Les prix du bétail en forte baisse

//  21 juin 2019  //  Analyses de marché  //  Commentaires fermés

25juin2019-4

Selon Debbie McMillin, analyste de marché à Hanna, en Alberta, les contrats à terme sur les bovins d’engraissement ont fortement baissé début mai.

Mme McMillin indique que les prix des bovins nourris ont fortement chuté au cours des dernières semaines. Les prix actuels des aliments pour animaux sont en moyenne de 150,88 dollars/quintal, ce qui représente une baisse de 11,55 dollars/quintal au cours des trois dernières semaines. La pression en mai est typique après le sommet du printemps sur le marché des aliments pour animaux. Alors que la saison des barbecues ne faisait que commencer, les acheteurs en gros avaient déjà acheté pour la longue demande du week-end de mai et se tournent vers l’été, où le mouvement de réduction du bœuf aux prix plus élevés ralentit.

Tiré de canadiancattlemen.ca – par Debbie McMillin – Publié le 18 juin 2019
| Traduction et adaptation libre par la rédaction |

En outre, la production de bœuf en 2019 a augmenté de 10% par rapport à il y a un an. L’augmentation de la production de viande de bœuf résulte de la diminution des exportations de nourriciers en 2018 et de l’augmentation de leurs importations. Heureusement, les exportations de bœuf ont été fortes à ce jour. Les données de mars font état d’une augmentation de 26% des exportations de bœuf en mars 2019 par rapport à mars 2018. La baisse des prix au comptant pour les bovins d’engraissement a élargi la base de la comptabilité de caisse, actuellement à – 6,36 $ / quintal sur le marché américain.

25juin2019-3

Le nombre de bovins avec nourriture en Alberta et en Saskatchewan continue d’être plus élevé qu’il y a un an. Les chiffres rapportés pour le 1er mai 2019 indiquent que le total dans les deux provinces était supérieur de 10% à celui de l’année dernière, à 1 002 993 têtes. Le rapport Canfax a également montré que les placements en avril étaient supérieurs de 40% à ceux d’il y a un an. Cependant, l’augmentation significative du nombre de placements est principalement due au froid extrême et aux faibles prix des feeders en avril 2018, qui ont limité le nombre de placements dans ce mois-là. 151 123 têtes ont été placées sur des aliments pour animaux en avril 2019. Les ventes effectuées jusqu’en avril ont contribué à une production de bœuf en hausse en 2019. Les exportations de bovins nourris, y compris les vaches à ce jour, ont augmenté de 35%, atteignant 173 827 têtes.

Perspectives de Debbie McMillin concernant le bétail nourri: à très court terme, les approvisionnements restent gérables et les parcs d’engraissement assez actuels, ce qui devrait contribuer à stabiliser les prix. Toutefois, à l’avenir, les acheteurs de bovins nourris gagneront davantage de poids à mesure que l’offre augmente et que la demande ralentit, ce qui entraînera une baisse des prix tout au long de l’été. Les exportations de bœuf à ce jour en 2019 ont été exceptionnelles. Étant donné qu’ils restent élevés, ils limiteront certaines des pertes éventuelles sur le marché estival morose.

Bovins d’engraissement

Les contrats à terme sur les bovins d’engraissement ont fortement baissé début mai, ce qui a contribué à la pression sur le marché des bovins d’engraissement. Le léger commerce avant la longue fin de semaine de mai était en moyenne sous pression pour la plupart des catégories de bovins. Les volumes étaient légers et la qualité et la taille du lot ont été mélangés. Pour les poids plus léger 550 lb en moyenne, la semaine dernière, les bouvillons ont augmenté de 227,79 USD/quintal, ce qui représente une baisse de 10 USD/quintal par rapport au mois précédent, mais une légère hausse par rapport à la semaine précédente. Les prix de départ des 550 lb est toujours supérieur de 1,75 USD/quintal à ce qu’il était il y a un an.

La moyenne sur 850 lb steers est en baisse de 7,40 $/quintal par rapport à il y a à peine quatre semaines. La moyenne actuelle de 177,69 USD / quintal reste supérieure de 3,44/quintile à un an auparavant. Bien que les prix des feeders aient été sous pression, la base cash-to-cash est passée de -17,27 $/quintal à la mi-avril à -2,87 $/quintal la troisième semaine de mai. À ce jour, les exportations de bovins d’engraissement ont augmenté de 11% par rapport à l’an dernier, avec un total exporté de 106 190 têtes.

Perspectives de Debbie McMillin en ce qui concerne les bovins d’engraissement: le commerce de bovins d’engraissement ralentit vraiment tout l’été, car la plupart des bovins consomment déjà des aliments ou passent dans l’herbe. Les bovins d’engraissement de qualité supérieure et plus lourds devraient continuer à prendre de la valeur tout au long de l’été, jusqu’à la fin de l’année ou au début du mois de septembre. Le marché du bétail en herbe a ralenti de façon saisonnière et si les Prairies ne reçoivent pas de pluie dans les prochaines semaines, les pâturages se détérioreront et certains bovins qui ont été conduits à l’herbe pourraient être redirigés vers des terrains de fond. Recherchez une tendance saisonnière conduisant à une hausse des prix des yearlings tout au long du troisième trimestre, tandis que les mangeoires plus légères connaîtront des prix mixtes dépendant de la taille et de la qualité des volumes légers qui seront proposés dans les mois à venir.

Bovins non nourris

De bonnes conditions de vêlage dans une grande partie du pays au cours des deux derniers mois ont entraîné moins de pertes et, par conséquent, moins d’abattages sur le marché. L’offre réduite de vaches et la bonne demande printanière ont poussé les prix des vaches à la hausse, dépassant finalement les prix d’il y a un an pour la première fois en 73 semaines. Le prix de la vache D1,2 la troisième semaine de mai était de 97,71 $/quintal (voir lien infographique ci-dessous). Le prix des vaches a augmenté de 18% depuis le début de 2019. La disponibilité des animaux a été réduite pendant la majeure partie de la saison de vêlage, mais le nombre d’abattages est toujours en avance sur l’année dernière. Le nombre total d’animaux abattus au Canada en 2019 est de 206 738 têtes, ce qui représente une hausse de 6% par rapport à l’année dernière.

25juin2019-2

Les prix du taureau des bouchers n’ont pas augmenté aussi régulièrement, enregistrant une volatilité supplémentaire semaine après semaine. Le prix moyen actuel est de 106,07 $/quintal. L’abattage de taureaux est en baisse de 15% à ce jour, avec seulement 4 775 têtes à ce jour. Les exportations de taureaux d’abattage font plus que compenser la baisse de l’abattage domestique, qui s’élève actuellement à 12 604 têtes, soit une hausse de 5%.

Perspectives de Debbie McMillin en ce qui concerne les bovins non nourris: les prix des bovins de réforme devraient être bien soutenus pendant le reste du deuxième trimestre car la demande de produits de rognage et de mouture restera élevée et l’offre de vaches réduite. Les vaches de boucherie canadiennes se vendent plus cher que leurs homologues américaines. Cependant, la prime est beaucoup plus étroite qu’il y a un an. Les prix d’équilibre restent au-dessus d’un an pour soutenir également le marché des non-fed. Les hauts du marché de la vache D1,2 se situent généralement au deuxième trimestre, ce qui devrait être le cas en 2019. Les conditions de pâturage sont un facteur à prendre en compte. La pluie de printemps est nécessaire dans de nombreuses régions des Prairies.

Source : https://www.canadiancattlemen.ca/2019/06/18/mcmillin-cattle-prices-see-sharp-decline/

Comments are closed.