Les grandes entreprises de viande comptent sur des protocoles de santé et des incitations pour garder les employés au travail

//  3 avril 2020  //  Dossiers, Gestion  //  Commentaires fermés

7avril22020-3

La plupart des jours pendant la crise des coronavirus, le parking de la grande usine de viande de bœuf JBS à Greeley, CO, est plein, signe de normalité. L’exception a eu lieu lundi dernier lorsque le président du syndicat a déclaré que 1000 des personnes qui abattaient et transformaient le bœuf à l’usine étaient sorties de peur que jusqu’à 10 employés de JBS qui travaillent à l’usine de Greeley soient testés positifs pour COVID-19.

Tiré de foodsafetynews.com – par Dan Flynn – Publié le 3 avril 2020
| Traduction et adaptation libre par la rédaction |

Le porte-parole de JBS, Cameron Bruett, a déclaré aux médias locaux que depuis la fermeture des écoles, environ 500 employés étaient absents à un moment donné au cours des dernières semaines. Il a suggéré que les absences et lundi sortent ensemble ont dépassé environ 830 employés

La transformation des aliments est définie comme un travail essentiel, selon tous les cadres «rester à la maison». L’astuce pour JBS, Tyson Foods, Cargill Meat Solutions et les autres producteurs de viande et de volaille est de maintenir une main-d’œuvre en bonne santé suffisante pour répondre à la demande qui existe. Beaucoup de gens sont impliqués, ces trois premières entreprises emploient ensemble 359 000 personnes.

La demande est difficile à comprendre. Il y a deux semaines, tout le bœuf, le porc et la volaille frais étaient balayés. comme le papier toilette par des consommateurs effrayés. Plus récemment, cependant, les contrats à terme sur le bœuf ont chuté et les producteurs s’inquiètent de la perte de clients dans les restaurants.

JBS a temporairement réduit sa production à Souderton, en Pennsylvanie, parce que plusieurs cadres supérieurs de l’usine éprouvent des symptômes «pseudo-grippaux». Et il y a des rapports irréguliers d’employés de l’industrie de la viande et de la volaille testés positifs pour COVID-19, également connu sous le nom de coronavirus. Les informations publiées sur COVID-19 sur le site Web de JBS indiquent qu’il suit les protocoles d’urgence «pour tout membre de l’équipe qui présente des symptômes».

Kim Cordova, présidente de la section locale 7 des travailleurs unis de l’alimentation et du commerce de Greeley, a déclaré que JBS n’accorde pas de congés de maladie payés, mais devrait le faire pour les cas COVIG-19. De plus, le syndicat souhaite que l’entreprise identifie le (s) lieu (x) de l’usine où travaillaient les personnes malades du COVID-19.

Environ 3000 employés de JBS sont représentés par la section locale 7.

Pas moins un chiffre que le secrétaire à l’Agriculture Sonny Perdue a exhorté les gens « en première ligne de notre chaîne d’approvisionnement alimentaire » à «rester au travail».

Tyson Foods espère faire exactement cela avec une promesse de payer 500 $ en juillet à tous ses 116 000 chauffeurs et personnel de production qui continuent de «nourrir la nation» pendant l’épidémie.

«Nous sommes fiers de la manière dont les membres de notre équipe se sont mobilisés pendant cette période difficile pour nous assurer de continuer à remplir notre mission essentielle de nourrir les gens à travers l’Amérique», a déclaré Noel White, PDG de Tyson.

Les paiements de 500 $ seront effectués au cours de la première semaine de juillet, selon l’entreprise. Tyson Foods avait auparavant renoncé aux copays pour les tests COVIG-19 et supprimé la période d’attente de 5 jours pour les paiements d’invalidité. Il a également contribué 13 millions de dollars aux communautés locales où il opère.

Tyson, basé à Springdale-AR, emploie 114 000 personnes, dont 2 900 chauffeurs.

Depuis la propagation mondiale rapide du virus COVID-19, la demande d’alcool désinfectant — pour désinfecter les surfaces — a considérablement augmenté, de nombreuses institutions de santé en Europe étant confrontées à des pénuries imminentes.

La société privée Cargill a déclaré qu’elle sautait son rapport financier du troisième trimestre en partie parce qu’elle s’occupe de ses employés.

«Alors que nous nous efforçons de maintenir nos employés en bonne santé et en sécurité pendant la pandémie de COVID-19 — et de prioriser les 160 000 employés de Cargill sur le travail qui doit être fait pour atteindre notre objectif et produire les ingrédients, les aliments et les aliments pour nourrir les gens et animaux — nous avons décidé de renoncer à notre publication des résultats du troisième trimestre », a déclaré Cargill.

«Nous travaillons 24 heures sur 24 avec les agriculteurs et nos clients — les détaillants alimentaires, les prestataires de services et les chaînes de restaurants du pays — pour nourrir le monde en toute sécurité et de manière responsable pendant cette période sans précédent. Notre objectif est de prendre les bonnes décisions au quotidien pour maintenir le système alimentaire en mouvement pendant la pandémie — et de regarder vers l’avenir pour garantir la viabilité du système alimentaire dans le monde entier. »

La société fonctionne du 1er juin au 31 mai. Le troisième trimestre est normalement publié le 31 mars.

Source : https://www.foodsafetynews.com/2020/04/major-meat-companies-count-on-health-protocols-and-incentives-to-keep-employees-on-job/

Comments are closed.