Steve Kay – Canadian Cattlemen – Analyse des marchés des bovins

//  29 mars 2018  //  Analyses de marché, Marchés, Steve Kay (Cattle Buyers Weekly)  //  Commentaires fermés

Steve_Kay

La sécheresse pourrait mettre fin à l’expansion

Publié le 23 mars 2018

Si vous n’avez pas de graminées adaptées au pâturage, les plans d’expansion du troupeau vont en souffrir.

Les producteurs de bovins de boucherie en Amérique du Nord doivent en grande partie leur subsistance à une culture simple mais précieuse – l’herbe. Plus ils en ont, plus ils élargissent leurs troupeaux parce qu’aucun producteur ne peut supporter de voir les pâturages sous-utilisés. Moins ils en ont, plus ils sont susceptibles de réduire leur nombre. Les producteurs aux États-Unis savent très bien comment la sécheresse a pu provoquer ces réductions, de façon drastique, au cours des dernières années.

(Traduction libre de Mylène Noël)

C’est avec une certaine inquiétude que les conditions de sécheresse se sont aggravées le mois dernier dans plusieurs régions des États-Unis. La sécheresse extrême s’étend maintenant à travers une grande partie du Texas Panhandle dans le sud du Kansas, avec des poches en Arizona et ailleurs. La sécheresse sévère s’étend des Rocheuses du Colorado au fleuve Mississippi et au sud de la Panhandle de la Floride, ainsi que dans certaines régions du Montana et du Dakota du Sud.

Si ces conditions persistent, il est possible que les quatre années d ‘expansion du cheptel bovin américain prennent fin. Le cheptel total s’est encore élargi en 2017, mais à un rythme légèrement plus lent que prévu. Le nombre total de bovins et de veaux au 1er janvier était de 94,399 millions de têtes, en hausse de 694 000 têtes ou 0,7%. Le nombre de vaches de boucherie a totalisé 31,723 millions de têtes, en hausse de 510 000 têtes ou de 1,6% par rapport à l’année dernière. La récolte de veaux de 2017 a totalisé 35,808 millions de têtes, en hausse de 715 000 têtes ou de 2,0% par rapport à l’an dernier. Les analystes avaient prévu que l’inventaire total serait en hausse de 1,3 pour cent. Mais un plongeon dans les chiffres a révélé que l’USDA a révisé à la hausse son total du 1er janvier 2017 de 120 000 têtes.

Dans les États, la croissance la plus surprenante en 2017 est survenue dans le nombre de vaches de boucherie du Dakota du Sud, qui a augmenté de 8,2 pour cent. Le Texas continue d’avoir de loin la plus grande population de bovins de tous les États. Son total au 1er janvier était de 12,500 millions de têtes, en hausse de 200 000 têtes par rapport à l’année précédente. Le Nebraska est le numéro deux avec 6,800 millions de têtes, en hausse de 350 000 têtes, et le Kansas est le numéro trois avec 6,300 millions de têtes, en baisse de 100 000 têtes. Le Texas dirige également les États avec le plus de vaches de boucherie. Il comptait 4,585 millions de têtes le 1er janvier, soit 25 000 de plus qu’il y a un an. Le Missouri est deuxième avec 2,166 millions de têtes, en hausse de 111 000, l’Oklahoma est troisième avec 2,131 millions de têtes, en hausse de 36 000 têtes, le Nebraska est quatrième avec 1,910 million de têtes, en baisse de 10 000 têtes et Dakota du Sud cinquième avec 1,801 million de têtes, en hausse de 137 000 têtes. Le Kansas a vu son nombre de vaches de boucherie chuter de 63 000 têtes pour atteindre 1,507 million de têtes.

Le Dakota du Sud a également ajouté 40 000 remplacements de vaches de boucherie en 2017, soit plus que tout autre État. La croissance annuelle de 150 000 têtes des veaux a également été plus importante que dans tout autre État. La hausse des vaches de boucherie, du nombre de bovins de remplacement et de la récolte de veaux reflète la réouverture d’une usine de transformation du bœuf à Aberdeen et le déplacement du bétail du Montana en raison de la sécheresse (voir ci-dessus). Le 1er janvier 2018, le cheptel bovin en engraissement au 1er janvier 2018 était en hausse de 50 000 têtes ou de 13,2 pour cent par rapport à l’année précédente, ce qui suggère que l’usine encourage également la finition des bovins dans l’État.

La surprise dans le rapport était l’approvisionnement des bovins d’engraissement et des veaux en dehors des parcs d’engraissement, a déclaré l’analyste Andrew Gottschalk de HedgersEdge.com. Il calcule que ce nombre devrait diminuer de 608 000 têtes à compter du 1er janvier 2017. Même si une réduction n’était pas inattendue, l’ampleur de la baisse est un choc. La réduction devrait soutenir le secteur des bovins finis au cours du quatrième trimestre. En ce qui concerne l’expansion continue du cheptel, l’abattage des femelles a augmenté en 2017 mais reste bien en deçà des niveaux de liquidation, note Gottschalk.

Prime Cuts avec Steve Kay

Source :

Articles:

 

Comments are closed.