Les efforts «robustes» de surveillance de l’ESB au pays portent leurs fruits

//  19 avril 2019  //  Santé Animale, Santé Humaine et Sécurité Alimentaire  //  Commentaires fermés

23avril2019-6

L’effort de surveillance de l’ESB (encéphalopathie spongiforme bovine) au Canada a enregistré le plus grand nombre de tests en cinq ans, ouvrant la voie à une demande visant à obtenir le statut de risque d’encéphalopathie spongiforme bovine à «négligeable».

Il y avait 30 949 échantillons, soumis pour la plupart par des opérateurs de collecte de cadavres d’animaux, testés en 2018, a précisé la Canadian Cattlemen’s Association dans son bulletin électronique. Aucun test positif pour l’ESB.

Tiré de albertafarmerexpress.ca – Publié le 17 avril 2019
| Traduction et adaptation libre par la rédaction |

«Le résultat de 2018 est louable car, en raison de la diminution du cheptel canadien et d’autres défis chroniques, 2013 était la dernière fois que l’objectif de 30 000 échantillons de test a été dépassé», a déclaré l’article d’Action News.

«Le Canada a mis en place des mesures de contrôle et de surveillance rigoureuses pour prévenir la propagation de la maladie et détecter le nombre réduit et en diminution de cas susceptibles de survenir de temps à autre.»

Avoir de bons numéros de surveillance est particulièrement utile cette année, a-t-il ajouté.

Le Canada est éligible cette année pour présenter une demande de statut d’ESB  passant de «risque contrôlé » à «risque négligeable» (la catégorie la plus basse) car animal canadien n’a été testé positif depuis février 2015. Le statut est déterminé par l’Organisation mondiale pour la santé animale, en fonction de facteurs tels que l’incidence, mais également les contrôles réglementaires et la surveillance.

«Une application réussie pour une mise à niveau du statut peut permettre de revenir à un niveau de surveillance normal», précise le journal, ajoutant que l’objectif actuel de 30 000 échantillons annuels a été fixé en 2003.

«Toutefois, cela ne dispenserait pas le Canada de ses responsabilités en matière de surveillance.»

Les producteurs sont encouragés à soumettre au moins un aminal par an pour l’échantillonnage, a-t-il ajouté. Les bovins âgés de 30 mois à 10 ans «fournissent les informations les plus précieuses», mais tout animal âgé de plus de 30 mois «mort, vers le bas, en train de mourir ou malade est un candidat potentiel aux tests».

Le programme national de surveillance de l’ESB prévoit un remboursement de 75 $ des coûts d’élimination des producteurs participants. Pour plus de détails, visitez le site Web de l’ACIA.

Source : https://www.albertafarmexpress.ca/2019/04/17/stage-set-for-upgrading-canadas-bse-status

 

 

Comments are closed.