Les petites usines de transformation constituent une réponse aux problèmes actuels

//  7 mai 2020  //  Dossiers, Gestion, Règlementation  //  Commentaires fermés

12mai2020-3

La fermeture de 90% des usines de viande américaines au cours des 50 dernières années n’est pas due à un manque de connaissances ou à un manque de réinvestissement dans les installations – elle est due à des décennies d’application laxiste des lois antitrust. À l’heure actuelle, 50 usines traitent 98% de l’approvisionnement en viande des États-Unis

Ce n’est pas la première fois que l’industrie de la viande a un problème de consolidation. Lorsque seulement cinq grands emballeurs de viande contrôlaient le marché il y a 100 ans, le Congrès a adopté la loi sur les emballeurs et les parcs à bestiaux pour «assurer une concurrence loyale et des pratiques commerciales équitables, protéger les agriculteurs et les éleveurs … protéger les consommateurs … et protéger les membres de la les industries du bétail, de la viande et de la volaille contre des pratiques déloyales, trompeuses, injustement discriminatoires et monopolistiques. »

 Tiré de drovers.com – Commentaire de Joaquin Contente, président de la California Farmers Union – Publié le 6 mai 2020
| Traduction et adaptation libre par la rédaction |

Pendant un certain temps, la Packers and Stockyards Act a fonctionné, instaurant une concurrence dans l’industrie de la viande. Mais lorsque le gouvernement a assoupli l’application de la loi, des pillards ont acheté de plus petites usines, ont fait de l’argent, puis les ont fermées. Les conséquences ont été importantes – lorsque si peu d’entreprises, dont de nombreuses entreprises étrangères, contrôlent 85% du marché de la viande bovine, elles ont le pouvoir de marché de payer moins les agriculteurs et de facturer davantage les consommateurs.

La pandémie a souligné pourquoi il s’agit d’un si gros problème. Parce qu’il reste si peu d’usines de conditionnement de viande – seulement 50 traitent 98% de l’approvisionnement en viande des États-Unis – la fermeture de plus d’une douzaine d’entre elles à cause de l’épidémie parmi les travailleurs a secoué toute la chaîne alimentaire. Les consommateurs constatent déjà des prix plus élevés et des pénuries de viande. Sans marché où vendre du bétail, les agriculteurs perdent de l’argent. Si cela continue, beaucoup pourraient ne pas survivre jusqu’à la fin de l’année.

La solution à tous ces problèmes? Plus de petites et moyennes usines de viande. Un système alimentaire plus diversifié et plus compétitif est plus sûr et plus résistant, maintenant et à l’avenir.

Nous pouvons travailler ensemble pour y arriver en exigeant que les lois antitrust soient appliquées, ce qui permettrait à un plus grand nombre de petites usines d’être compétitives sur le marché.

Nous pouvons exiger le rétablissement de l’étiquetage obligatoire du pays d’origine de la viande, quelque chose que les agriculteurs et les consommateurs soutiennent massivement. Il y a des années, les agriculteurs et les consommateurs se sont réunis pour passer l’étiquetage obligatoire de la viande et cela a été en vigueur jusqu’à ce qu’un tribunal de l’Organisation mondiale du commerce (OMC), qui comprenait au moins un avocat commercial représentant l’industrie du bœuf, se prononce contre. Les multinationales de la viande sont les seules à bénéficier de la confusion sur l’origine de la viande à l’épicerie.

Nous pouvons demander la réforme de notre système de financement des campagnes afin que les dons des grandes usines de viande n’influencent plus la surveillance gouvernementale de l’approvisionnement alimentaire de notre pays.

Source : https://www.drovers.com/article/joaquin-contente-smaller-plants-are-answer

Comments are closed.