Le troupeau de bovins de l’Est du Canada s’agrandit

L’Est du Canada a recensé un troupeau de bovins légèrement plus important en 2020 par rapport à 2019, mais à l’échelle nationale, il y avait moins de bovins et de moutons et un peu plus de porcs. 

Statistique Canada a publié son inventaire de l’élevage 2020, le 1er mars, indiquant une baisse de 1% du cheptel bovin national, totalisant 11,2 millions d’animaux, et une baisse de 2% du nombre de moutons, totalisant 800 000. Le nombre total de porcs a augmenté de 0,4 pour cent pour s’établir à 14 millions. 

Statistique Canada a noté que la pandémie a perturbé le secteur de l’élevage au cours de la seconde moitié de 2020 avec des fermetures temporaires d’installations de transformation et des changements aux marchés habituels causés par diverses mesures de santé publique. 

Tiré de farmtario.com – par Barb Glen – Publié le 1er avril 2021
| Traduction et adaptation libre par la rédaction |

Pourquoi c’est important : Les baisses à long terme du nombre de têtes de bétail ont préoccupé les organisations d’élevage. 

L’est du Canada a connu une légère augmentation du nombre de bovins, à 2,9 millions de têtes, mais la taille du troupeau a diminué dans l’Ouest canadien de 1,7% pour s’établir à 8,2 millions. 

«Malgré ces défis, de juillet à décembre 2020, les usines de transformation ont adapté leurs opérations pour augmenter la capacité de traitement et réduire les arriérés existants. En fait, plus de bovins, de porcs et d’agneaux ont été abattus au second semestre 2020 par rapport à la même période en 2019», a indiqué l’agence. 

Les stocks de bovins canadiens ont connu une baisse générale depuis 2005. En fait, Statistique Canada a déclaré qu’ils étaient inférieurs de plus de 25% au sommet du 1er janvier 2005.

Comme d’habitude, l’Alberta avait le plus grand nombre de bovins, soit 39,5% du total canadien. La Saskatchewan venait ensuite avec 20,4% et l’Ontario troisième avec 14,2%. 

«Le nombre d’élevages bovins au Canada est en baisse depuis 2004, en grande partie attribuable aux regroupements d’entreprises», a déclaré StatsCan. 

Sur une note plus positive, les éleveurs de bovins ont gardé plus de cheptels reproducteurs au deuxième semestre de 2020 par rapport à 2019. Le nombre de génisses de boucherie a augmenté d’un peu plus de 4% pour atteindre 545 400 têtes. Le nombre de taureaux était en hausse de près de cinq pour cent à 210 000. 

«Cela a plus que contrebalancé les baisses d’une année à l’autre du nombre de vaches de boucherie (-0,4% à 3,5 millions de têtes), de vaches laitières (-0,3% à 977 800 têtes) et de génisses laitières destinées à la reproduction (-2,4% à 427 700 têtes) dans les fermes canadiennes.» 

Les abattages totaux de bovins et de veaux au second semestre 2020 ont augmenté de 0,6% par rapport à la même période l’an dernier, une fois que les emballeurs ont rétabli leur activité à partir du premier semestre. 

Les exportations ont reculé de 2% au second semestre de l’année dernière pour s’établir à 303 300 têtes. Selon StatsCan, la demande d’exportation a été affectée par la pandémie. Les usines de transformation américaines ont dû faire face à des arriérés d’abattage, ce qui a nui au flux transfrontalier de bovins canadiens. 

«Le prix moyen de juillet à décembre des bovins d’engraissement et de boucherie canadiens s’est légèrement redressé après de fortes baisses au printemps», a déclaré Statistique Canada. «Cependant, les prix sont généralement restés inférieurs au deuxième semestre de 2020 par rapport à la même période en 2019, les transformateurs s’efforçant d’éliminer les arriérés résultant des fermetures temporaires et des ralentissements causés par le COVID-19.» 

Source : https://farmtario.com/livestock/eastern-canada-cattle-herd-grows