Le bétail pourrait bientôt être alimenté en pois chiches

Les pois chiches pourraient bientôt trouver une nouvelle base de fans : les vaches affamées.

À mesure que la production de pois chiches augmente dans le monde, les cultures qui ne conviennent pas à la consommation humaine sont recyclées dans l’alimentation du bétail en remplacement partiel de la farine de soja et des céréales, selon un chercheur de l’Université de la Saskatchewan.

Tiré de manitobacooperatoir.ca – Publié le 2 décembre 2020
| Traduction et adaptation libre par la rédaction |

Peiqiang Yu et ses collègues de la Canadian Light Source (CLS), basée à l’Université de la Saskatchewan, utilisent l’imagerie pour examiner la structure moléculaire du pois chiche afin de déterminer quelles variétés ont la valeur nutritionnelle la plus élevée et le meilleur potentiel comme source d’alimentation.

«Jusqu’à présent, les informations sur les valeurs nutritionnelles de ce pois chiche nouvellement développé pour l’alimentation des ruminants étaient limitées», a-t-il déclaré.

L’équipe a étudié CDC Cory, un nouveau pois chiche cultivé par le Crop Development Center de l’université.

Les chercheurs ont imaginé la distribution de composés chimiques tels que les protéines, les lipides et les glucides dans le tissu de pois chiche par incréments de la taille d’un pixel.

«Ces informations peuvent être utilisées pour sélectionner des variétés supérieures de pois chiches», a déclaré Peiqiang Yu, «et pour prédire les valeurs nutritives.»

Il a dit que l’équipement offre l’avantage particulier d’être non destructif.

«Contrairement à la chimie humide couramment utilisée, cette technique préserve la microstructure intrinsèque des échantillons et peut détecter des informations chimiques ultra-structurelles dans la dimension cellulaire.»

La recherche montre comment les techniques du synchrotron peuvent offrir des informations sur les cultures qui fonctionneront le mieux avant d’être produites à grande échelle. Dans ce cas, les analyses permettront de s’assurer que les vaches peuvent profiter d’un «houmous» qui n’est pas seulement une friandise savoureuse, mais également nutritive.

«La quantification de la structure moléculaire inhérente est essentielle pour comprendre la variation de la digestibilité et de l’utilisation des nutriments lorsque le pois chiche est utilisé dans l’alimentation animale.»

À l’avenir, l’équipe prévoit d’étudier comment différentes techniques de transformation des pois chiches comme le chauffage à sec, le chauffage humide et l’irradiation par micro-ondes affectent les composants nutritifs internes.

Source : https://www.manitobacooperator.ca/news-opinion/news/cows-could-soon-have-a-new-meal-choice-in-chickpeas/