Klassen: le marché des « feeders » grimpe à la hausse

Posté 6 septembre 2022 par Jerry Klassen

Comparativement à la semaine dernière, les prix des yearlings de l’Ouest canadien se sont échangés de 2 à 5 $ de plus en moyenne. Les mollets étaient assez variables. C’était la première semaine où de plus grands groupes de veaux étaient présentés sur les ventes en ligne. Les prix sur Internet semblaient être nettement plus élevés que les petits groupes de moins de 10 personnes passant par les enchères. Les exploitants de parcs d’engraissement étaient prêts à payer pour acheter 100 à 200 têtes de veaux en un seul achat à un seul endroit. La faiblesse du dollar canadien a donné un ton plus ferme tandis que les contrats à terme différés sur les bovins vivants ont continué de se négocier près des sommets des contrats. Certains exploitants de parcs d’engraissement rapportent des marges rentables sur les fermetures d’enclos actuelles, ce qui a également contribué à des valeurs de remplacement plus élevées.

La qualité des bovins d’un an mis sur le marché est excellente. Des niveaux de chair inférieurs avec une génétique supérieure ont amélioré la structure du marché. Les conditions de l’herbe ont été favorables en Alberta. Dans certaines régions du nord de l’Alberta et du nord et du centre-est de la Saskatchewan, les yearlings sont sortis de conditions d’herbe luxuriante. L’acheteur avisé peut tenir compte d’une meilleure efficacité du bétail provenant des parties plus sèches des contreforts de l’Alberta. Comme tout le reste, le pâturage du bétail est devenu une science et les marchés reflètent l’avantage concurrentiel.

Lire la suite