L’industrie du bœuf de l’Alberta demande un changement réglementaire

//  19 février 2020  //  Dossiers, Règlementation  //  Commentaires fermés

25fev2020-2psd

Bien que l’industrie de la viande bovine de l’Alberta soit compétitive par rapport aux États-Unis, la réglementation et les coûts imposés par les trois ordres de gouvernement pourraient affaiblir cette compétitivité à l’avenir, selon un récent rapport commandé par l’Alberta Cattle Feeders Association et Alberta Beef Producers.

L’étude s’est concentrée sur les industries du bœuf au Kansas, au Nebraska et au Texas, car ces trois États sont relativement similaires les uns aux autres et en Alberta.

Tiré de canadiancattlemen.ca –  Publié le 14 février 2020
| Traduction et adaptation libre par la rédaction |

L’Alberta se porte bien grâce à la plupart des mesures concurrentielles, à l’exception de la capacité des parcs d’engraissement, qui s’est érodée depuis 2003.

Les coûts des aliments sont les coûts les plus importants pour l’industrie des bovins d’engraissement, note Janice Tranberg, PDG de l’Alberta Cattle Feeders. Mais le rapport, réalisé par Serecon Inc. et Kevin Grier Consulting, a révélé que la main-d’œuvre, les services publics, le carburant, les taxes, les assurances et d’autres fournitures pourraient réduire les marges étroites de l’industrie des bovins d’engraissement.

«L’Alberta a eu un avantage historique en raison de l’orge, mais avec les récents effets météorologiques, cet avantage restera-t-il en notre faveur? Ensuite, après avoir éliminé les coûts d’alimentation, les marges à long terme de l’industrie sont presque au point mort. Si des taxes et des politiques réglementaires en suspens sont mises en place l’année prochaine, elles se traduiront par des pertes et une réduction potentielle de la taille de l’ensemble de l’industrie», a expliqué Mme Tranberg dans un communiqué de presse.

L’étude a également révélé que le troupeau de vaches-veaux de l’Alberta a diminué par rapport au total de trois États depuis 2008. En 2008, l’Alberta comptait 23% du troupeau par rapport au total de trois États. Mais en 2018, le troupeau de 1,5 million de têtes de l’Alberta ne représentait que 19,2% du total des trois États.

La grande question pour les producteurs est de savoir pourquoi le troupeau ne se développe pas, a déclaré Rich Smith, directeur exécutif de l’Alberta Beef Producers.

«Les opportunités de rendements plus élevés dans d’autres secteurs, les prix des terres agricoles et le coût de l’équipement et de la main-d’œuvre rendent l’entrée dans l’industrie plus difficile», a déclaré M. Smith, ajoutant que les deux organisations «travaillent avec les gouvernements au nom des producteurs pour réduire le fardeau réglementaire afin de les maintenir rentable et l’industrie non seulement viable, mais en croissance.»

Source : https://www.canadiancattlemen.ca/news/alberta-beef-industry-calls-for-regulatory-change

Comments are closed.