Des associations américaines demandent l’arrêt des importations de bœuf brésilien

La National Cattlemen’s Beef Association a demandé au secrétaire américain à l’Agriculture Tom Vilsack de suspendre immédiatement toutes les importations de bœuf frais du Brésil aux États-Unis en raison des inquiétudes suscitées par la déclaration par le pays de ses cas d’encéphalopathie spongiforme bovine. R-CALF USA a également emboîté le pas, demandant une action contre le Brésil en suspendant les importations de tous les produits de bœuf en provenance du Brésil, à la fois frais et précuits.

Tiré de beefmagazine.com – par Jacqui Fatka – Publié le 16 novembre 2021
| Traduction et adaptation libre par la rédaction |

Dans la lettre adressée à l’USDA , la NCBA a demandé une suspension jusqu’à ce que l’agence procède à une évaluation approfondie des risques et à un examen des processus que le ministère brésilien de l’Agriculture, de l’Élevage et de l’Approvisionnement alimentaire utilise pour détecter les maladies et autres menaces pour les consommateurs. La NCBA a également exhorté l’USDA à revoir le système de laboratoire de diagnostic vétérinaire du Brésil.

« Il est temps de garder le bœuf frais brésilien hors de ce pays jusqu’à ce que l’USDA puisse confirmer que le Brésil respecte les mêmes normes de consommation et de sécurité alimentaire que nous appliquons à tous nos partenaires commerciaux », a déclaré le vice-président des affaires gouvernementales de la NCBA, Ethan Lane.

Selon les rapports publiés par l’Organisation mondiale de la santé animale, également connue sous le nom d’OIE, le Brésil a mis plus de huit semaines pour signaler deux cas confirmés d’ESB atypique. L’OIE exige des pays qu’ils déclarent dans les 24 heures tout événement zoosanitaire qui pourrait être de portée internationale pour des urgences de santé publique. 

D’après la lettre, « le Brésil bénéficie des avantages de l’accès au marché accordé aux pays ayant la crédibilité de la désignation de risque négligeable de l’OIE – crédibilité fondée sur la notification en temps opportun des cas d’ESB à l’OIE. La NCBA craint sérieusement que les événements récents ne prouvent que le Brésil pourrait manquer de systèmes crédibles de sécurité sanitaire des aliments et de santé animale, et que le comportement irresponsable du Brésil pourrait constituer une menace importante pour la santé et la sécurité du cheptel bovin américain.

Lane ajoute : « La NCBA exprime depuis longtemps ses inquiétudes concernant le fait que le Brésil n’ait pas signalé les cas atypiques d’ESB en temps opportun, une tendance qui remonte à 2012. Leur piètre bilan et leur manque de transparence soulèvent de sérieux doutes quant à la capacité du Brésil à produire le bétail et le bœuf à un niveau de sécurité équivalent à celui des producteurs américains. S’ils ne peuvent pas respecter cette barre, leur produit n’a pas sa place ici. »

Les éleveurs de bovins américains portent les cicatrices de la dévastation de l’ESB, et nous avons travaillé avec diligence pour restaurer la confiance des consommateurs nationaux et étrangers, ajoute la lettre de la reconstruction requise après l’impact sur le marché de 2003 d’un cas d’ESB dans l’État de Washington.

« La confiance des consommateurs pour laquelle nous avons travaillé si dur ne devrait pas être compromise par un pays qui cherche à dissimuler la vérité sur les problèmes de santé animale ou de sécurité alimentaire ou qui n’a pas la capacité de fournir un niveau de sécurité équivalent. Les producteurs de bovins et les consommateurs de bœuf américains méritent mieux, et le Brésil doit prouver qu’il mérite le sceau d’approbation des États-Unis », ajoute la lettre.

La demande de suspension de la NCBA ne s’applique qu’au bœuf frais, cependant, la demande de R-CALF USA est plus large, demandant une suspension immédiate des importations de tous les produits de bœuf, frais et précuits, en attendant une enquête américaine sur le système de sécurité alimentaire du Brésil et son système de laboratoire de diagnostic vétérinaire.

Le groupe explique que la suspension plus large est nécessaire car les processus thermiques liés au bœuf ne sont pas capables d’inactiver le prion de l’ESB, et c’est le non-respect par le Brésil des exigences de déclaration de l’ESB qui a motivé la demande de suspension. La lettre de R-CALF USA stipule que « toutes les importations de viande bovine potentiellement sujette à la contamination par l’ESB doivent être suspendues ».

Source : https://www.beefmagazine.com/regulatory/cattle-groups-call-halt-brazilian-beef-imports