Le secteur de l’élevage a un historique de diminution des émissions

Une nouvelle étude montre que l’intensité des émissions par unité de protéine animale produite a diminué à l’échelle mondiale au cours des deux dernières décennies en raison d’une plus grande efficacité de production.

Tiré de lebulletin.com – par Marie-Josée Parent – Publié le 31 juillet 2021

Malgré les inquiétudes concernant le coût environnemental de la production animale, l’appétit mondial pour les produits d’origine animale tels que la viande, les œufs et les produits laitiers continue de croître.

Suite à la récente révision des facteurs d’émission et de la méthodologie du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) pour les émissions de méthane du bétail, une équipe internationale de chercheurs, dirigée par le chercheur invité de l’Institut international pour l’analyse des systèmes appliqués, Jinfeng Chang, a entrepris de réévaluer l’élevage mondial émissions de méthane au cours des deux dernières décennies et les émissions prévues jusqu’en 2050.

Leur étude, publiée dans AGU Advances, est la première à appliquer les lignes directrices révisées du GIEC à l’échelle mondiale et à évaluer les différences qui en résultent dans les projections futures des émissions de méthane.

L’enquête de l’étude a porté sur trois questions. Tout d’abord, l’équipe a voulu déterminer la fourchette d’estimations des émissions de méthane du bétail et des intensités d’émission en utilisant les différents niveaux méthodologiques et versions des lignes directrices du GIEC (la version 2006 et l’affinement plus récent de 2019).

Ils voulaient également savoir comment l’intensité des émissions de méthane du bétail a changé au cours des dernières décennies, et comment ces changements diffèrent selon les pays et les régions.

Troisièmement, les chercheurs ont exploré dans quelle mesure les émissions de méthane du secteur de l’élevage changeront à l’avenir, quel potentiel d’atténuation existe et quelle forme il devrait prendre, et quelles mesures d’atténuation pourraient être les plus efficaces.

Alors que les émissions totales du secteur continuent d’augmenter, les résultats indiquent que l’intensité des émissions a globalement diminué pour la plupart des catégories de bétail dans le monde entre 2000 et 2018 par kilogramme de protéines dans les produits, notamment le lait et la viande de bovins, de buffles, de chèvres et de moutons ; viande de porc; et la viande et les œufs de volaille.

Une analyse régionale a fourni une image plus nuancée, montrant que même si les intensités peuvent diminuer dans l’ensemble, des différences régionales subsistent.

Lire le texte complet : https://www.lebulletin.com/elevage/le-secteur-de-lelevage-a-un-historique-de-diminution-des-emissions-114331