Préparer la relève, c’est prendre des décisions difficiles maintenant

//  24 septembre 2018  //  Transfert d'entreprise  //  Commentaires fermés

25sept2018-11

La démographie des fermes familiales du Canada évolue.

Cela signifie qu’il faut adopter de nouvelles attitudes à l’égard de la planification de la relève à la ferme, a déclaré Brent DeKoning, spécialiste de la relève agricole chez Lorkovic Wealth Management.

«Plus de 50% des agriculteurs canadiens ont… 55 ans et plus», a déclaré M. DeKoning lors d’un récent séminaire Web parrainé par Gestion agricole Canada.

Ces agriculteurs «ont beaucoup plus de richesse aujourd’hui qu’il y a 10 ou 15 ans», et ils doivent prendre des décisions importantes quant à l’avenir.

  Tiré de The Western Producer – par Brian Cross – Publié le 13 septembre 2018
| Traduction et adaptation libre par la rédaction |

M. DeKoning a déclaré que les familles d’agriculteurs canadiennes qui ne disposent pas d’un plan de relève solide devraient commencer par se poser deux questions importantes.

D’abord, où souhaiteraient-ils voir leur exploitation agricole dans le futur?

Deuxièmement, cette vision est-elle susceptible de se concrétiser si quelque chose d’inattendu devait se produire, comme un décès dans la famille ou une maladie imprévue?

Un nombre important de familles d’agriculteurs canadiens n’ont pas de plan de relève en place, a-t-il déclaré. Certains n’ont même pas de testament.

«De nombreux agriculteurs ne veulent tout simplement pas en parler», a déclaré DeKoning.

C’est peut-être à cause de la dynamique de leur famille ou peut-être parce qu’ils ne sont même pas à l’aise d’y penser. Ils ne peuvent pas penser à la vie en dehors de la ferme parce qu’ils ne savent que l’agriculture.»

Brent DeKoning a rappelé aux participants du séminaire que chaque ferme sera éventuellement transférée, soit pendant la vie du propriétaire, soit après le décès du propriétaire de la ferme, par le biais du processus successoral.

De toute façon, une planification appropriée est essentielle.

M. DeKoning a ajouté que les agriculteurs d’aujourd’hui devraient réfléchir à quelques questions clés lors de la conception d’un plan de relève.

Mode de vie

Quelles sont vos attentes en matière de mode de vie? À quoi ressemblera votre vie au fur et à mesure de votre retraite? À quoi ressemblera-t-il après votre départ de la ferme? De combien de revenus aurez-vous besoin pour soutenir ce mode de vie et d’où proviendront les revenus?

Dans de nombreux cas, les exploitants agricoles de longue date placent les besoins futurs de leurs enfants avant leurs propres intérêts, a déclaré M. DeKoning.

Il est bon de s’occuper de vos enfants, mais un plan solide devrait toujours se concentrer sur les besoins de ceux qui quittent l’entreprise, et pas seulement sur ceux qui sont prêts à prendre en charge l’opération.

Héritage

En tant qu’exploitant agricole, que souhaiteriez-vous transmettre à vos enfants, à vos petits-enfants ou à d’autres membres de votre famille? Est-ce que tous les actifs de la ferme vont à un enfant qui a manifesté un intérêt pour l’agriculture ou seront-ils partagés également entre tous les membres de la famille, même si tous les enfants ne sont pas intéressés par la gestion de la ferme?

Pour Brent DeKoning trop de familles d’agriculteurs ne tiennent pas compte des conséquences à long terme de la transition de la totalité ou de la plus grande partie de l’équité de la ferme à un seul enfant.

«J’ai eu plusieurs réunions là où nous entrons… et la famille se bat parce que le testament n’a pas été mis à jour (ou)… cela ne reflète pas ce que voulaient papa et maman», a déclaré DeKoning.

«J’ai également vu des cas où des enfants de 21 ans contrôlent trop tôt les actifs agricoles. Ils ne sont pas assez matures.

DeKoning a déclaré que les agriculteurs sans testament devraient en avoir un préparé et devraient y revenir régulièrement, à mesure que les conditions changent.

Finances

Votre situation financière correspond-elle à vos attentes en matière de mode de vie et d’héritage? Financièrement, votre exploitation agricole peut-elle se permettre d’atteindre vos objectifs? Un retrait de certaines capitaux propres ou une vente de certains actifs agricoles est-il nécessaire ou acceptable?

Demandez-vous, est-ce possible? Mes objectifs financiers sont-ils réalistes ou inaccessibles?

Relations professionnelles

Travaillez-vous avec les bonnes personnes pour vous assurer que votre plan est solide et que vos objectifs sont réalisables? Quand avez-vous eu pour la dernière fois une discussion significative sur vos objectifs à long terme avec votre comptable, votre avocat, votre banquier et votre spécialiste en assurance?

Selon M. DeKoning, les implications fiscales sont une partie importante de la planification de la relève agricole, mais elles ne devraient jamais être la seule considération.

«Il y a beaucoup de gens dans la communauté agricole qui peuvent vous aider à obtenir ces réponses», a-t-il déclaré.

Source : https://www.producer.com/2018/09/make-tough-decisions-now

 

Comments are closed.