Qu’est-ce qui rend le sol sain?

//  29 juillet 2020  //  Conseils  //  Commentaires fermés

4aout2020-6

La santé des sols a été définie comme «la capacité continue du sol à fonctionner comme un système vivant vital, dans les limites des écosystèmes et de l’utilisation des terres, pour soutenir la productivité biologique, maintenir la qualité de l’air et de l’eau, et promouvoir les plantes, les animaux et les humains. santé ». Le défi de cette définition poétique est que, si elle décrit les capacités fonctionnelles du sol, elle ne fournit pas de valeurs ni de mesures quantifiables. Il n’y a pas de paramètres pour déterminer ce qui rend le sol sain ou pour aider à identifier l’état de santé actuel du sol (c’est-à-dire est-il sain ou a-t-il encore besoin de travail?)

Tiré de beefresearch.ca –  Publié le 28 juillet 2020
| Traduction et adaptation libre par la rédaction |

Bien que la plupart des producteurs puissent convenir que la santé du sol est importante, les valeurs mesurables réelles de ce qui rend le sol «sain» varieront d’une ferme à l’autre. De nombreux projets de recherche à travers le monde s’efforcent de mieux comprendre la santé des sols et ce que cela signifie pour les opérations individuelles, mais n’ont pas encore défini de paramètres mondiaux spécifiques autres que la définition fournie en 1996. Ce défi est logique — considérons le Canada pour exemple. Les valeurs du pH, de la salinité, de l’infiltration d’eau et de la matière organique varient considérablement d’un bout à l’autre du pays et ce qui est considéré comme «bon» dans une zone peut ne pas l’être dans une autre région.

Bien que les chiffres et les objectifs réels puissent être différents pour une opération donnée, il existe cinq principes de santé des sols qui peuvent aider à protéger les sols et à maintenir la productivité des fourrages et des aliments.

  • Gardez le sol couvert: le sol nu se réchauffe et sèche plus rapidement et est plus susceptible de s’éroder. Les plantes vivantes et la biomasse peuvent fournir une couverture.
  • Réduire les perturbations mécaniques: des perturbations telles que le surpâturage ou le travail du sol peuvent entraîner des modifications indésirables des communautés microbiennes et végétales.
  • Cultivez une racine vivante toute l’année: avoir une racine vivante dans le sol aide à nourrir les microbes du sol et à prévenir l’érosion.
  • Augmentez la diversité des plantes: en cultivant une variété de plantes différentes, vous fournissez de la nourriture à plusieurs microbes du sol différents. Cela fournit également différentes profondeurs d’enracinement pour aider à créer des agrégats de sol, ou des groupes de molécules de sol qui collent ensemble pour rendre le sol moins fragile.
  • Incorporer le pâturage du bétail: le pâturage du bétail renvoie des nutriments dans le sol, aide à incorporer la biomasse et stimule la production végétale.

De nouvelles recherches, dont certaines financées par le BCRC, aident à mieux définir ce qui rend les sols «sains», comment mieux comprendre le rôle de la santé des sols dans un environnement plus large et sur quoi les producteurs devraient se concentrer lorsqu’ils tentent d’améliorer la santé de leur les sols. Bien que cette recherche soit toujours en cours, il existe de nombreuses stratégies de gestion qui peuvent être mises en œuvre à la ferme pour protéger et améliorer la qualité du sol, il vaut la peine pour les producteurs d’examiner le sol sur leur exploitation et de développer leurs propres objectifs de santé des sols qui sont spécifiques à leurs besoins.

Source : http://www.beefresearch.ca/blog/what-makes-soil-healthy/

Comments are closed.