Les consommateurs sont prêts à payer plus pour ce qu’ils veulent

La demande intérieure de bœuf est la plus forte qu’elle ait été en trois décennies. Le bœuf a gagné environ 8 % de part de marché au cours des deux dernières décennies. Les exportations de bœuf américain jusqu’en novembre 2021 étaient à un rythme record en termes de volume et de valeur.

Tiré de beefmagazine.com – Publié le 28 décembre 2021
| Traduction et adaptation libre par la rédaction |

Kevin Good, analyste de CattleFax et vice-président des relations avec l’industrie, a déclaré que tout cela était le résultat de l’écoute du consommateur.

M.Good s’adressait aux membres de l’American Hereford Association (AHA), aux invités et aux partenaires de l’industrie lors d’un forum éducatif lors de la réunion et de la conférence annuelles des membres de l’organisation à Kansas City, dans le Missouri, le 22 octobre 2021.

« Pensez à la qualité, pensez à la cohérence. Ce sont les points forts », a expliqué Kevin Good. « Aujourd’hui, nous avons un bien meilleur produit que par le passé et nos clients nous récompensent avec plus de dollars. »

À titre de perspective, 72,7% de tous les bovins de boucherie ont été classés Choice en 2020 et 10,2% ont été classés Prime, selon l’Estimation National Grading Summary de l’USDA . À peine 10 ans plus tôt, 60,1 % étaient Choice et 3,4 % étaient Prime. Jusqu’en octobre de cette année, 72,6% étaient Choice et 10,1% étaient Prime.

Qu’il soit considéré comme le poulet ou l’œuf proverbial, Kevin Good a souligné que la qualité de la carcasse augmentait à mesure que l’industrie appliquait des primes et des remises afin d’obtenir ce que les consommateurs voulaient.

« Environ 70 % du bétail [engraissé] que nous vendons aux États-Unis aujourd’hui est vendu selon une grille ou une formule, de sorte que le bétail est récompensé une fois la peau retirée», a expliqué Kevin Good. « Le bétail plus ordinaire et plus pauvre qui était autrefois le même est maintenant à prix réduit. La prime a disparu pour les bovins intermédiaires. Vous avez toujours des primes très distinctes pour le haut de gamme.»

Le bœuf Hereford certifié est un exemple de programme basé sur la qualité offrant une grille basée sur la valeur aux producteurs et une expérience gustative satisfaisante et fiable aux consommateurs.

Kevin Good s’attend à ce que la tendance des notes de qualité se poursuive.

« Il viendra un moment où nous produirons 20 à 30 % de prime dans le troupeau national, et ce n’est pas si loin », a prédit Kevin Good. « Alors que nous réfléchissons à ce que nos clients exigent, rappelons-nous que l’année dernière, avec COVID, nous ne pouvions pas vendre Prime via les restaurants, il passait par la vente au détail. Chaque grande chaîne de vente au détail aux États-Unis propose désormais une offre de produits haut de gamme. Les consommateurs le veulent, nous allons donc devoir le leur fournir.»

M. Good a également partagé les attentes en matière de prix pour 2022, alors que le nombre de vaches et l’offre de bovins d’engraissement diminuent et que les rendements des producteurs augmentent davantage. CattleFax projette des veaux à une moyenne de 205 $/quintal, comparativement à 170 $ cette année; yearlings à 168 $ en moyenne, comparativement à 140 $ cette année; bouvillons nourris à 140 $ en moyenne, comparativement à 121 $ cette année.

Source : https://www.beefmagazine.com/beef/beef-quality-bar-rising