Plus de bœuf Prime, mais une demande plus faible

//  16 juillet 2020  //  Marchés  //  Commentaires fermés

21juillet2020-3

Un impact significatif de la pandémie de coronavirus sur l’industrie du bœuf a été une augmentation du nombre de carcasses classées Prime. Les infections à COVID-19 dans les installations de conditionnement ont provoqué une réduction significative des abattages ce printemps, retardant la récolte de nombreux bovins prêts à être commercialisés. Ce goulot d’étranglement qui a duré des mois a entraîné une augmentation du poids moyen des carcasses et une augmentation des bovins.

Tiré de drovers.com – par Greg Henderson – Publié le 9 juillet 2020
| Traduction et adaptation libre par la rédaction |

La fermeture de la plupart des restaurants haut de gamme qui vendent du bœuf Prime a toutefois ralenti la demande de Prime.

L’USDA a indiqué que le classement des bovins Prime en mars et avril représentait un peu plus de 10% de l’abattage des bouvillons et des génisses. Les données de mai montrent le nombre Prime à un peu plus de 12%, contre 8% seulement en mai 2019. La moyenne hebdomadaire de carcasses de bouvillons et de génisses de juin était de 10,62%, contre 7,04% l’année dernière. Cette année n’a pas eu une seule semaine où le pourcentage national de prime est descendu en dessous de 9%. Au cours des 26 semaines de données, la moyenne a dépassé 10%, contre 8,55% en 2019.

«La forte augmentation du Prime disponible et le manque de trafic dans les restaurants de nappes blanches ont considérablement affecté la prime du produit Prime par rapport aux autres catégories», selon le Daily Livestock Report. «Les valeurs primaires de côtes et de longe sont celles où le bœuf de première qualité reçoit le plus de valeur. En 2019, la prime pour le bœuf Prime a grimpé en été en raison de la baisse globale du classement due aux poids plus légers. Cette année, davantage de carcasses sont classées Prime, mais le problème dans la chaîne d’approvisionnement a augmenté toutes les primes de catégorie de carcasse pour refléter le resserrement de l’offre de bœuf.»

L’arriéré de bovins et le nombre croissant de carcasses de qualité élevée ont entraîné un rétrécissement de l’écart de prix entre Prime et Choice. En juin, la prime pour les valeurs de longe Prime était supérieure de 2% à celle de l’année dernière, mais les primes de marque, Choice et Select ont augmenté de 20%, s’élevant à 60 $ par quintal.

«Le bœuf de première qualité a fait plus de percées dans le commerce de détail, mais le prix généralement plus élevé peut limiter l’accessibilité des consommateurs», selon le Daily Livestock Report. «Les deux dernières années ont montré que la demande de vacances au quatrième trimestre était forte et pourrait être l’occasion de déplacer du bœuf de première qualité cette année. Le bœuf de première qualité se prête à des occasions spéciales, surtout si les rassemblements sont concentrés sur des groupes plus petits, où la dinde entière et le jambon ne conviennent pas aussi bien.»

Source : https://www.drovers.com/article/more-prime-beef-softer-demand

Comments are closed.