Le commerce des bovins en Amérique du Nord évolue

Le commerce du bétail entre les États-Unis, le Mexique et le Canada fait partie du marché nord-américain de plus en plus intégré du bœuf et du bétail. Les exportations et importations de bovins entre les trois pays se composent principalement de bovins d’engraissement et de boucherie, ainsi que d’un petit nombre de bovins laitiers et d’animaux reproducteurs. 

Tiré de drovers.com – par Derrell Peel – Publié le 12 juillet 2021
| Traduction et adaptation libre par la rédaction |

Au cours des cinq années 2016-2020, en moyenne 1,23 million de têtes de bétail ont été importées du Mexique. Ces importations consistent en 99,8 pour cent de bovins d’engraissement. Les importations de bovins d’engraissement en provenance du Mexique comprenaient en moyenne 82 pour cent de bouvillons et 18 pour cent de génisses. La plupart des importations de bovins d’engraissement mexicains pèsent entre 440 et 700 livres (61 %), 38 % pesant moins de 440 livres et seulement 1 % pesant plus de 700 livres. Les importations de bovins mexicains pour la période de janvier à mai 2021 ont totalisé 537 600 têtes, en baisse de 11,7% d’une année sur l’autre. 

Au cours des cinq dernières années, 27 000 têtes de bétail en moyenne ont été exportées au Mexique chaque année. Ces exportations consistent en 60 pour cent de bovins d’engraissement et 40 pour cent d’animaux laitiers et reproducteurs. Les exportations de bovins vers le Mexique ont récemment augmenté, avec des exportations de 32,500 têtes en 2020, en hausse de 46 % en glissement annuel. L’essentiel de l’augmentation concerne les exportations de bovins d’engraissement, qui ont représenté 65 pour cent des exportations l’année dernière. Pour la période de janvier à mai de cette année, les exportations de bétail vers le Mexique totalisent plus de 23 400 têtes, en hausse de 400 pour cent d’une année sur l’autre.

Les importations de bovins en provenance du Canada sont un mélange de bouvillons et de génisses d’abattage, de vaches et de taureaux d’abattage, de bovins d’engraissement et d’un petit nombre de bovins laitiers et reproducteurs. Les importations totales de bovins en provenance du Canada ont atteint en moyenne 686 800 têtes au cours de la période 2016-2020. Cela comprend 73 pour cent de bovins d’abattage (45 pour cent de bouvillons et de génisses d’abattage, 28 pour cent de vaches et de taureaux d’abattage), 25 pour cent de bovins d’engraissement et 1,7 pour cent de bovins laitiers et reproducteurs. En moyenne, les importations de bovins d’engraissement du Canada se composent de 28 % de bouvillons et de 72 % de génisses, la plupart des animaux pesant plus de 700 livres (66 %), 28 % pesant de 440 à 700 livres et environ 6 % moins de 440 livres. En 2021, les importations de bovins en provenance du Canada pour la période de janvier à mai ont totalisé 242,7 mille têtes, en baisse de 22,5% en glissement annuel, avec des importations de bovins d’abattage en baisse de 15,6% et des importations de bovins d’engraissement en baisse de 46,7% par rapport à l’année dernière. Les importations totales de bovins en provenance du Mexique et du Canada sont en baisse de 15,4 pour cent pour l’année à ce jour en 2021.

Les exportations de bovins vers le Canada ont fortement augmenté depuis 2016, avec une moyenne quinquennale de 184,9 milliers de têtes par an et une moyenne de 272,400 têtes par an en 2019 et 2020, les exportations de bovins laitiers et reproducteurs représentant 1,5 pour cent du total. En 2020, les exportations de bovins vers le Canada représentaient 40 % des importations de bovins, ce qui a donné lieu à des importations nettes de bovins de 402,800 têtes.

De 2016 à 2020, les importations de bovins d’engraissement ont atteint en moyenne 1,4 million de têtes par an, soit 3,9 pour cent de la récolte annuelle de veaux aux États-Unis. Ajustées pour tenir compte des exportations de bovins d’engraissement, les importations nettes de bovins d’engraissement ont représenté en moyenne 3,3 pour cent de la récolte nationale annuelle de veaux au cours des cinq dernières années. Les importations de vaches d’abattage et de taureaux ont atteint en moyenne 189 000 têtes par an, soit 2,9 % du total des abattages annuels de vaches et de taureaux de 2016 à 2020. Les importations de bouvillons et de génisses d’abattage ont atteint en moyenne 311 000 têtes par an de 2016 à 2020 et représentent 1,2 pour cent des abattages annuels de bouvillons et de génisses.

Source : https://www.drovers.com/news/industry/peel-north-american-cattle-trade-evolves