Les producteurs ontariens adoptent une hausse de contribution de 1,50 $

//  25 février 2019  //  Dossiers, Gestion  //  Commentaires fermés

26fevrier2019-6

Les éleveurs de bovins de l’Ontario ont approuvé une augmentation de 1,50 $ des fonds par animal pour financer un ambitieux effort de commercialisation de l’industrie du bœuf de l’Ontario.

Les producteurs présents à la réunion annuelle de Beef Farmers of Ontario (BFO) à Mississauga mercredi ont voté à 87% en faveur du plan. Un plan similaire a été rejeté à la réunion annuelle de l’année dernière. Un changement constitutionnel étant nécessaire, une majorité des deux tiers devait approuver le changement.

Tiré de Canadian Cattlemen – par John Greig – Publié le 20 février 2019
| Traduction et adaptation libre par la rédaction |

Pourquoi est-ce important : Le secteur du bœuf stagne ou est en déclin en Ontario depuis des années. On espère qu’une augmentation de la commercialisation, liée à la réussite du programme de bœuf nourri au maïs de l’Ontario, pourra changer cela.

Joe Hill, qui a été réélu en tant que président du BFO à la réunion annuelle, a déclaré que la proposition était bien réfléchie et qu’elle constituait le meilleur espoir d’accroître la valeur dans le secteur du bœuf en Ontario.

«Aujourd’hui est le jour pour le financer et le concrétiser», a-t-il déclaré en plaidant en faveur de l’approbation de la hausse des fonds.

Les producteurs ont entendu sa demande, mais ce n’était pas nouveau pour eux. Après l’échec de l’année dernière pour financer ce que l’on appelait l’Initiative de marketing régional, le personnel et les administrateurs de BFO ont offert aux délégués des producteurs de bovins une occasion unique de se familiariser avec la proposition lors de nombreuses réunions à travers la province.

Cette explication supplémentaire semblait fonctionner, car l’ambiance dans la salle lors de l’assemblée générale annuelle de l’organisation était plus positive à l’égard de la proposition qu’elle ne l’était il y a un an. Cela se voyait dans les questions et les déclarations de soutien avant le vote.

«Nous devons l’essayer. Je dois faire confiance aux gens qui ont été nommés et qui feront de leur mieux», a déclaré Stewart Cressman, un éleveur de bœuf du comté de Waterloo.

La proposition était différente cette année avec plus de détails sur la façon dont le programme sera géré. Un comité de marketing composé de membres de BFO et de la Ontario Cattlemen’s Association, dirigé par le directeur général de l’OCA, Jim Clark, a été formé.

Le programme OCA de bœuf bœuf vieux de 20 ans de l’OCA représente désormais 30 à 40% de tous les bovins transformés dans la province et a pénétré le marché dans de nombreuses grandes chaînes de supermarchés ainsi que sur des marchés ciblés en Asie et au Moyen-Orient.

L’objectif est d’utiliser l’expérience de la CFBP en matière d’image de marque pour stimuler la demande et, éventuellement, développer le secteur, en particulier le nombre d’élevages vache-veau dans la province.

«Les résultats doivent profiter à tous nos producteurs de bœuf», a déclaré Jim Clark lors de la réunion de BFO. «BFO et les engraisseurs de bovins doivent développer un processus qui fonctionne.»

Les éleveurs de bœuf de l’Ontario ont des défis à relever, contrairement à d’autres au Canada, comme le lieu de destination de 85% des importations en provenance des États-Unis et la proximité des grands marchés. Le nombre de vaches a diminué au cours des 10 dernières années et s’est stabilisé au cours des trois dernières années.

Source : https://www.canadiancattlemen.ca/daily/ontario-beef-checkoff-to-rise-by-1-50

 

Comments are closed.