Les producteurs de bovins de boucherie demandent un nouveau plan de relance

//  18 avril 2020  //  Dossiers, Gestion, Marchés  //  Commentaires fermés

21avril2020-10

Les groupes de producteurs de bovins de boucherie du Canada et les conservateurs fédéraux veulent voir la relance d’un programme de l’ère de l’ESB pour retenir les bovins contre le risque de perdre d’autres options d’abattage.

Lundi, la Canadian Cattlemen’s Association a écouté sa liste de recommandations du 24 mars au gouvernement fédéral concernant des mesures de soutien contre les effets de la pandémie de coronavirus COVID-19.

Le dernier sur cette liste était de reconstruire «l’infrastructure et la gouvernance» pour un programme de mise en jachère des bovins d’engraissement, en cas de «perturbation majeure potentielle de la chaîne d’approvisionnement du bœuf au Canada».

Tiré de manitobacooperator.ca –  Publié le 15 avril 2020
| Traduction et adaptation libre par la rédaction |

Le secteur de la viande bovine est maintenant sur la bonne voie pour une telle perturbation, a déclaré lundi l’ACC, notant l’arrêt temporaire, également annoncé lundi, du deuxième quart de travail à Cargill’s High River, en Alberta. usine d’emballage de bœuf.

L’usine de High River représente à elle seule environ 36 pour cent de la capacité totale de transformation du bœuf au Canada, a indiqué l’ACC, soulignant également que d’autres emballeurs réduisent maintenant «marginalement» la capacité pour permettre les protocoles COVID-19, comme l’espacement des travailleurs.

Notant qu’elle est déjà en pourparlers avec des responsables fédéraux au sujet de ses recommandations, la CCA a déclaré lundi qu’elle « reconnaît que nous sommes maintenant dans une situation critique et recommande (un programme réservé) d’être rétabli et mis en œuvre immédiatement ».

Un gel est censé retarder la commercialisation des bovins lorsque la capacité de transformation n’est pas disponible, en encourageant les producteurs à garder les bovins avec des rations d’entretien, a déclaré l’ACC.

La commercialisation des bovins pourrait ainsi s’étendre sur une plus longue période et être gérée par la capacité de conditionnement existante, « jusqu’à ce que la capacité d’abattage puisse être retrouvée », a indiqué l’association.

Comme décrit dans son document du 24 mars, la mise en jachère proposée pour les bovins d’engraissement par la CCA verrait les producteurs de parcs d’engraissement soumissionner pour prolonger la période d’alimentation des bovins jusqu’à un maximum de 2 $ par tête par jour pendant 90 jours.

La conception du programme serait similaire au modèle de 2004 mis en place lors de la crise de l’ESB au Canada, selon l’ACC; ce modèle comprenait un comité directeur d’experts indépendants, des appels d’offres pour les mangeoires et des retenues d’animaux inscrits.

C’est similaire, sauf que la CCA propose également maintenant que le plan de gel soit rendu permanent.

Un nouveau programme de mise en jachère, selon l’ACC, «demeurera en place en tant que mécanisme possible pour régler les excédents saisonniers en Ontario et en cas de perturbation majeure de la chaîne d’approvisionnement du bœuf à travers le Canada».

« Certitude »

Des représentants des associations de producteurs de bovins de boucherie de l’Ontario, du Québec, du Nouveau-Brunswick, de la Nouvelle-Écosse et de l’Île-du-Prince-Édouard ont déjà demandé séparément une mise de côté, entre autres recommandations, dans une lettre conjointe à la ministre fédérale de l’Agriculture, Marie-Claude Bibeau, le 8 avril.

La mise en jachère de bovins d’engraissement / nourris, ont-ils déclaré, «aidera à répartir l’offre de bétail de manière coordonnée, ce qui permettrait aux transformateurs de nettoyer l’offre existante de bovins prêts à être commercialisés et de retarder la commercialisation d’autres animaux dans le système. »

«Nous avons appris de nombreuses leçons durant les années difficiles de l’ESB, et il est temps de mettre en œuvre les politiques qui nous ont précédemment aidés à traverser la tempête», a déclaré le président de l’ACC, Bob Lowe, dans le communiqué de l’association nationale lundi.

Mercredi, dans une lettre séparée, le critique agricole des conservateurs fédéraux John Barlow, la critique agricole adjointe Lianne Rood et le critique agricole adjoint Richard Lehoux ont appelé Bibeau à «mettre immédiatement en œuvre un programme temporaire de mise en jachère du bétail pour faire face à la crise de la capacité de transformation de la viande que le Canada est actuellement confronté. »

Le Canada, écrivaient-ils, «faisait déjà face à une crise de transformation de la viande. Cela n’a fait qu’empirer pendant la pandémie de COVID-19, car les usines ont fermé ou réduit leurs déplacements… Le plan de votre gouvernement pour faire face à ce problème et à bien d’autres doit être clair et transparent afin de garantir la sécurité du secteur agricole. » — Réseau Glacier FarmMedia

Source : https://www.manitobacooperator.ca/daily/beef-cattle-producers-seek-new-set-aside-plan

Comments are closed.