Merck – Contributions du soignant au bien-être des bovins

//  20 juin 2017  //  Chronique Performance Merck, Santé Animale  //  Commentaires fermés

Dr_Tom_Noffsinger

Tom Noffsinger DVM, conférencier à Journée Bovine 2017 du vendredi, 23 juin prochain

Les soignants des bovins ont des obligations, des responsabilités passionnantes, ainsi que des possibilités de contribuer au bien-être des bovins. Le changement des priorités des soignants, qui sont passées de la détection des maladies à l’amélioration de la performance, entraîne de nouveaux niveaux de bien-être des bovins.

(Traduction libre de Mylène Noël)

Webster définit le bien-être animal comme étant la santé, le bonheur et le bien-être en général. Nous avons la responsabilité de fournir aux bovins le confort physique, la protection contre les maladies, les besoins nutritionnels et la stabilité émotionnelle. Les vétérinaires comprennent que le stress physique et psychologique joue un rôle important dans la résistance aux maladies et les niveaux de performance du bétail. Les soignants peuvent être formés pour comprendre que tout contact humain avec les bovins affecte leur bien-être. Le contact humain peut soit créer un impact très positif ou créer un impact qui peut dévaster la santé et la performance des bovins et nuire à la sécurité des bovins et des humains.

Les vétérinaires et les gestionnaires doivent améliorer leurs capacités à former les soignants à pouvoir encourager les bovins à communiquer leur véritable état de santé. La compréhension des relations prédateur-proie est le fondement de la manipulation réussie des bovins et du développement de la communication avec eux, ce qui permet de détecter la maladie plus tôt.

Les bovins présentent des instincts de proies très forts. Les animaux de proie ont survécu dans la nature en étant conscients que les prédateurs choisissent d’attaquer l’animal boiteux, déprimé et faible. Si les soignants se comportent comme des prédateurs, les bovins leur cacheront leurs signes de dépression et de maladies aussi longtemps que possible. Comprendre davantage les capacités visuelles, auditives et sensorielles des bovins encourage les manipulateurs à cesser d’utiliser leurs tendances de prédateur de chasser et de crier.

Les manipulateurs qui récompensent le mouvement des bovins en relâchant la pression peuvent rapidement entraîner les bovins. Cela crée un respect mutuel et une confiance entre eux-mêmes et les bovins. Comprendre que les bovins aiment voir ce qui exerce une pression sur eux et qu’ils souhaitent voir où ils peuvent aller est fondamental pour une manipulation à faible contrainte. Les bovins qui font confiance aux manipulateurs acceptent volontairement de s’éloigner des manipulateurs, ils iront directement où ces derniers le veulent. Cette attitude de volonté a un effet positif sur l’interaction sociale du troupeau. Les bovins sensibles sont plus contents et les bovins timides sont plus disposés à concurrencer pour les aliments et l’eau. Une bonne communication des manipulateurs qui crée des mouvements de bétail volontaires et une attitude qui veut entraîner les bovins réduisent les niveaux de stress chez les bovins et les personnes.

Les soignants peuvent avoir un impact positif sur la santé, la performance et le bien-être du bétail grâce à une lutte efficace contre le stress lors d’interventions clés comme le vêlage, le marquage, le pâturage, le sevrage, le traitement et l’expédition. Les soignants qui visent d’avoir des compétences de manipulations à faible stress reconnaissent les comportements et les attitudes anormaux et développent la confiance et les compétences pour manipuler les comportements afin d’améliorer les niveaux de bien-être des animaux.

Source:

Christian Bernier
Cell : 418-889-8382
Courriel : christian.bernier@merck.com

Articles:

______________________________________

CAREGIVER CONTRIBUTION TO CATTLE WELL-BEING

Tom Noffsinger DVM

Cattle caregivers have exciting obligations, responsibilities, and opportunities to contribute to cattle well being. Shifting caregiver priorities from disease detection to performance enhancement results in new levels of cattle welfare.

Webster defines welfare as health, happiness, and general well being. We have a responsibility to provide cattle with physical comfort, disease protection, nutritional needs, and emotional stability. Veterinarians understand that physical and psychological stress play important roles in cattle disease resistance and performance levels. Caretakers can be trained to realize that all human contact with cattle impacts animal well being. Human contact can either create a very positive impact or can create an impact that can devastate cattle health, performance and cattle and human safety.

Veterinarians and managers must improve their abilities to train caretakers to encourage cattle to communicate their true state of health. Understanding predator-prey relationships is the foundation for successful cattle handling and the development of communication with cattle – which enables early detection of disease.

Cattle exhibit very strong prey animal instincts. Prey animals have survived in nature aware that predators select the lame, depressed, and weak to harvest. If caretakers behave like predators, cattle will hide signs of depression and disease from these people as long as possible. Understanding more about the visual, auditory and sensory abilities of cattle encourages handlers to override their predator tendencies to chase and yell.

Handlers that reward cattle motion with release of pressure can quickly train cattle. This creates mutual respect and trust between themselves and the cattle. Understanding that cattle like to see what is pressuring them and like to see where they can go is fundamental to low stress handling. Cattle that trust handlers, volunteer to move away from handlers and will walk straight away and move as directed. This attitude of willingness has a positive effect on herd social interaction. Sensitive cattle are more content and timid cattle are more willing to compete for feed and water. Consistent handler communication that creates voluntary cattle movement and an attitude to train cattle reduces stress levels in cattle and people.

Caretakers can have a positive impact on cattle health, performance, and well-being through effective low stress handling at key interventions like calving, tagging, grazing, weaning, processing and shipping. Caretakers that concentrate on low-stress handling skills recognize abnormal behavior and attitude and develop the confidence and skill to manipulate behavior to improve levels of animal welfare.

Source:

Christian Bernier
Cell : 418-889-8382
Courriel : christian.bernier@merck.com

Articles:

 

Comments are closed.