Le contrôle des parasites internes

Les parasites internes provoquent une variété de signes cliniques, notamment une perte de poids, la diarrhée et la mort. D’autres signes parasitaires moins évidents (souvent appelés signes subcliniques) ont un impact significatif sur les producteurs. Les signes subcliniques peuvent inclure des choses comme une diminution du poids au sevrage et des taux de reproduction plus faibles.

Tiré de bovinevetonline.com – par Rosslyn Biggs – Publié le 16 juin 2021
| Traduction et adaptation libre par la rédaction |

L’utilisation généralisée d’anthelminthiques (vermifuges) a conduit la plupart des programmes de lutte contre les parasites du bétail à se concentrer sur la maximisation de la production plutôt que sur le traitement des maladies cliniques. Il existe trois classes d’anthelminthiques disponibles aux États-Unis : les benzimidazoles, les lactones macrocycliques et un imidazothiazole. 

En raison de l’utilisation intensive d’anthelminthiques, des inquiétudes ont été soulevées quant au développement d’une résistance aux parasites entraînant une perte d’efficacité du produit. Les chercheurs de l’OSU étudient actuellement les troupeaux de bovins de l’Oklahoma pour la résistance aux parasites.

On pense que de nombreux facteurs liés à l’utilisation d’anthelminthiques ont le potentiel de contribuer au développement de la résistance. On pense que l’un des facteurs les plus importants est le traitement de tous les animaux dans un système de production, quelle que soit la charge parasitaire. L’application d’un traitement à une période de l’année où le nombre de larves sur les pâturages est faible peut également entraîner une augmentation relative des larves résistantes sur le pâturage. De plus, le poids des animaux est souvent estimé, ce qui conduit à un sous-dosage avec des concentrations inadéquates du médicament atteignant le parasite. D’autres groupes d’animaux sont souvent traités en fonction du poids moyen du groupe, ce qui fait qu’environ la moitié de la population reçoit moins que la dose recommandée. La forme d’administration de l’anthelminthique peut également avoir un impact sur le risque de résistance. Les formulations à verser sont pratiques et faciles à utiliser, mais un dosage précis est difficile et les formulations à verser produisent des concentrations de médicament plus faibles au niveau du parasite. En outre, il a été démontré que le comportement de léchage entraîne une exposition médicamenteuse des nématodes chez les bovins non traités.

Afin de lutter contre la résistance des parasites et de maintenir l’efficacité du produit, des programmes durables de contrôle des parasites doivent être développés. Des programmes efficaces reposent sur la connaissance des cycles de vie des parasites, des stratégies de pâturage saines et une utilisation appropriée des produits. Il est important de noter que le contrôle durable des parasites vise à supprimer la population de parasites en dessous du seuil de perte économique, et non à éliminer complètement les populations de parasites. Les producteurs devraient travailler en étroite collaboration avec leur vétérinaire pour concevoir un programme efficace de contrôle des parasites.

Source : https://www.bovinevetonline.com/news/education/biggs-internal-parasite-control