L’Université d’État du Kansas obtient un brevet pour son vaccin contre les infections du foie

//  2 mars 2018  //  Recherche en santé et bien-être animal, Santé Animale  //  Commentaires fermés

1er mars 2018

Des chercheurs vétérinaires de l’Université d’État du Kansas ont obtenu un brevet divisionnaire pour leur travail sur un nouveau traitement pour les abcès du foie chez les bovins qui ne reçoivent pas d’antibiotiques.

(Université d’État du Kansas)

Un nouveau brevet divisionnaire délivré à des chercheurs du Collège de médecine vétérinaire K-State pourrait fournir une option non-antibiotique pour prévenir les infections du foie des bovins de boucherie.

(Traduction libre de Mylène Noël)

Les universitaires T.G. Nagaraja et M.M. Chengjka et les chercheurs de l’ancien Collège de Médecine Vétérinaire Sanjeev Narayanan et Amit Kumar, ont publié leur plus récent travail « Composition et méthodes pour détecter, traiter et protéger contre l’infection à Fusobactérium » dans lequel ils ont utilisé une technologie à base de vaccins qui contourne l’utilisation des antibiotiques et les problèmes potentiels de santé publique associés à la résistance aux antibiotiques lorsqu’ils traitent les bovins et les moutons pour les abcès du foie causés par Fusobacterium. Les infections du foie constituent une préoccupation économique importante pour l’industrie des parcs d’engraissement.

Le travail des chercheurs améliore un ancien brevet qu’ils ont obtenu pour leur nouvelle approche de prévention des infections aux fusobactériens, a déclaré Nagaraja, professeur émérite de microbiologie dans le département de médecine diagnostique et de pathobiologie du Collège de médecine vétérinaire.

« Nous avons identifié une protéine et appris les mécanismes d’attachement de la protéine aux cellules, nous avons donc créé des compositions et des méthodes pour utiliser la protéine pour empêcher l’attachement de Fusobacterium aux cellules du rumen – le premier compartiment d’un estomac de vache – et du foie » , a déclaré Nagaraja. « Si les bactéries ne se fixent pas aux cellules, elles sont très peu susceptibles de provoquer une infection. »

Chengappa, également professeur émérite de microbiologie dans le département de médecine diagnostique et de pathobiologie, a déclaré que le brevet original couvre l’utilisation de l’invention des chercheurs dans les systèmes d’expression, les adjuvants, les solutions injectables, les composés oraux et les vaccins.

« Le nouveau brevet élargit la portée de la façon dont l’invention peut être utilisée » , a déclaré Chengappa.

Une étude récente menée par l’Université West Texas A & M, pour une grande compagnie de santé animale, a révélé que les abcès du foie coûtent 56 millions de dollars par année à l’industrie du boeuf. Les options de traitement des bovins avec de telles infections et d’autres maladies ont été affectées par de nouvelles réglementations concernant l’utilisation d’antibiotiques dans le bétail, appelée la directive sur les aliments vétérinaires, promulguée par la Food and Drug Administration en janvier 2017.

« Des méthodes alternatives aux antibiotiques pour la prévention, le contrôle et le traitement des maladies chez les animaux sont d’une grande valeur alors que nous passons à une période de focalisation accrue sur la gestion des antibiotiques », a déclaré Mike Apley, professeur de sciences cliniques à l’Université d’État du Kansas. « Cette orientation se manifeste dans l’attention réglementaire, législative et des consommateurs accordée à l’utilisation d’antibiotiques chez les animaux destinés à la consommation humaine. Les vaccins efficaces contre les maladies courantes sont particulièrement utiles dans nos protocoles de prévention et de contrôle.

Bien que le moment choisi pour les méthodes nouvellement brevetées soit pratique pour les producteurs, la recherche a évolué sur une période beaucoup plus longue.

« La compréhension de la pathogénie et des facteurs contribuant à l’abcédation du foie chez les bovins d’engraissement a été une découverte scientifique novatrice il y a 30 ans », a déclaré Kelly Lechtenberg, une ancienne doctorante de Nagaraja. Lechtenberg a obtenu son doctorat en médecine vétérinaire en 1987 et un doctorat en 1988, tous deux de l’Université d’État du Kansas. Elle dirige actuellement Midwest Veterinary Services à Oakland, Nebraska, et le Centre de recherche vétérinaire et biomédicale à Manhattan.

« Le travail des Drs Nagaraja et Chengappa est essentiel pour comprendre le processus de la maladie de l’abcès du foie, identifier les points d’intervention optimaux et pour fournir la perspicacité nécessaire pour développer des vaccins efficaces », a déclaré Lechtenberg.

Le nouveau brevet de Fusobacterium est efficace sur 20 ans et est administré par la Fondation de recherche de l’Université d’État du Kansas.

Source:

Articles:

Comments are closed.