Les algorithmes arrivent dans les parcs d’engraissement

Vérifier chaque enclos pour un animal malade dans un parc d’engraissement est très difficile – souvent, le bétail se ressemble pour la plupart et si vous n’êtes pas assez rapide pour repérer le malade, les conséquences pourraient vous coûter cet animal.

Mais un nouveau système de surveillance RFID à ultra-haute fréquence simplifie la vérification des enclos pour les opérateurs de parcs d’engraissement et potentiellement un jour, pour les opérations vache-veau.

Tiré de albertafarmexpress.ca – par Jennifer Blair – Publié le 31 mai 2021
| Traduction et adaptation libre par la rédaction |

«Aujourd’hui, nous sommes à 100 % à la merci de la capacité de nos contrôleurs à voir visuellement cet animal malade», a déclaré Simon Cobban, responsable des solutions pour parcs d’engraissement chez UFA. «Aujourd’hui, ils n’ont pas d’outils pour les aider, à part l’identification visuelle des animaux malades – et c’est parfois un peu comme essayer de trouver Charlie dans un enclos.

«Chaque fois que vous devez vous fier à quelque chose qui est à 100% un effort humain, tout outil que vous pouvez leur donner pour les aider et rendre leur travail plus facile et plus efficace vaut absolument la peine d’être examiné.»

UFA a récemment acquis les droits canadiens de HerdWhistle, développé par la société de technologie de Calgary A4 Systems. Il surveille le comportement de chaque animal, par exemple la fréquence à laquelle ils se rendent dans une mangeoire ou un abreuvoir et combien de temps ils y restent. La fréquence et la durée des visites permettent au système d’établir une base de référence pour le comportement « normal » de chaque animal. Dès qu’un animal sort de la plage de comportement normal, il est signalé par le système et retiré pour une enquête plus approfondie.

«Une chose dont nous sommes sûrs, c’est que lorsqu’un animal tombe malade, son comportement change», a déclaré Simon Cobban. « Une fois que vous avez établi le comportement normal de cet animal – et cela se produit très rapidement – ​​nous pouvons alors identifier quand ce comportement change. Grâce à ce changement de comportement, nous pouvons désormais identifier les animaux qui auraient une probabilité plus élevée d’être malades.»

Et plus tôt vous pouvez détecter cet animal malade et le tirer pour le traitement, meilleur est le pronostic. Les développeurs de HerdWhistle disent qu’il est capable de détecter la maladie trois à cinq jours (et dans certains cas, jusqu’à sept jours) avant qu’il n’y ait des signes visibles.

«La clé est la détection précoce et le traitement précoce. Cela permet une récupération plus rapide et des animaux en meilleure santé», a indiqué Simon Cobban. «Maintenant, nous traitons ces animaux beaucoup plus tôt et nous pouvons réduire la mortalité jusqu’à 25 %, ainsi que la morbidité, les taux de traitement et la transmissibilité dans l’enclos. En conséquence, nous envisageons des taux de traitement potentiellement inférieurs au fil du temps.»

Cela signifie également que les animaux malades sont moins susceptibles de passer entre les mailles du filet en raison d’une erreur humaine ou d’une pénurie de main-d’œuvre de qualité, a-t-il ajouté.

«Plutôt que vos contrôleurs essayant d’identifier ces animaux malades, ils n’ont plus qu’à sortir et à les trouver», a-t-il déclaré. «Désormais, au lieu d’être submergés parce qu’ils ont tout le parc d’engraissement à examiner, ils peuvent cibler les animaux à problèmes et simplement les extraire de la liste qui leur a été donnée.»

Cela aide également à contrôler les stocks. Si un animal perd son étiquette ou se retrouve dans le mauvais enclos, le système reconnaîtra que son comportement a changé – quelle qu’en soit la raison – et le signalera pour un suivi.

«Nous pouvons vous offrir un contrôle des stocks presque à 100%», explique M.Cobban. «Vous saurez exactement où se trouve chaque animal à tout moment, et si un animal disparaît pour une raison quelconque, il sera signalé et vous pourrez partir à la recherche de cet animal.»

La traçabilité est également améliorée au sein de l’exploitation.

«Nous pouvons retracer les déplacements de cet animal, tous les additifs alimentaires et les médicaments dans le parc d’engraissement.»

D’autres systèmes RFID à basse fréquence utilisés aujourd’hui offrent certaines de ces fonctionnalités, mais ont tendance à ne pas être aussi efficaces ou efficients que le système à ultra-haute fréquence de HerdWhistle, affirme-t-il.

«Avec cette technologie, vous ne pouvez pas lire deux étiquettes côte à côte, par exemple, et les plages de lecture sur elles sont très faibles», a-t-il ajouté. «Plus la fréquence est élevée, meilleure est la technologie pour lire les tags. Votre plage de lecture s’étend et vous pouvez lire plus d’une balise en même temps.»

«Si vous le placez à la mangeoire où il y a 100 têtes de bétail, vous pouvez lire les 100 têtes en même temps.»

Le matériel et les algorithmes de HerdWhistle sont toujours en cours d’affinement par les développeurs et, en tant que tel, le système n’est encore installé dans aucun parc d’engraissement. Mais Simon Cobban a déclaré qu’il croyait que les exploitants de parcs d’engraissement et même les exploitations vache-veau en verraient les avantages.

«En théorie, cela fonctionnera absolument, et dans la pratique, nous avons vu que cela fonctionne, a-t-il soutenu. Donc, maintenant, nous le sortons à une échelle beaucoup plus grande pour prouver le concept.»

UFA propose actuellement un financement pour le matériel et renoncera aux frais de système mensuels pour les trois premiers clients.

«Nous cherchons à faire participer ces trois premiers, à s’inscrire et à utiliser le système afin de pouvoir l’affiner davantage», a-t-il déclaré. «Pour les trois premiers gars, cela ne leur coûtera pas grand-chose de le faire.»

Source : https://www.albertafarmexpress.ca/livestock/algorithms-getting-ready-to-saddle-up-at-feedlots