L’industrie bovine de l’Ontario a besoin d’un soutien gouvernemental immédiat

//  2 décembre 2019  //  Dossiers, Gouvernement  //  Commentaires fermés

2decembre2019-10

Depuis plus d’un an, l’industrie bovine ontarienne est dans l’incertitude et la contrainte. Baisse des prix du marché, obstacles au commerce et à l’accès au marché, manque de capacité de transformation et, plus récemment, suspension prolongée de la licence de Ryding-Regency Meat Packers, acteur important de la transformation du bœuf dans l’est du Canada.

Cette pénurie critique de capacités de traitement, conjuguée à une grave crise de compétitivité, coûte au secteur des millions de dollars en pertes de revenus, menaçant la viabilité des fermes bovines, des éleveurs de bétail, des étables, des transformateurs et autres industries associées qui font de ce secteur un milliard de dollars. prospérer. Toute la chaîne de valeur ressent les effets financiers de ces perturbations dans l’industrie, sans parler du stress que subissent les agriculteurs, les entreprises et leurs familles.

Tiré d’un communiqué de l’OFA – par Jackie-Kelly Pemberton – Publié le 29 novembre 2019
| Traduction et adaptation libre par la rédaction |

La Fédération de l’agriculture de l’Ontario (OFA) reconnaît que les producteurs de bœuf n’ont aucun recours immédiat pour relever ces défis. Bon nombre de ces problèmes et incertitudes sont hors du contrôle des agriculteurs. C’est pourquoi l’OFA s’est associée à l’appel pour demander au gouvernement d’agir immédiatement pour aider à résoudre les menaces croissantes auxquelles sont confrontés les agriculteurs de l’Ontario.

L’industrie de la viande bovine a besoin d’un soutien gouvernemental urgent pour atténuer les pertes financières et transformer le bétail prêt pour le marché. À plus long terme, un plan visant à soutenir l’expansion de la capacité de traitement pour desservir l’Ontario et l’est du Canada est nécessaire. Trop de transformateurs ont quitté le secteur au cours des dernières années, laissant trop peu de transformateurs pour faire des offres sur le bétail afin d’assurer un marché concurrentiel et sain. En conséquence, les options de commercialisation sont réduites pour les agriculteurs ontariens, ce qui réduit encore plus les marges financières.

La suspension récente et prolongée du permis de Ryding-Regency Meat Packers, qui doit être résolue immédiatement, vient encore aggraver une situation déjà difficile. Les arriérés de traitement deviennent de plus en plus fréquents et pénibles, obligeant les agriculteurs à nourrir le bétail à des coûts plus élevés pendant des périodes plus longues, ce qui entraîne des pénalités pour les producteurs en surpoids lorsqu’ils obtiennent enfin un espace de transformation.

Il existe toujours une demande mondiale pour les produits de bœuf ontarien. Toutefois, en raison de la capacité limitée de ces usines de transformation, les possibilités de croissance du secteur sont considérablement réduites.

Les éleveurs de bovins ontariens font face à des prix du marché déprimés en raison de la réduction de leur capacité de transformation, des perturbations des échanges et des difficultés d’accès aux marchés depuis plus d’un an, sans fin imminente. Et les pertes augmentent. Les pertes d’élevage de bovins de boucherie collectives en Ontario et au Québec ont dépassé 150 millions de dollars depuis janvier 2019. Cela n’est pas durable.

En septembre, Beef Farmers of Ontario et Les Producteurs de bovins du Québec ont proposé la mise en œuvre nationale d’un programme d’aide aux investissements et à l’élevage de bovins de boucherie destiné à aider les agriculteurs de l’Ontario et du Québec à atténuer les pertes et les perturbations des récentes perturbations des marchés.

L’OFA, en collaboration avec Beef Farmers of Ontario, demande un soutien immédiat aux gouvernements fédéral et provinciaux. Le secteur de la viande bovine mérite et a désespérément besoin d’un soutien et d’une assistance urgents.

Source : https://ofa.on.ca/newsroom/ontarios-beef-industry-needs-immediate-government-support/

Comments are closed.