Les marchés de bovins finis devraient se renforcer

//  15 janvier 2018  //  Analyses de marché, Marchés  //  Commentaires fermés

Manitoba_Cooperator

Dans une publication du Manitoba Co-operator du 12 janvier dernier, le journaliste Dave Sims affirme croire que certains ranchers pensent probablement qu’ils auront besoin d’approvisionnements supplémentaires pour nourrir leurs animaux pendant l’hiver s’il continue à faire froid.

Anne Wasko de Gateway Livestock Marketing ne suggère pas qu’il y aura une pénurie d’aliments en soi, mais elle affirme que la consommation sera certainement en hausse.

Les bovins ont tendance à prendre moins de kilos au cours des derniers jours de finition lorsqu’il fait froid, aurait-elle noté. Wasko s’attend à ce que le marché des bovins finis se renforce en janvier.

Les producteurs d’embouche maintiendront leur position assez sérieusement car la vague de froid et le ralentissement de la prise de poids du bétail créeront un léger ralentissement, aurait-elle ajouté.

Peu avant Noël, Wasko a remarqué un saut de 5 $ à 7 $ dans la plupart des classes, alors elle espère que ça va continuer.

Elle croit qu’à l’approche du premier trimestre 2018, le marketing ne semblera pas aussi urgent qu’au premier trimestre de 2017. Les abattoirs aident à maintenir les prix soutenus bien qu’ils parcourent le marché pour plus de stocks.

Mme Wasko explique que le secteur de l’élevage bovin montre clairement sa rentabilité, ce qui devrait maintenir le marché à un niveau élevé. Elle affirme que les abattoirs ont certainement été un conducteur pour le bétail finis.

Une des choses qui soutiendrait le marché en 2018, aurait-elle noté, serait que les marchés intérieurs et d’exportation connaissent le même niveau de demande qu’en 2017. Elle affirme qu’en même temps, des volumes plus élevés pourraient rendre cette tâche difficile.

Selon Wasko, il y aura plus de boeuf en Amérique du Nord, tout le monde le sait car il y a plus de bétail qui est engraissé.

À court terme, les prix des bovins pourraient faire face à des pressions cette semaine après la vente massive du 5 janvier aux États-Unis. Les abattoirs ont surpris les vendeurs en proposant des offres plus faibles pour les animaux prêts à l’abattage, ce qui a aussi mis de la pression sur les ventes des carcasses

Mylène Noël
SPEQ

Source :

Articles:

Comments are closed.