L’euthanasie à la ferme, une décision difficile à prendre

//  3 juin 2019  //  Bien-être et Santé animale, Santé Animale  //  Commentaires fermés

4juin2019-13

La domestication des bovins remonte à environ 10 500 ans. En plus d’être une proie qui procure de la viande, permet de construire des armes et de fabriquer des vêtements, le bovin domestiqué a alors commencé à fournir du lait, du fromage et à servir comme force de travail.

La domestication peut être considérée comme un contrat moral nommé par certains « Ancient Contract » entre l’humain et les espèces domestiques. Les humains se sont engagés à procurer de la nourriture, de l’eau, un abri fournissant une protection contre les prédateurs, des soins de qualité et une fin de vie respectable en échange de la domestication. C’est aussi ce à quoi le consommateur s’attend. Le cycle de production animale se termine inévitablement par la mort. Malheureusement, il arrive régulièrement que la fin du cycle survienne plus tôt que prévu. Plusieurs raisons plus ou moins contrôlables sont responsables de ce phénomène. En de telles circonstances, il arrive que l’euthanasie soit la seule option acceptable. Il faut donc être capable de gérer ces situations à la ferme.

Tiré de Le producteur de lait québécois
– par Guy Boisclair, médecin vétérinaire, Merck Santé animale
– Publication de mars  2019

EUTHANASIE

Que signifie euthanasie? Le terme vient du grec ancien ευθανασια : ευ, « bonne » et θανατος, « mort ». On parle ainsi de mort douce, naturelle ou provoquée. L’euthanasie est donc une mort avec un minimum de douleur et de stress. Lorsqu’une molécule médicale est administrée pour terminer l’agonie, on utilise le terme « aide médicale à mourir ». L’euthanasie provoquera la mort cérébrale, l’arrêt respiratoire et cardiaque, et finalement, la mort.

Dans quelles situations l’euthanasie est-elle envisagée? On peut être en présence de maladies ou de blessures dont l’issue est fatale, non traitables, ou d’une condition qui nécessiterait un traitement trop dispendieux. Il peut aussi s’agir d’un animal traité avec des médicaments, dont la période de retrait est trop longue pour l’abattage à des fins alimentaires dans un délai raisonnable.

NÉCESSITÉ D’UN PROTOCOLE

Comme le mentionne le manuel du producteur du programme proAction,les producteurs doivent avoir établi une procédure normalisée d’euthanasie.

Avant d’en arriver à cette décision, les intervenants de la ferme doivent suivre un protocole d’évaluation. Ce protocole doit faire partie du protocole d’évaluation de la santé d’un animal. Il importe que ce protocole d’évaluation médicale soit validé par le médecin vétérinaire praticien de la ferme pour bien comprendre les options de l’animal évalué. En cas de doute, il ne faut pas hésiter à consulter.

À titre d’exemple, une vache à terre doit avoir fait l’objet d’une bonne évaluation de sa condition. À la suite de cette évaluation, elle doit recevoir les soins physiques nécessaires pour améliorer sa condition et augmenter ses chances de récupérer, de même que recevoir les traitements médicaux appropriés afin de contrôler sa douleur. Si cet animal reçoit des médicaments, ceux-ci doivent être notés à son dossier avec les périodes de retrait correspondantes. Selon l’évolution de la condition, l’euthanasie pourrait devenir la seule option. S’il est possible de déplacer l’animal sans lui causer de douleur importante, il serait préférable de l’installer dans un endroit en retrait avec un accès facile pour déplacer le corps par la suite.

Ce geste n’est jamais anodin ni agréable. L’intervenant doit bien connaître la méthode utilisée et être en pleine possession de ses moyens pendant l’intervention. C’est un geste posé pour une fin honorable. D’autres situations seront plus difficiles. Cependant, si un protocole d’intervention est déjà en place, il risque moins d’y avoir des interventions catastrophiques.

UN ACTE DE QUALITÉ

La société est soucieuse des produits qu’elle consomme et des conditions dans lesquelles les animaux sont élevés et gardés. Il faut être proactif et poser les bons gestes au bon moment. La question de l’euthanasie à la ferme n’est pas un sujet souvent discuté dans les formations offertes aux producteurs de bovins. Par contre, comme il s’agit d’un événement probable, il faut prévoir cette intervention. Cela exige une évaluation médicale de la condition de l’animal, et si l’euthanasie s’impose, elle doit être pratiquée dans les règles de l’art. Une euthanasie pratiquée selon les normes reconnues permet de répondre au consommateur qui se soucie du bien-être animal. En posant ce geste avec professionnalisme et respect, l’intervenant maintient un lien de qualité avec la production à laquelle il est fier de participer.

Source : consultez l’article L’euthanasie à la ferme…

Comments are closed.