Revenus fixes et dépenses plus élevés pour les agriculteurs canadiens

//  8 juin 2019  //  Sécurité financière  //  Commentaires fermés

11juin2019-6

Quelle que soit la façon dont vous le mesurez, les revenus agricoles canadiens et manitobains en 2018 ont enregistré une forte baisse à deux chiffres en 2018.

Les deux principaux coupables étaient des revenus plats, en partie à cause des restrictions commerciales, et des dépenses plus élevées, notamment pour l’alimentation commerciale, les intérêts et le carburant pour machines.

Bill Campbell, un agriculteur de Minto, après avoir ressenti le «squeeze» dans ses propres opérations, n’est pas surpris.

«Je peux voir une tendance qui est préoccupante», a déclaré M. Campbell, président de Keystone Agricultural Producers (KAP). «Nous payons continuellement plus de dépenses et ne générons pas nécessairement plus de revenus en tant que secteur.»

Tiré de Manitoba Co-operator – par Allan Dawson – Publié le 6 juin 2019
| Traduction et adaptation libre par la rédaction |

Dans son rapport sur le revenu agricole du 28 mai, Statistique Canada indique que les revenus monétaires agricoles canadiens et manitobains en 2018 ont chuté de 20,7% et 18,5% pour s’établir à 11,6 milliards $ et 1,46 milliard $, respectivement.

Pour les agriculteurs canadiens, c’est la plus forte baisse en pourcentage du revenu monétaire net, définie comme la différence entre les recettes agricoles et les dépenses d’exploitation agricole, depuis 2003, a déclaré un analyste de Statistique Canada.

Pourquoi c’est important : Les agriculteurs doivent être rentables pour rester en affaires. Lorsque les agriculteurs se débattent financièrement, le secteur agricole et l’économie canadienne souffrent également.

Concerné

M. Campbell, qui a travaillé dans des conditions difficiles, est inquiet.

«Je me sens plus vulnérable que jamais à aucun moment de ma carrière dans l’agriculture en raison des dépenses élevées et de l’atmosphère géopolitique en matière de commerce», a-t-il déclaré. «Dans les années 80 et 90, je sentais toujours que notre ferme survivrait. Nous avions du bétail et du grain, nous nous assurions nous-mêmes et nous avons toujours cultivé une culture dans notre région. Mais je ne suis pas aussi sûr que la production vous mène maintenant… où nous dépensons plus et obtenons moins. Je suis plus préoccupé par le futur que par mes 63 ans d’existence.»

Les agriculteurs font face à des vents contraires, mais JP Gervais, économiste agricole en chef de Financement agricole Canada, demeure optimiste quant à l’agriculture canadienne à long terme.

«Nous sommes en crise, je pense qu’il ne fait aucun doute que le revenu net en espèces baisse de 21%, mais nous entrons dans une situation de force», a déclaré M. Gervais. «Les marges sont en moyenne positives, mais davantage d’opérations sont confrontées à des marges plus réduites et, dans certains cas, à zéro. Pour mettre les choses en perspective, nous sommes revenus à ce que nous étions en 2011 en termes de revenu monétaire net… Est-ce une mauvaise chose? Pas nécessairement lorsque vous tenez compte de la formidable croissance du secteur.»

Saut inattendu

M. Gervais a été surpris de voir les dépenses agricoles canadiennes augmenter de 6,6% en 2018.

«En septembre (2018), ils avaient une tendance autour de trois, 3,4 et quatre (pour cent),» a-t-il déclaré. «Arrive à la fin de l’année et ils sont maintenant à 6,5%. C’est un grand saut.»

Alors que le revenu monétaire net au Canada a chuté de près de 21% en 2018 par rapport à l’année précédente, le revenu net réalisé et le revenu net total ont encore diminué de 45% et 60%.

Les recettes agricoles canadiennes, y compris les paiements de programmes agricoles, ont augmenté de seulement 0,1% pour atteindre 62,2 milliards de dollars, mais les dépenses d’exploitation agricole ont bondi de 6,5% pour atteindre 50,6 milliards de dollars. La différence laissait aux agriculteurs canadiens un revenu net en espèces de 11,6 milliards de dollars.

Le revenu en espèces net, le revenu net réalisé et le revenu net total du Manitoba pour 2018 ont chuté de 18,5%, 33% et 54%.

Les recettes monétaires agricoles du Manitoba pour 2018 ont diminué de 1% pour s’établir à 6,6 milliards de dollars, mais les dépenses d’exploitation agricoles ont bondi de 5% pour atteindre 5,15 milliards de dollars, ce qui a laissé un revenu monétaire net de 1,46 milliard de dollars.

Lors de l’évaluation du revenu agricole, Gervais a déclaré préférer le revenu monétaire net, qui correspond aux recettes agricoles moins les dépenses d’exploitation.

«Les revenus par rapport aux coûts décaissés et cela vous donne une assez bonne idée de la situation du marché», a-t-il déclaré.

Le revenu net réalisé est le revenu monétaire net moins l’amortissement, plus le revenu en nature, tandis que le revenu agricole net total est le revenu net réalisé ajusté pour prendre en compte les variations de la valeur des stocks de produits agricoles. Les deux mesures ont leur place, mais le revenu monétaire net est un critère cohérent pour mesurer l’état du revenu des agriculteurs, a déclaré JP Gervais.

Un petit changement dans les recettes et / ou les dépenses agricoles peut entraîner un changement important en pourcentage du revenu agricole, à la hausse ou à la baisse, a-t-il ajouté.

«Je ne veux rien embellir«, a déclaré M. Gervais.

«Nous avons des problèmes d’accès au marché des légumineuses, pour le canola. C’est quelque chose d’important. Il y a peut-être des avantages pour certaines céréales en raison des conditions météorologiques aux États-Unis. Mais dans l’ensemble, je pense qu’il y a des obstacles en 2019. Mais à long terme, je ne vois aucune raison de modifier les perspectives, ce qui est positif pour moi. La demande de produits agricoles est encore très forte. La demande de nourriture est forte. Nous avons un dollar à 75 cents (US) qui soutient les marges. Nous avons des produits canadiens et une bonne réputation. Toutes ces choses sont positives. Mais je ne veux pas minimiser le fait qu’il existe des vents contraires à court terme qui créent de réels défis pour les exploitations agricoles.»

Source : https://www.manitobacooperator.ca/news-opinion/news/flat-revenue-higher-expenses-squeeze-canadian-farmers/

 

Comments are closed.