Une Angus de l’Alberta vendue pour 140 000 $

//  9 décembre 2019  //  Dossiers, Qualité de la viande et de la carcasse  //  Commentaires fermés

10decembre2019-9

Une vache noire Angus de Coaldale, en Alberta a été vendue pour un montant record de 140 000 $ en novembre dernier, établissant un record pour une maison de vente aux enchères du sud de l’Alberta et pour l’ensemble de l’industrie.

Inscrite U2 Erelite 109z dans le catalogue de vente aux enchères, la vente faisait partie de la dispersion complète du troupeau de U2 Ranch Ltd., tenue au marché aux enchères Perlich Bros. à Lethbridge, en Alberta.

Il n’y avait plus de place lors de la vente aux enchères, des acheteurs du Canada, des États-Unis, du Mexique et de l’Europe espérant tous avoir la chance de posséder l’animal recherché.

Tiré de CBC Radio – par Tracy Fuller – Publié le 30 novembre 2019
| Traduction et adaptation libre par la rédaction |

«Je ne pense pas que quiconque s’attendait à ce genre de fourchette de prix», a affirmé Ken Perlich, responsable des enchères.

«La vente a commencé le lundi 12 novembre», se souvient Ken Perlich, l’un des cinq partenaires familiaux qui possèdent et gèrent l’enchère.

«Nous avons vendu des Angus au cours de la première journée, avec comme meilleur vendeur un animal à 65 000 $. C’était très impressionnant. Puis le lendemain, quand le noir [Angus] est entré, il s’est envolé pour 140 000 $. C’était vraiment incroyable», a précisé Ken Perlich.

«Je pense que la famille [du vendeur] a été surprise. Nous avons aussi été surpris», a noté M. Perlich.

«Je ne pense pas qu’il y avait quelqu’un qui s’attendait à ce genre de fourchette de prix.»

L’animal avait un «mélange unique de puissance massive et de féminité exquise.»

Le catalogue de vente aux enchères comprenait une description détaillée de la vache à 140 000 $.

«109z se classe dans le premier pour cent pour le poids au sevrage, le poids d’un an et la valeur maternelle totale. Depuis 2015, elle a un record de production parfait et s’est transformée en donneuse très productive», lit-on dans le catalogue.

Faire les mathématiques de 140 000 $

140 000 $, c’est beaucoup d’argent pour une vache pour beaucoup en dehors de l’industrie bovine.

Mais les initiés disent qu’un prix pour les bovins plus élevé qu’une Buick ne devrait pas être une surprise.

«Il n’est pas rare qu’une femelle Angus vende entre 25 000 $ et 50 000 $», a déclaré Myles Immerkar, chef de la direction de l’Association canadienne Angus.

En ce qui concerne 109z en particulier, Myles Immerkar dit que la valeur de cette vache est descendue à sa valeur maternelle totale.

Si vous achetez 109z, vous ne l’achetez pas pour de la viande. Vous l’achetez pour son record de production et son pedigree.

En ce qui concerne son potentiel de reproduction, 109z est une vache gestante de 8 ans. Ce n’est pas une poule printanière, mais durant ces années, elle a fait ses preuves.

Ses trois fils ont été vendu à des troupeaux de race pure. Un taureau, nommé Coalition, s’est vendu 32 000 $. Un autre appelé Temptation s’est vendu plus de 47 000 $.

Alors que 109z entre dans ses années crépusculaires, elle n’a pas encore fini de produire.

Elle a probablement encore deux à sept années de reproduction en elle.

Chaque année, elle donnera naissance à un seul veau et produira encore 25 à 30 embryons, qui peuvent être transplantés dans des vaches de substitution ou vendus pour des centaines de dollars chacun.

Si tout se passe bien, 109z pourrait produire plus de deux douzaines de veaux chaque année pour le reste de sa vie fertile, ce qui pourrait représenter des centaines de milliers de dollars.

Élever un meilleur bœuf

Alors qu’est-ce que tout cela signifie pour le mangeur de bœuf canadien moyen?

Rien directement. Vous ne trouverez jamais de coupes d’un animal de 140 000 $ en vente chez Safeway ou Loblaws.

Cependant, la viande de sa lignée finira par se retrouver sur votre table de cuisine car la progéniture de 109z transmettra sa génétique coûteuse au plus grand troupeau Angus d’Amérique du Nord.

Certains de ces gènes se retrouveront dans le secteur commercial, qui fournit de la viande pour les bons bouchers, les steakhouses — même au menu des chaînes de hamburgers de grande consommation telles que McDonalds ou Harvey’s.

Les gènes sont importants parce que les producteurs s’efforcent toujours d’élever de meilleurs bœufs.

La science ne peut pas nous aider à développer un meilleur hamburger, alors au lieu de cela, elle aide le troupeau par une sélection sélective.

«Eh bien, [109z] est certainement un record au sein de notre association au Canada», a déclaré Myles Immerkar, chef de la direction de l’Association canadienne des Angus.

«Plus tôt cette année, nous avons eu un autre record où un taureau s’est vendu 200 000 $», a-t-il déclaré.

Source : https://www.cbc.ca/radio/costofliving/a-cow-worth-140-000-plus-whether-kombucha-is-bacteria-worth-billions-or-just-seaweed-tea-1.5378997/a-140-000-lesson-in-the-economics-of-bovine-genetics-and-breeding-1.5379000

Comments are closed.