Des cheptels en hausse au pays

Les stocks de bovins, de porcs et de moutons canadiens au 1er juillet 2021 ont tous augmenté par rapport à la même date en 2020 tandis que les défis demeurent nombreux en raison de la COVID-19, indique Statistique Canada dans un récent rapport sur la situation. L’organisme ajoute que la situation a probablement changé en raison de la sécheresse dans l’Ouest et que les prochains rapports devraient refléter les impacts sur les cheptels.

Tiré de lebulletin.com – par Céline Normandin – Publié le 24 août 2021

Statistique Canada note que ce printemps, les usines de transformation de la viande ont été confrontées à des fermetures temporaires pour contrôler les éclosions de COVID-19, ce qui a perturbé les chaînes d’approvisionnement au moment de la troisième vague de la pandémie. Les conflits de travail ont causé d’autres problèmes, particulièrement dans le secteur de la transformation du porc.

Malgré les perturbations dans le secteur du bœuf, l’abattage de bovins a augmenté au premier semestre de 2021 par rapport à la même période en 2020 en raison de l’augmentation des naissances et des importations. Les agriculteurs canadiens avaient 12,3 millions de bovins dans leurs exploitations au 1er juillet 2021, en hausse de 0,2 % par rapport à la même date un an plus tôt. Il s’agit d’une première augmentation d’une année à l’autre depuis juillet 2017.

Total des stocks de bovins au 1er juillet, 2020 et 2021 

Les stocks ont augmenté de 0,8 % pour atteindre 3,0 millions de têtes dans l’Est du Canada, mais ils ont diminué de 0,1 % dans l’Ouest canadien pour s’établir à 9,3 millions de têtes.

Au 1er juillet 2021, les agriculteurs canadiens avaient 1,4 million de vaches laitières et de génisses dans leurs exploitations, en hausse de 1,6 % par rapport à la même date un an plus tôt.

Les prix moyens des bovins d’abattage canadiens ont été généralement plus élevés au premier semestre de 2021 qu’à la même période en 2020. Les prix des bovins d’engraissement ont été variables, la sécheresse et les coûts des aliments pour animaux étant devenus préoccupants en mai et en juin 2021, particulièrement dans l’Ouest canadien.

Lire le texte complet : https://www.lebulletin.com/elevage/des-cheptels-en-hausse-au-pays-115134