Perspectives de la demande de bœuf pour septembre et octobre

//  16 septembre 2019  //  Analyses de marché, Marchés  //  Commentaires fermés

17septembre2019-14

Les prix des bovins nourris en Alberta ont oscillé entre 143 et 148 dollars tout au long de la période estivale. Le marché a été relativement stable sans modifications majeures de l’offre et de la demande. À l’avenir, la production de bœuf devrait augmenter en septembre et octobre. Dans le même temps, la demande traverse un creux saisonnier. Il est important que les producteurs de parcs d’engraissement de finition et les producteurs vache-veau aient une bonne idée des perspectives fondamentales pour la période automnale.

Le marché du bœuf est très unique. La demande en viande de bœuf est considérée comme inélastique; par conséquent, une petite variation de l’offre peut avoir un effet important sur le prix. Par conséquent, j’ai pensé que ce serait un bon moment pour discuter de quelques risques.

Tiré de canadiancattlemen.ca – par Jerry Klassen – Publié le 11 septembre 2019
| Traduction et adaptation libre par la rédaction |

Les économies américaine et mondiale sont vulnérables à une contraction. En règle générale, une augmentation de 1% des dépenses de consommation équivaut à une augmentation de 1% de la demande de bœuf. Si le consommateur américain tire les rênes des dépenses, les marchés du bœuf et du bétail sont très vulnérables aux risques de dégradation. Le marché du bétail est très sensible aux variations du revenu disponible du consommateur américain moyen. Le prix des substituts a peu d’effet sur le marché du bétail. Le bœuf est pour le consommateur à revenu élevé; il a toujours été et il le sera toujours.

Pour commencer, je voudrais attirer l’attention sur la situation de l’offre de bœuf aux États-Unis. En mars et avril, les rapports de l’USDA sur les bovins indiquaient des placements nettement supérieurs à ceux de l’année précédente dans les catégories de poids moyen. Cela se traduira par une forte augmentation d’une année à l’autre des approvisionnements prêts pour le marché en septembre et octobre. En septembre, l’abattage hebdomadaire aux États-Unis devrait atteindre en moyenne 660 000 têtes par semaine; cependant, en octobre, le nombre d’abattage devrait atteindre 700 000 têtes par semaine. Il s’agit d’une augmentation assez importante d’un mois à l’autre de la production. Lorsque les disponibilités augmentent, les prix baissent généralement.

Je suis préoccupé par la demande pour septembre et octobre. En septembre, les dépenses de restauration ont généralement diminué de 10% par rapport à août. Les dépenses de consommation des États-Unis au restaurant restent au plus bas jusqu’à la fin novembre et en décembre, lorsque les emballeurs commencent à acheter pour la saison des vacances. Cette année, le ralentissement des dépenses de consommation pourrait être plus défini que les années précédentes.

J’ai inclus un graphique de la confiance des consommateurs américains (voir ci-dessous). La confiance des consommateurs est une mesure fournissant une indication sur les dépenses futures des ménages et un aperçu général de la situation financière du consommateur. Une valeur supérieure à 100 indique que les consommateurs sont moins enclins à épargner et plus susceptibles de dépenser de l’argent pour des achats importants au cours des 12 prochains mois. Des valeurs inférieures à 100 indiquent une attitude pessimiste à l’égard de l’économie et suggèrent que les consommateurs vont limiter leurs dépenses.

17septembre2019-fig3Le graphique indique que la confiance des consommateurs américains a dépassé le niveau des 100 depuis janvier 2015. Le consommateur a connu quatre années d’économies faibles et de dépenses supérieures à la normale. À un moment donné, le consommateur commence à maîtriser ses dépenses. Malgré la baisse des taux hypothécaires, les mises en chantier aux États-Unis se modèrent également, ce qui est considéré comme un indicateur avancé de l’économie. Aux États-Unis, les mises en chantier ont diminué de 3,9% au premier semestre de 2019 par rapport à l’année dernière.

Aux États-Unis, les rendements des obligations à long terme sont inférieurs aux taux d’intérêt à court terme. Ceci est considéré comme une courbe de rendement inversée qui a précédé toutes les récessions précédentes. De plus, les rendements obligataires négatifs sont maintenant courants en Europe et au Japon, ce qui n’est pas un bon signal. Tous les crashs boursiers ont eu lieu en septembre et octobre. Je ne dis pas que nous allons avoir une crise majeure, mais de nombreux indicateurs économiques suggèrent que l’économie mondiale est vulnérable.

Au moment d’écrire cet article, les prix des yearlings dans l’Ouest canadien avaient atteint leur plus haut niveau en 52 semaines. Les prix du veau étaient également relativement élevés. Nous entrons dans une période où l’offre de bœuf augmente et la demande de bœuf passe à un creux saisonnier. Ce courant aval sur le marché pourrait être mieux défini si les économies américaine et mondiale se contractaient. Les éleveurs de bétail doivent être des gestionnaires de risques prudents compte tenu de la situation économique actuelle.

Source : https://www.canadiancattlemen.ca/2019/09/11/soft-beef-demand-outlook-for-september-and-october/

Comments are closed.