Manger le carbone par la racine

//  16 mai 2019  //  Production durable et environnement  //  Commentaires fermés

21mai2019-5

Un village du Témiscamingue connu pour son rodéo du camion (!) est en train de devenir une plaque tournante de la recherche sur la captation des gaz à effet de serre grâce aux travaux d’un chercheur passionné par les sols.

Notre-Dame-du-Nord, Témiscamingue. Du pont de ce village d’environ 1000 âmes, la vue sur la rivière des Outaouais et la tête de l’immense lac Témiscamingue est imprenable. Seul le sifflement du vent trouble le silence.

C’est dans cet endroit bucolique qu’a échoué il y a trois ans le chercheur Vincent Poirier. «Un des plus beaux labos du monde», dit-il en parlant des installations de l’Unité de recherche et de développement en agroalimentaire de l’Abitibi-Témiscamingue (URDAAT). Le jour de notre rencontre, il ne porte ni costume ni sarrau, mais un simple coton ouaté arborant des épinettes et le message « Explore more ». Le ton est donné. «Les changements climatiques et la lutte contre les émissions de gaz à effet de serre, c’est ma thématique de recherche et ça l’a toujours été», raconte ce natif de Québec.

Tiré de unpointcinq.ca – par Émélie Rivard-Boudreau – Publié le 23 avril 2019

 

Lisez l’article au complet ici.

Source : https://unpointcinq.ca/vivre-ici/stockage-du-carbone-dans-les-sols/

Comments are closed.