Traçabilité : le Canada un exemple à suivre pour les Américains

//  30 avril 2018  //  Santé Humaine et Sécurité Alimentaire, Traçabilité  //  Commentaires fermés

tracabilite-1

En matière de traçabilité du bétail, les États-Unis sont une exception parmi ses concurrents sur le marché mondial de la viande bovine. En effet, parmi les 10 premiers exportateurs mondiaux de viande bovine, seuls les États-Unis et l’Inde ne disposent pas d’un système de traçabilité solide.

Et le système canadien pourrait être un modèle à suivre pour nos voisins du sud, rapporte une nouvelle parue dans The Western Producer, le 26 avril.

| Traduction et adaptation libre par la rédaction |

Les pays exportateurs comme le Canada, le Mexique et l’Australie exigent une identification individuelle de la ferme d’origine, des étiquettes d’oreille et une base de données centrale, et la plupart exigent un suivi des mouvements.

Les systèmes de la plupart des pays, y compris celui du Canada, sont en place depuis plus de 10 ans. Ils vantent également leurs systèmes dans le cadre d’un message alimentaire propre et sûr.

«Jusqu’ici, la traçabilité limitée aux États-Unis n’a pas été un obstacle, mais cela pourrait changer et les marchés durement gagnés pourraient être perdus très rapidement», a déclaré Thad Lively de la Fédération américaine des exportations de viande.

« Le fait que les États-Unis ne disposent pas d’un système de traçabilité à l’échelle nationale ne nous empêche pas d’être sur le marché mondial aujourd’hui. Nous avons trouvé une solution pour la Chine », a-t-il ajouté. Et si le marché chinois avait été perdu, ce n’aurait pas été un gros problème, car les États-Unis n’y ont expédié que 3 000 tonnes de viande de bœuf l’année dernière.

Mais globalement, en 2017, les États-Unis ont exporté 2,8 milliards de livres de bœuf et si une maladie animale majeure éclatait, de nombreux acheteurs étrangers fermeraient leurs frontières.

Cela pourrait coûter aux producteurs plus de 300 $ US par tête. Si un marché important comme Wal-Mart ou McDonald exige une traçabilité, cela pourrait suffire à pousser le pays vers un programme, a-t-il dit.

« Nous vivons aujourd’hui sur du temps emprunté. Allons-nous être obligés d’aller vers la traçabilité dans notre industrie bovine ou allons-nous y arriver par une approche plus axée sur le marché  », a-t-il demandé.

De nombreux consommateurs américains supposent probablement que la traçabilité existe déjà et s’ils achètent du bœuf de marque, que le produit a probablement cet attribut pour assurer que la documentation est disponible sur les soins aux animaux, la santé et les considérations environnementales.

Pour Mark McCully, vice-président du programme Certified Angus Beef, les consommateurs sont moins intéressés par la maladie, mais ils veulent en savoir plus sur le bœuf avec des étiquettes comme le bœuf biologique, naturel ou sans antibiotiques.

Source : https://www.producer.com/2018/04/u-s-lags-other-major-exporters-on-traceability/

 

Comments are closed.