Les conditions de sécheresse sont favorables aux cyanobactéries toxiques

Les cyanobactéries, également connues sous le nom d’algues bleu-vert, peuvent produire des toxines nocives pour le bétail, la faune et les humains.  Et la croissance de cette bactérie est favorisée par des températures élevées.

«Les conditions chaudes et sèches que nous connaissons sont parfaites pour la production de cyanobactéries», déclare Miranda Meehan, spécialiste de la gestion environnementale du bétail à North Dakota State University Extension. «Une grande partie de l’État est exposée à un risque accru en raison de la sécheresse généralisée qui affecte 99% de l’État.»

Tiré de bovinevetonline.com – par Ellen Crawford – Publié le 9 juin 2021
| Traduction et adaptation libre par la rédaction |

Compte tenu des conditions actuelles, les producteurs et le public devraient être à l’affût des proliférations de cyanobactéries.

Les algues bleu-vert se trouvent souvent dans des étangs ou des mares-réservoirs stagnants avec des niveaux élevés de nutriments, formant de grandes colonies qui apparaissent sous forme d’écume sur ou juste sous la surface de l’eau. Les proliférations de cyanobactéries vivantes peuvent être vertes, mais aussi rouges ou jaunes, et deviennent souvent bleues après la mort et le séchage de la prolifération à la surface de l’eau ou sur le rivage.

Certaines espèces de cyanobactéries peuvent être toxiques lorsque le bétail et la faune les ingèrent. La toxicité dépend de l’espèce qui consomme l’eau, de la concentration de la ou des toxines et de la quantité d’eau ingérée.

«Les cyanobactéries peuvent produire des toxines neuronales et hépatiques», explique Gerald Stokka, vétérinaire du NDSU Extension. «Les signes d’empoisonnement à la neurotoxine peuvent apparaître dans les cinq minutes à plusieurs heures après l’ingestion. Chez les animaux, les symptômes comprennent une faiblesse, un vacillement, des tremblements musculaires, des difficultés respiratoires, des convulsions et, finalement, la mort.»

Les animaux affectés par les toxines du foie peuvent présenter une faiblesse, des muqueuses de couleur pâle, des troubles mentaux, une diarrhée sanglante et, finalement, la mort. En règle générale, le bétail est retrouvé mort avant que les producteurs n’observent les symptômes. Si un empoisonnement cyanobactérien est soupçonné d’être la cause de la mort, les producteurs devraient vérifier les bords des étangs à la recherche d’animaux morts.

Lors de la collecte d’un échantillon d’eau, suivez les «Directives d’analyse de l’eau du bétail» de NDSU Extension ( https://tinyurl.com/NDSU-LivestockWaterTesting ). Contactez vos agents de vulgarisation locaux pour un conteneur d’échantillonnage ou une assistance pour la collecte d’échantillons.

Assurez-vous de porter des gants car les cyanobactéries peuvent être toxiques pour les humains. Prélevez un échantillon de la prolifération suspectée de cyanobactéries à la surface de l’eau et plus profondément dans l’eau. L’échantillon doit être conservé au frais mais pas congelé, et le soumettre au laboratoire de diagnostic vétérinaire du NDSU ou à un laboratoire commercial.

L’échantillon peut être évalué au microscope pour les algues, ou l’eau peut être analysée pour plusieurs des toxines dans des laboratoires commerciaux à un coût plus élevé.

Voici quelques façons dont les producteurs peuvent prévenir l’empoisonnement du bétail par les cyanobactéries :

* Réduire les niveaux d’éléments nutritifs entrant dans la source d’eau en mettant en œuvre un plan de gestion des éléments nutritifs ou en établissant des bandes tampons avec des espèces de plantes vivaces.

* Créez une zone d’abreuvement désignée où le risque de cyanobactéries est minime.

* Clôturez l’étang et pompez l’eau de l’étang vers le réservoir d’eau.

* Utilisez de l’eau provenant d’autres sources après des périodes de temps chaud et sec.

* Pompez l’eau du centre du plan d’eau bien en dessous de la surface, là où les bactéries sont peu susceptibles de se concentrer, vers un réservoir d’eau.

Si un producteur soupçonne un empoisonnement aux cyanobactéries d’être la cause d’une mort de bétail, un vétérinaire doit procéder à une autopsie. Contactez votre vétérinaire pour déterminer quels échantillons seraient appropriés à votre situation.

Source : https://www.bovinevetonline.com/news/industry/drought-conditions-favorable-toxic-cyanobacteria