Quelle est la valeur économique du fumier de bœuf?

//  17 janvier 2018  //  Dossiers, Production durable et environnement  //  Commentaires fermés

Lundi, le 1 janvier 2018

Le fumier a de la valeur. Cette valeur peut résulter de l’amélioration de la qualité du sol, de l’augmentation du rendement et du remplacement des éléments nutritifs commerciaux nécessaires à la production agricole. Les articles précédents sur la valeur du fumier ont mis l’accent sur la santé du sol, les avantages environnementaux et les outils d’estimation de la valeur du fumier. Cet article mettra l’accent sur les avantages économiques du fumier. Les principaux messages à emporter sont:

1) Le ciblage des champs qui ont besoin de phosphore supplémentaire (P) produit la plus grande valeur économique du fumier.

2) Le ciblage les champs qui on besoin de potassium supplémentaire (K) augmentent considérablement la valeur du fumier.

3) La valeur additionnelle résultant de l’azote (N) et des micronutriments du fumier ainsi que des augmentations de rendement. Cependant, ces avantages sont généralement moins importants que P et K.

(Traduction libre de Mylène Noël)

Les hypothèses utilisées pour cette analyse se trouvent à la fin de la figure 4 .

Valeur du Nitrogène et du Phosphore

Le fumier est une source supplémentaire de P, de N-organique, d’ammonium-N et de micronutriments couramment requis par de nombreux champs. Les terres cultivées qui reçoivent du fumier appliqué à la surface (non incorporé) bénéficient à la fois de l’azote organique et du phosphore. La valeur des engrais dans le fumier de bovins (lot ouvert) est fortement influencée par la valeur du P et, dans une moindre mesure, du N organique ( voir la figure 1  et les hypothèses de toutes les figures présentées. Toutes les hypothèses se trouvent à la fin de l’article.). Étant donné que le fumier des parcs d’engraissement et de nombreux engrais solides contiennent peu de N-ammonium, l’incorporation pour conserver l’azote produirait peu de valeur supplémentaire.

Pour les lisiers, tels que ceux venant d’une étable à bœuf avec une fosse sous un sol en caillebotis, l’incorporation immédiate de fumier est importante pour tirer profit de la teneur importante en azote ammoniacal. Les fumiers de lisier conservent généralement la fraction d’ammonium N généralement perdue dans les lots ouverts. La figure 2  illustre la valeur de l’incorporation de fumier de bœuf à une fosse sous la grange. Environ 35 % de sa valeur résulte de l’ammonium-N conservé par injection directe.

Notez l’importance du P pour obtenir la valeur de ces deux fumiers. Près de la moitié ou plus de la valeur de chaque fumier ne sera réalisée qu’en appliquant du fumier dans les champs nécessitant une supplémentation en P (en général, les champs dont le niveau de P du sol de Bray est inférieur à 30 ppm). Ainsi, les agriculteurs qui veulent tirer le meilleur parti du fumier devraient cibler les champs ayant de faibles niveaux de P dans le sol. Une charge de 25 tonnes de fumier de bœuf à ciel ouvert a une valeur de fertilité de 350 $. Cependant, 2/3 de cette valeur ne sera pas réalisée si elle est appliquée à un champ avec des niveaux élevés de P dans le sol.

Valeur du potassium

Pour améliorer davantage la valeur du fumier, le fait de cibler les champs qui ont une exigence de K offre une valeur supplémentaire. Les tests de sol pour les champs hautement productifs identifient de plus en plus un besoin de supplémentation en potassium. Les fumiers sont une excellente source de K. Pour l’exemple de fumier de bovins d’engraissement partagé dans la figure 1, la valeur du fumier a presque doublé en l’appliquant à un champ avec une exigence de K (Figure 3 https://go.unl.edu/3gik) .

Réponse de rendement

Une valeur économique peut également être obtenue à partir d’une réponse au rendement du fumier. De telles réponses peuvent être le résultat d’une meilleure structure du sol et d’une plus grande tolérance à la sécheresse des sols recevant du fumier ou de l’activité biologique accrue dans le sol produisant un certain nombre d’avantages tels qu’une meilleure disponibilité des nutriments pour la plante. Une revue récente de la littérature mondiale portant sur 159 comparaisons de la valeur nutritive de remplacement du fumier a révélé une augmentation moyenne du rendement de 4,4 %. L’ajout d’une augmentation de rendement de 5 % à une récolte de maïs de 200 boisseaux / acre produira une valeur additionnelle. Cependant, notez que cette augmentation du rendement ne se compare pas à la valeur du P et du K dans le fumier (Figure 3), en supposant qu’une augmentation de rendement de 5 % ne soit atteinte.

Des avantages similaires sont observés pour les fumiers produits dans d’autres installations d’élevage de bovins dans des lots ouverts, des granges à litière et des bâtiments avec une fosse profonde, comme illustré à la figure 4 (https://go.unl.edu/si6m).

Clés pour la valeur du fumier

La clé pour obtenir la valeur économique des éléments nutritifs du fumier est la vitesse à laquelle le fumier est épandu. Pour recevoir les rendements indiqués dans les graphiques de cet article, les pratiques suivantes doivent être suivies:

1. Le fumier doit être appliqué à un taux qui ne dépasse pas les besoins en azote de la culture pour une seule année. L’excès d’épandage d’N du fumier risque d’être lessivé au-delà de la zone racinaire et d’être perdu. Voir Détermination des éléments nutritifs disponibles dans le fumier (https://go.unl.edu/r7bx) pour plus d’informations.

2. Le fumier épandu à des taux près des besoins en azote des cultures est généralement supérieur au P et au K. Cependant, ces nutriments continueront d’être disponibles pour les cultures dans les années à venir. Pour obtenir la valeur en P et en K du fumier, cibler les champs qui ont besoin de quantités supplémentaires de P et de K (voir Exigences nutritionnelles pour les cultures agronomiques au Nebraska (https://go.unl.edu/vvmr) ou vos recommandations spécifiques par état). De plus, évitez de réappliquer du fumier dans le même champ jusqu’à ce que les analyses de sol suggèrent la nécessité d’ajouter du P et du K.

L’accès à la valeur économique du fumier commence par le ciblage les champs faibles en P et K.

Auteur: Rick Koelsch, Génie des systèmes biologiques, Université du Nebraska
Réviseurs: Charles Shapiro, Université du Nebraska-Lincoln, Mary Berg, Université d’État du Dakota du Nord

Source :

Articles:

Comments are closed.