Les bovins engraissés de l’Ontario enregistrent des gains par rapport aux prix américains et albertains

Les exportations de bœuf de l’Ontario se sont bien comportées jusqu’à la fin de 2020, lorsqu’elles ont chuté en raison de problèmes de transformation. Les prix des bovins engraissés de l’Ontario ont même enregistrés des gains comparativement au bovins de l’Ouest canadien et des États-Unis.

Tiré de farmtario.com – par Diana Martin – Publié le 8 mars 2021| Traduction et adaptation libre par la rédaction |

Diriger l’incertitude a bien saisi l’année inaugurale du programme de développement du marché du bœuf en Ontario (OBMD) des producteurs de bœuf de l’Ontario (Beef Farmers of Ontario – BFO).

Bien qu’étant lié à une pandémie mondiale, le programme a réussi à faire des gains sur le marché japonais, à s’implanter au Vietnam et à promouvoir efficacement le bœuf de l’Ontario sur le marché intérieur.

Le programme mis en œuvre jusqu’en 2020 a déterminé à promouvoir les produits du bœuf de l’Ontario uniques lors d’une longue liste d’événements commerciaux internationaux et nationaux clés.

Alors que tout le monde s’efforce d’obtenir une part de marché à l’exportation, l’Ontario n’est pas la seule province à promouvoir l’image de marque régionale au niveau provincial, a déclaré John Baker, directeur du développement du marché OBMD.

«Une différence distincte, cependant, est que bon nombre de ces marques régionales ciblent également l’Ontario», a-t-il déclaré. «Ils commercialisent activement leurs marques ici.»

Au cours des deux derniers mois de 2019 et au début de 2020, le programme a accueilli une mission commerciale du Japon, participé au salon Restaurant Canada pour rehausser le profil et la crédibilité des produits de bœuf de l’Ontario et assisté à deux événements commerciaux internationaux.

OBMD a lancé le bœuf Angus Heritage Ontario lors de la foire commerciale des supermarchés japonais dans le prolongement du bœuf de maïs de l’Ontario, qui a connu une croissance considérable depuis son introduction sur le marché en 2015.

Bien que la pandémie ait entraîné une baisse de 14% des exportations de bœuf canadien vers le Japon en 2020, le bœuf de l’Ontario a connu une augmentation des ventes, ce qui a permis au programme de réaliser un retour sur investissement de 4,58 $ pour chaque dollar de prélèvement provincial investi.

Le gain est remarquable compte tenu de l’impact du COVID-19 sur la seconde moitié de 2020.

«En août, la valeur des exportations vers le Japon était en hausse de 22% par rapport à 2019. En octobre, nous étions encore en hausse de 11% (en raison des fermetures et des ralentissements)», a déclaré M. Baker. «Seulement pour voir les fermetures et les ralentissements ont vraiment un impact sur les derniers mois, ce qui nous a amenés à une augmentation de 1%.»

John Baker est optimiste que le bœuf de l’Ontario continuera de prospérer au Japon, en partie grâce à l’adhésion de la marque Ontario Corn Fed Beef et au lancement en ligne de Ontario Heritage Angus Beef pendant la pandémie.

«Rien qu’au Japon, nous travaillons actuellement avec 18 chaînes de vente au détail différentes dans sept des neuf régions du pays», a indiqué John Baker. «Il y a maintenant 597 magasins de détail à travers le pays qui commercialisent activement le bœuf de l’Ontario en tant que marque haut de gamme.

Il a ajouté que le groupe avait également assisté au Vietnam Food Expo à Hô-Chi-Min-Ville, le marché en développement le plus rapide d’Asie, en novembre 2019 pour présenter les produits de bœuf de l’Ontario à plus de 40000 acheteurs et restaurateurs avant la fermeture des voyages.

«Nous avons établi une relation de distribution, a-t-il noté. Nous sommes bien positionnés pour entrer sur le marché une fois que les problèmes de coronavirus nous auront tous dépassés, et que nous serons de retour à un état normal.»

Le marché ontarien reçoit plus de soutien

L’OMBD s’est orientée vers le marché intérieur lorsque les expéditions commerciales internationales se sont arrêtées en mars.

«Notre priorité s’est déplacée vers le soutien des activités promotionnelles autour des marques de bœuf ontariennes existantes et la conduite de plus d’initiatives de type volume sur le marché, ainsi que la promotion des objectifs d’assurance de la qualité ici dans la province», affirme M. Baker.

Leurs efforts portent leurs fruits, montrant une augmentation des prix des bovins en Ontario. Les prix des bovins engraissés en Ontario se sont raffermis par rapport aux prix aux États-Unis en 2020 et un retour à des prix plus élevés par rapport à l’Alberta. De même, les prix des veaux de l’Ontario ont affiché une solide performance par rapport aux valeurs des veaux américains et ont produit à peu près la même performance que les prix de l’Alberta.

Bien que l’Ontario soit la destination de la plupart des importations de bœuf canadien, le bœuf de l’Ontario gagne une plus grande part de marché en Ontario, a noté M. Baker.

«2010 est l’année où Loblaw s’est engagé à l’égard du programme ontarien de bœuf nourri au maïs», a-t-il dit. «En deux ans, la demande a augmenté de plus de 200 000 têtes de bétail… ce qui est une croissance absolument incroyable.»

En soutenant les marques partenaires, OBMD peut tirer parti des ressources collectives entre eux pour accroître la notoriété du marché ontarien.

Par exemple, le principal partenaire du programme en matière de services alimentaires, Flanagan’s, se concentre à 100% sur le marché ontarien et s’est fermement engagé envers le bœuf ontarien, a expliqué John Baker.

«Il y a actuellement six camions (Flanagan) enveloppés dans les thèmes du bœuf de qualité supérieure de l’Ontario sur les routes», a-t-il dit, ajoutant que l’engagement envers le bœuf de l’Ontario est fort. «Ils ont fait de leur chaîne d’approvisionnement locale et de leur partenariat avec les éleveurs de bovins de l’Ontario le point culminant de l’histoire de leur marque.

L’OMBD a travaillé avec la Table ronde canadienne pour le bœuf durable (CRSB) pour qualifier le programme d’assurance de la qualité du bœuf de maïs de l’Ontario en tant qu’organisme de certification.

Le résultat est que les producteurs de l’Ontario peuvent accéder à un programme d’assurance de la qualité supplémentaire pour le programme de bœuf durable de Cargill, un accès facile à la certification CRSB pour les parcs d’engraissement de l’Ontario et le développement d’un processus de certification à distance COVID-19.

«Avec l’augmentation récente de la demande du marché pour du bœuf certifié durable, dont la plupart est tirée par le marché ontarien, les producteurs ontariens sont bien placés pour profiter de cette occasion», a-t-il précisé.

Cargill Guelph devenant un transformateur de bovins engraissés durables certifiés, les producteurs ontariens sont bien placés pour capitaliser sur la demande du marché pour davantage de veaux certifiés VBP + en Ontario.

La stratégie comprend le soutien aux petits programmes de producteurs régionaux, les initiatives et les programmes axés sur les producteurs et le financement des ressources pour développer des projets, qui correspondent à la stratégie. Malgré la communication de ces opportunités par le biais d’événements BFO et de communiqués régionaux, M. Baker a déclaré qu’aucune candidature n’avait été soumise en 2020.

Source : https://farmtario.com/livestock/beef-marketing-program-continues-to-see-gains-despite-covid/