , de la volaille et des œufs pour la part du marché intérieur canadien perdue à cause des importations.

Cela dit, une nouvelle expansion du PTPGP n’entraînerait aucune augmentation du quota total accordé au bloc pour les produits laitiers, la volaille et les œufs, a déclaré Affaires mondiales Canada.

« Les engagements (contingents tarifaires) du Canada dans le cadre du PTPGP sont fixes et pourraient être consultés par les nouveaux partenaires adhérents, à condition qu’ils fassent preuve d’un niveau d’ambition proportionné dans les secteurs d’intérêt pour les exportations du Canada », a déclaré un porte-parole d’Affaires mondiales Canada par courriel.

Le Canada s’est déjà engagé à ne pas fournir un accès supplémentaire au marché dans les secteurs soumis à la gestion de l’offre dans les futures négociations de libre-échange — et cet engagement s’appliquerait également à l’expansion du PTPGP, a déclaré le ministère.

« Les engagements du Canada en matière d’accès au marché dans le cadre du PTPGP, y compris les volumes des contingents tarifaires (CT), sont fixés et ne seront pas renégociés », a déclaré le porte-parole.

« Le Canada rejetterait immédiatement toute demande qui ne respecterait pas l’engagement du gouvernement. 

Source : https://www.canadiancattlemen.ca/daily/beef-cattle-producers-encouraged-by-new-cptpp-applicants/