Les producteurs peuvent entraîner leur bétail à manger des mauvaises herbes

//  5 mars 2020  //  Nutrition  //  Commentaires fermés

10mars2020-5

Les bovins peuvent apprendre à manger de nouveaux fourrages et enseigner aux autres à emboîter le pas, a déclaré la spécialiste du pâturage Kathy Voth.

Kathy Voth Livestock for Landscapes depuis l’Arizona et travaille avec des éleveurs pour former leur bétail à se débarrasser d’une variété de plantes gênantes comme l’euphorbe feuillue, la centaurée, le chardon des champs, l’amarante et un long menu d’autres mauvaises herbes.

Tiré de producer.com – par Barbara Duckworth – Publié le 27 février 2020
| Traduction et adaptation libre par la rédaction |

Beaucoup de ces plantes fournissent un bon fourrage avec des niveaux élevés de protéines, a-t-elle déclaré lors d’une récente session parrainée par la Foothills Forage Association à Fort Macleod, en Alberta.

«Une vache choisit quoi manger en fonction des besoins de son corps», a-t-elle déclaré, ajoutant qu’elle mange ce que sa mère mange.

L’inquiétude suscitée par les toxines dans certaines de ces plantes est réelle, mais elles ne nuisent généralement pas lorsque le pâturage est géré avec soin et que les bovins ont une variété d’autres fourrages dans les pâturages.

Lorsqu’une toxine contenue dans un aliment est en désaccord avec un animal, elle mange moins. Les animaux n’évitent pas la nourriture parce qu’elle a mauvais goût, mais ils l’éviteront si cela les rend malades, dit-elle.

«Tant qu’ils peuvent mélanger l’euphorbe feuillue avec une variété d’autres fourrages, ils feront très bien. Il est très riche en protéines et très nutritif», a-t-elle déclaré.

Son programme commence avec quelques animaux sains d’un troupeau.

«Ils doivent être des animaux sains. Ils ne peuvent pas mourir de faim. Les animaux affamés ne peuvent pas faire face aux toxines, ne peuvent pas faire face à de nouvelles choses tout aussi bien», a-t-elle déclaré.

Elle commence le programme en arrivant dans son camion et en klaxonnant pour que les animaux l’associent à la nourriture. Elle propose différentes friandises dans un bac d’alimentation qui ont une variété de textures, de saveurs, de formes et d’odeurs. Les cubes de gamme, le son de blé, les boulettes de luzerne, le maïs ou l’orge peuvent être nouveaux pour les animaux, mais ils savent que c’est bon à manger. Les mauvaises herbes sont lentement ajoutées au mélange.

«Ce que fait la formation, c’est leur montrer que quelque chose de nouveau pourrait être bon à manger», a-t-elle expliqué.

Dans les sept ou huit jours, on peut leur donner des mauvaises herbes droites et ils les essaieront. Une fois au pâturage, ils essaieront les mauvaises herbes et d’autres suivront.

Ils n’ont pas à apprendre à manger toutes les mauvaises herbes. Ils essaieront également des plantes épineuses comme le chardon.

La gestion du pâturage est importante.

« Si vous souhaitez plus d’herbe, vous devez concentrer vos animaux sur les pâturages herbeux à un moment où les mauvaises herbes seront les plus sensibles», a-t-elle noté.

Les plantes sont les plus vulnérables juste avant la floraison. La plante peut refluer mais la graine est moins viable. Les bovins sont moins susceptibles d’essayer les mauvaises herbes lorsque les graines prennent.

Source : https://www.producer.com/2020/02/producers-can-train-their-cattle-to-eat-weeds/

Comments are closed.